1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-04-19 | Readers 753 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Al-Madâ’in en Irak - La tombe de Salman al-Farsi


Al-Madâ’in en Irak

La tombe de Salman al-Farsi

A quelques kilomètres au sud de Bagdad, à Ctésiphon tout à côté d’al-Mada’in, près du Tigre, se trouve la tombe du grand et noble compagnon du Messager de Dieu(s), Salman al-Farsî(qs). Son tombeau est situé à proximité de la grande arche ou « Tâq » de Ctésiphon (vestige de l’ancien empire sassanide dont Mada’in était la capitale), dans l’actuelle ville de Salmân Pâk ("Salman le pur" pour sa perfection morale).

Salman « al-Farsî » ou plutôt « al-Muhammadî  » fut l’un des plus importants compagnons du Prophète(s) qui avait une grande considération pour lui au point de lui déclarer qu’il faisait partie de sa famille Ahle al-Beit(p). Il eut une grande influence sur de nombreux courants mystiques et gnostiques, soufis et shi‘ites, où il occupe toujours, d’ailleurs, une placé privilégiée.

Il mourut durant le règne du troisième calife ‘Uthman, en l’an 35H (~640 apJC), la nuit de vendredi du  15 Sha‘bân, dit-on.  L’Imâm ‘Alî, alors à Médine, se rendit en personne à Madâ’in pour laver son corps (ghosl) et l’envelopper dans son linceul (kafan). Et selon certains propos rapportés, al-Khidr(p) assista également à ses funérailles. 

Il fut enterré à Madâ’in, dans la ville où  il avait été nommé gouverneur deux ans plus tôt en 638 apJC), bien qu’il fût d’origine persane de la région d’Ispahan. Il est raconté qu’avant de mourir, il demanda à sa femme de lui apporter le petit sac de musc qu’il avait toujours sur lui. Il le mélangea dans un peu d’eau  et demanda à nouveau à sa femme : « Asperge-moi de ce musc car les Anges de Dieu ne mangent pas de nourritures terrestres mais aiment le parfum ». Il lui demanda alors de se retirer et il rendit l’âme.

La dernière construction de ces bâtiments remonte aux années 1950 avec une grande salle de prière, deux minarets, plusieurs coupoles et une grande bibliothèque et d’autres pièces attenantes. Début 2006, elle fut en partie endommagée puis restaurée.

Sa tombe demeure  visitée par de nombreux pèlerins et ce jusqu’à nos jours. Sheikh Abbas al-Qommî évoque une ziyârat spéciale pour lui(p).(Mafâtîh al-Jinân aux Ed. BAA pp1525-1532) Il est bon pour le visiteur alors de prendre en considération les spécificités de Salman et de réfléchir sur sa singularité et ses vertus grandioses.

Les expériences spirituelles y sont nombreuses. Nous en citerons deux à titre d’exemple, celle du grand gnostique Sayyed Hâshem al-Haddâd et celle du français Massignon.

Massigon dit avoir reçu alors une « visitation de l’étranger » dont l’identité est tue, qui aurait bouleversé son existence, une « manifestation d’un Feu divin au plus profond de lui-même ravivant une foi intense ». Qui fut ce mystérieux « étranger » dont il reçut la visite durant cette fameuse soirée de mai 1908 ?

 

Un jour, le grand savant gnostique Sayyed Hâshem al-Haddâd alla visiter la tombe du grandiose compagnon du Prophète(s), Salman al-Farsî avec un groupe de compagnons. Ils s’assirent tous au pied de la tombe quand soudain sayyed al-Haddâd se leva pour s’asseoir au niveau de la tête de la noble tombe. Quand ils sortirent du sanctuaire, un des compagnons lui demanda pourquoi il s’était levé aussi précipitamment. Il répondit : « Quand je me suis assis au niveau des pieds, Salman al-Farsî se leva de sa tombe et dit : « Toi, tu es un sayyed, un descendant du Messager de Dieu(s) et tu t’assieds à mes pieds ?! Lève-toi et viens t’asseoir au niveau de ma tête. » Alors, je répondis à sa demande et je m’assis au niveau de sa noble tête. » (rapporté par Sayyed Abd al-Karîm al-Kashmîrî, in Madrasa al-‘urafâ’, vol.1 pp133-134)

 

Qui est Salam al-farsî (le persan) ?

†Salman fut un illustre compagnon du Prophète Mohammed(s) au point qu'il(s) disait de lui : « Dieu m'a demandé d'aimer quatre personnes parce qu'Il les aime. » On lui(s) demanda qui étaient ces quatre personnes. Il(s) répondit : « Ce sont 'Alî, al-Miqdâd, Salmân et Abû Dhar.  »('Uyûn Akhbâr ar-Ridâ, vol.2 p36 N°53 ; Bihâr, vol.22 p326 H27) Même ! Il(s) disait de lui : « Salmân est de nous, les gens de la maison(p). »('Uyûn Akhbâr ar-Ridâ, vol.2 p70 N°282 ; Bihâr, vol.22 p326 H28)

†Salman est un illustre exemple d'une personne qui fut en quête de la Vérité, durant toute sa vie. Il était originaire d'un village près de l'actuelle Ispahan en Perse. Il est dit que son nom était Rozeba ou Rouzbeh. Sa famille était zoroastrienne (religion dualiste de l'Iran ancien), mais il n'en était pas satisfait. Au cours d'un de ses voyages, il rencontra des chrétiens qui lui parlèrent de l'Unicité de Dieu. Il adopta la religion chrétienne malgré l'opposition de ses parents qui tentèrent de l'enfermer. Il s'évada et se rendit en Syrie pour apprendre la religion chrétienne. Un des évêques ou moines lui apprit la venue d'un Prophète en lui donnant des signes de reconnaissance. Quand il entendit parler d'un Prophète dans le Hidjaz, il voulut s'y rendre. En chemin, il fut capturé et vendu à un juif qui habitait à Qouba près de Médine. Là, il entendit parler d'une personne qui se prétendait être un Prophète et qui venait d'arriver à Médine.

†Il eut l'occasion de le(s) rencontrer et de reconnaître les signes qu'on lui avait donnés. (Il(s) refusa les dattes qu'il lui avait données en aumône mais en mangea quand il les lui présenta en cadeaux. De même, il put voir la marque de la Prophétie dans son dos entre les deux épaules). Il se soumit alors au Dieu de sa religion. Le Prophète(s)le racheta à son maître juif et l'affranchit. Il devint un proche compagnon du Prophète(s).

†Il se fit connaître pendant la bataille dite des fossés ou des partis, quand la ville de Médine fut attaquée par les incroyants de Quraish de La Mecque qui comptaient sur l'appui des Juifs de Bani Nadhir et des hypocrites à l'intérieur de la ville. Salman suggéra de construire un fossé tout autour de la ville pour la protéger, idée nouvelle pour les Arabes, qui surprit aussi les troupes d'Abû Sufyân.

†Un jour, des compagnons interrogèrent l'Imam as-Sâdeq(p) sur Salman al-farsi. L'Imam(p) dit : « Ne dites pas Salman al-farsî mais plutôt Salman al-Mohammadî. » Puis il(p) cita trois de ses attributs : « Il passait les désirs du Prince des croyants(p) avant les siens ; Il aimait les pauvres et les préférait aux nantis ; il aimait le savoir et les savants. Oui, Salman était un serviteur vertueux, un musulman monothéiste et ne faisait pas partie des associationnistes.»(Bihâr, vol.22 p327 H33)

†Il participa à toutes les batailles avec le Prophète(s) et lui(s) resta fidèle toute sa vie. Après sa mort(s), il prêta allégeance à l'Imam 'Alî(p) qu'il connaissait à sa juste valeur et n'agissait qu'avec son accord. Il assista aux funérailles secrètes de Fâtimah(p).

†Il était connu pour son grand savoir et sa profonde foi, d'un niveau bien supérieur à ceux de la plupart des compagnons. Le Messager de Dieu disait à son propos : « Salman est une mer qui ne se tarit pas, un trésor qui ne s'épuise pas. Salman est de nous Ahle al-Beit. Il attribue la sagesse et donne la preuve. » (Mafâtîh al-Jinân aux Ed. BAA p1525) Des Hadîths, on peut tirer qu'il a connu le Nom le plus Grandiose, qu'il était au nombre de ceux qui étaient "conversés" [à qui les Anges parlaient] et qu'il connaissait la science des Mystères et de la mort.(Mafâtîh al-Jinân aux Ed. BAA p1526)

†Salman joua un rôle décisif dans l'adhésion de la Perse à l'Islam, à la différence de la Syrie qui fut conquise par la force de l'épée. 'Omar, alors calife, le nomma gouverneur de Madâ'in, ce que Salman accepta avec l'accord de l'Imam 'Alî(p). Il gouverna la région selon les principes de l'Islam. Il fut destitué avec l'arrivée d'Othman au califat. Il se rendit alors à Médine puis vers le nord-est dans le Caucase pour répandre l'Islam.

†Sa durée de vie reste problématique, certains dirent plus de trois cents ans..

www.lumieres-spirituelles.net     No72  - Rajab et Sha'ban 1436 Mai-Juin 2015


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)