1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-17 | Readers 1993 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le Coran – la 4e sourate : Les femmes - commentaires D. A.Q. Fakhrî


Le Coran – la 4e sourate : Les femmes
traduite et commentée par D. G.H. Abul-Qassem Fakhrî

Ed. Ansaryan 2008

Voici un commentaire de la quatrième sourate du noble Coran portant le nom Les Femmes, verset par verset.

Cette sourate commence par l’origine, la création du genre humain : {Ô vous les gens, craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un « être » (nafs) une, à partir duquel Il a créé son couple (zawjahâ) duquel (des deux) Il a fait répandre beaucoup d’hommes et de femmes}(1/4 Les Femmes). Création unique qui prendra des formes distinctes ou se manifestera différemment en ce monde ici-bas pour permettre aux uns et aux autres de se perfectionner dans leurs rôles différents mais complémentaires.

Autre aspect de cette dualité issue d'un "être unique" ("nafs wâhida") est la création de la famille qui permet la reproduction et la permanence de l'espèce humaine en même temps qu'elle favorise le perfectionnement de l'être humain, de génération en génération.

Et la sourate se termine sur une question directement liée à la famille (celle de l’héritage), question qui sera également abordée au cœur de la sourate.

C’est pourquoi cette sourate est considérée comme étant spécifiquement réservée aux questions sociales et plus  particulièrement à celles de la famille : le mariage, la procréation, les relations de couple, les droits, les devoirs et les responsabilités de chacun, l’héritage, les orphelins..

Elle met en évidence les dangers qui peuvent menacer cette unité sociale, les dangers intérieurs (comme l’ignorance, l’hypocrisie, l’obéissance aux mauvaises tentations de l’âme) et extérieurs  (comme l’injustice commise ou subie). Contre ces dangers, la résistance est nécessaire par la lutte contre l’ennemi extérieur et la lutte intérieure de/contre l’âme (le «  Jihad le plus grand »).

Et la meilleure arme que Dieu nous recommande dans cette sourate et qu’Il répète en plusieurs circonstances est la piété (at-taqwâ) c’est-à-dire la crainte/vénération de Dieu qui nous pousse à Lui obéir et à ne pas faire ce qu’Il nous a interdit, notamment de commettre des injustices envers  les autres, manger leurs droits.. En cela réside le secret de la Satisfaction divine et de la félicité en ce monde et dans l’Au-delà.

La porte du repentir est certes toujours ouverte mais à condition que l’on n’attende pas la dernière minute, car il sera alors trop tard. N’est-il pas préférable de se rappeler toujours les récompenses décuplées promises pour une bonne action et le châtiment qui suit une mauvaise action pour s’éduquer soi-même ? Et dans cette apprentissage, des aides sont apportées du Prophète(s), du Livre de Dieu, des Anges, tout cela des Bénédictions de Dieu  pour nous permettre d’atteindre la félicité éternelle.

Chaque verset est présenté de façon « trilingue » (en arabe avec sa transcription phonétique et son interprétation en français) et est largement expliqué, commenté et enrichi de propos rapportés du Prophète(s) et des Imams Infaillibles(p) de sa descendance.

www.lumieres-spirituelles.net     No71  - Jumâdî I & II 1436 – Mars-Avril 2015

Citations tirées du livre sur la sourate des Femmes

†A propos du verset 7 {Aux hommes revient une part de ce qu'ont laissé les père et mère et les proches ; et aux femmes une part de ce qu'ont laissé les père et mère et les proches, que ce soit peu ou beaucoup, c'est une part déterminée.} « C'est un des versets institutionnels les plus importants quant à ses résultats sociaux. Ce qu'il prescrit, concernant les biens, est une révolution dans les annales juridico-coutumières de beaucoup de pays avant l'Islam. La femme se voit reconnaître une vocation successorale. C'est aussi l'abolition d'une coutume qui, dans certains lieux et tribus, excluait des successions les femmes, réservant la totalité des biens laissés aux héritiers ou à l'héritier de lignée masculine.» (pp16-17)

†A propos du verset 34 {..Et quant à celles dont vous redoutez la rébellion, exhortez-les, éloignez-vous d'elles dans leurs lits et corrigez-les..} « C'est en cas de rébellion dûment constatée que le mari agira de la sorte, mais jamais en cas de simple supposition ou crainte fondée sur de simples présomptions. Les solutions proposées : d'abord exhorter pour les mettre en garde contre les conséquences de leur rébellion ; si elles tiennent compte de l'exhortation, il n'y a plus aucune raison d'agir contre elles ; mais si elles refusent de s'amender et continuent d'agir à leur guise, alors prendre quelque distance ; si cela n'est plus efficace, essayer de les corriger doucement (les punir) de façon qu'elles reviennent à un comportement convenable et juste. Toutes ces actions doivent être appliquées de façon juste et reconnue convenable, aucune trace de haine ou de caractères négatifs ne doivent entrer en jeu et finalement tout se fera en se remettant à Dieu.» (pp58-60)

†A propos du verset 88 {Pourquoi vous diviser en deux groupes au sujet des hypocrites ? Alors que Dieu les a refoulés à cause de leurs actions..} « Le verset évoque un nouvel ordre à suivre dans la vie lorsqu'on a affaire aux hypocrites. D'abord il laisse sous- entendre un rappel, un avis ou une remarque adressée aux Musulmans faibles et naïfs qui, étant loin du Coran et des enseignements du Prophète(s) se laissent rouler par les comportements et paroles des hypocrites. Ces Musulmans sont inattentifs au fait qu'un hypocrite qui falsifie les vérités, sa personnalité sera falsifiée (à l'envers), et commettra n'importe quel crime.. Voilà une mise en garde à l'intention des gens simples, naïfs..etc. D'autre part, le verset dit que leur "renversement de personnalité" est causé par leurs mauvaises actions obstinées. » (pp142-143)

†A propos du verset 136 {..Quiconque renie Dieu, Ses anges, Ses Livres, Ses messagers et le Jour dernier, s'égare dans un lointain égarement.} « Tous les versets ont signalé la dignité, les potentiels innés et la valeur de l'être humain et la méthode de les perfectionner graduellement. Quiconque (homme ou femme, en Orient ou en Occident, d'une nation, d'une civilisation, d'une religion ou d'une autre, dans un temps ou dans un autre) renie Dieu, Ses prophètes, Ses livres, Ses anges et le Jour dernier, s'égare car les prophètes, les livres, les anges et le Jour du jugement dernier font un ensemble harmonieux et cohérent, d'un même système, d'une même vérité et réalité dans la création. En d'autres termes, Dieu veut que l'homme (et/ou la femme) mette son potentiel et sa dignité en action et qu'il (ou elle) soit en harmonie avec les prophètes, les livres célestes, les anges et le jour final. Cette phrase sera le pivot et déterminera les coordonnées existentielles de l'être humain. » (pp208-211)

†A propos du verset 171 {Ô Gens du Livre ! N'exagérez pas en votre religion, ne dites sur Dieu que la vérité..} « C'est une annonce particulière adressée à tous ceux qui ont reçu une Révélation, Ecriture, Livre venant de Dieu. Une allocution "sympathique", bienveillante et bienfaitrice de la part du Créateur le Très-Miséricordieux. Il ne convient pas que l'homme ou la femme dise sur Dieu autre chose que la vérité.(…) La signification du verset concerne tous ceux qui exagèrent (ou au contraire affaiblissent ou minimisent) la révélation et les enseignements divins, en parole ou en action, qu'ils soient musulmans, chrétiens, juifs ou autres. Dans les communautés, il y a beaucoup de déviations (voire oppositions) à la vérité des religions, d'où les malheurs, les maladies, etc. » (pp251-252)

www.lumieres-spirituelles.net     No71  - Jumâdî I & II 1436 – Mars-Avril 2015


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)