1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-04-19 | Readers 732 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

C/L’Adhân et l’Iqâmah-3-des règles concernant l’Attestation de Dieu Unique (2)


I/Des règles de conduite morales concernant l’Adhân et l’Iqâmah

3- Des règles de conduite concernant l’Attestation de Dieu Unique

et son lien avec l’adhân et la prière (2)

Nous continuons de voir les règles de conduite à suivre pour  l’attestation de l’Unicité de Dieu (dire : « Il n’y a de divinité que Dieu ! ») en la considérant du point de vue de la station de l’Unicité de Dieu au niveau des Actes.

Les règles de conduite à suivre 

†D’abord, le cheminant doit se convaincre (gouverner), par l’argumentation décisive, la vérité de qu’il n’y a d’ « influenceur » dans l’existence que Dieu, ne pas fuir les connaissances divines qui représentent l’objectif pour lequel les Prophètes ont été envoyés  et ne pas abandonner le Rappel de Dieu et les Affaires de l’Essence et des Attributs. Car la source de l’ensemble des félicités réside dans le Rappel de Dieu. {Quiconque se détourne de Mon Rappel, aura une vie de misère.}.(124/20 Taha)

†Si le cheminant vers Dieu arrive, par la réflexion et l’argumentation, à la vérité de cette Subtilité divine qui est la source des connaissances divines et une des portes des vérités invisibles (ghaybiyyah),  il doit ensuite familiariser le cœur de cette vérité par le rappel et la gymnastique jusqu’à ce qu’il croît. Et cela est le premier niveau de la sincérité de ce qu’il dit  [de son attestation].

ŸSon signe (sa marque, son indice) est de se couper de toute chose vers Dieu et de se détourner (son regard) de toute envie ou espoir en l’ensemble des existants.

ŸSon résultat est l’Unicité au niveau des Actes qui est en vue des stations des gens de la connaissance.

Si le cheminant a restreint l’ensemble des influences à Dieu et s’est détourné de désirer de l’ensemble des existants en dehors de l’Essence Sacrée, il conviendra alors au Lieu de Présence sacré. Même ! Son cœur sera tourné vers ce Lieu de Présence sacré, naturellement (au niveau de sa fitra) et essentiellement (au niveau de son être).

 

Peut-être que la répétition de l’attestation a lieu en vue de confirmer. Dans ce cas, ce qui est visé de l’attestation est l’une des deux attestations.

Et peut-être qu’il n’y a pas là de répétition, l’une des deux attestations indiquant la Divinité au niveau de l’Essence et l’autre la Divinité au niveau des Actes. Dans ce cas de figure, la répétition à la fin de l’iqâmat serait en vue du raffermissement. C’est pourquoi il n’est pas évoqué alors comme étant une attestation.

AVERTISSEMENT GNOSTIQUE

Sache que pour l’attestation, il y a des niveaux. Nous nous contentons d’en évoquer quelques-uns.

Le 1er niveau (celui de la parole)

L’attestation au niveau de la parole est connue. Si cette attestation au niveau de la parole n’est pas doublée de l’attestation au niveau du cœur – même d’un des niveaux descendants – alors elle n’est pas une attestation mais une trahison et une hypocrisie, comme cela a été évoqué dans le propos rapporté de l’Imam as-Sâdeq(p) dans le chapitre précédent sur le « takbîr ».

(d’après Al-Adab al- Ma‘nawiyyah li-s-Salât de l’Imam al-Khomeynî(qs) – Maqâlat 3 – Partie I Chap.3)

 

Explications pour les règles de conduite pour l'adhân N°72

Après avoir distingué l'attestation de l'Unicité de Dieu au niveau de l'Essence de celle au niveau des Actes, l'imam al-Khomeynî(qs) met en avant les règles de conduite à suivre pendant la prière pour atteindre cette attestation au niveau du cœur – en sachant que la prière est un des lieux privilégiés pour la rencontre avec Dieu et l'éducation de l'âme.

1)Le cheminant ou le pèlerin vers Dieu doit se convaincre, par la réflexion et l'argumentation, de cette Vérité qu'il n'y a d'"Agent effectif" en ce monde que Dieu. Donc, dans un premier temps, il fait appel à la raison.

2)Dans un second temps (ou en même temps), il fait des exercices de l'âme pour atteindre le cœur (rappel, répétition, observation, rectification, contrer ce que désire l'âme – instigatrice du mal – en faisant le contraire de ce qu'elle désire et continuer ainsi de suite). Réveiller ainsi la "fitra" (la nature fondamentale, première de l'être humain), saine, créée selon la "Fitra" de Dieu.

S'il ne désire que ce que Dieu désire, n'espère qu'en Dieu, cela est un signe qu'il est sur la bonne voie.

En faisant ces efforts, cette "gymnastique" de l'âme, le pèlerin vers Dieu atteint le premier niveau de la sincérité.

Cela implique, que le prétendant au pèlerinage vers Dieu est arrivé à prendre conscience et à connaître ce que Dieu veut de son existence de façon générale ({Je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent.(56/51 adh-Dhâriyât)}) et de façon particulière – chaque individu ayant une place ou un rôle particulier dans la chaîne de l'existence.

Le résultat escompté : vider le cœur de tout ce qui est autre que Dieu pour le rendre apte à se présenter sur l'Esplanade de la Présence divine et à se tourner vers Dieu naturellement (avec sa "fitra" assainie et vivifiée) et essentiellement (avec tout son être), et capable de recevoir les effusions divines.

Pourquoi la répétition de l'attestation de l'Unicité divine dans l'adhân ? Soit en vue de la répétition pour raffermir le cœur (dans ce cas il n'y aurait qu'une seule attestation), soit en vue d'indiquer les deux niveaux de l'Unicité (celui de l'Essence et celui des Actes). Dans ce cas la répétition pour raffermir le cœur aurait lieu au niveau de l'Iqâmah. D'ailleurs, la déclaration de l'Unicité de l'Iqâmah n'est pas considérée comme une attestation.

A la fin, l'imam(qs) donne un avertissement d'un point de vue gnostique, spirituel. Dans un premier temps, il(qs) a distingué des niveaux de l'Unicité de Dieu, par rapport à notre perception de Dieu, en Le prenant en considération.

Cette fois-ci, il(qs) évoque des niveaux différents de l'attestation de l'Unicité de Dieu en prenant en considération la personne qui fait cette attestation.

La premier niveau abordé ici est celui de la langue : la prononciation des mots au niveau de la langue et des lèvres – ce qui est demandé – mais – et c'est là que réside la mise en garde – si cette attestation s'arrête au niveau de la langue, ne dépasse pas les limites des lèvres, alors cette attestation n'est que mensonge, hypocrisie, trahison.. Les autres niveaux selon vus la prochaine fois.

Que Dieu nous préserve d'être parmi les hypocrites..

www.lumieres-spirituelles.net     No72  - Rajab et Sha'ban 1436 Mai-Juin


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)