1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-06-13 | Readers 657 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Mausolée de Ja‘far fils d’Abû Tâleb en Jordanie


Mausolée de Ja‘far fils d’Abû Tâleb en Jordanie

A la porte du village d’al-Mazar en Jordanie, se trouve le mausolée de Ja‘far fils d’Abû Tâleb (le cousin du Messager de Dieu(s) et le frère du Prince des croyants(p)) qui était comparé au Messager de Dieu(s) physiquement et moralement.

Lors d’une bataille opposant les Musulmans à l’armée de l’Empire Byzantin, il tomba en martyr à Mu‘tat, le 2 Jumâdi I en l’an 8H (~629 apJC) avec Zayd fils de Hârith, Abdallah fils de Rawâhât et un grand nombre de compagnons. L’ensemble des martyrs furent enterrés sur une hauteur dominant le champ de bataille de Muta‘, à un km à l’est de ce village appelé depuis « al-Mazar » situé à une dizaine de kilomètres au sud de la ville de Karak. A l’entrée du sanctuaire, une stèle funéraire évoque l’ensemble des martyrs.

Le mausolée de Ja‘far at-Tayyâr est le plus important. Sa construction remonterait aux temps des Fatimides, si l’on en croit les stèles qui étaient  fixées sur le tombeau de Ja‘far fils d’Abû Tâleb et qui se trouvent actuellement dans le musée limitrophe. Sur la première est gravée en écriture kûfi : « Voici la tombe Ja‘far fils d’Abû Tâleb (que Dieu soit Satisfait de lui) » et sur les deux autres, les versets 169 et 170 de la sourate Âli ‘Imrâne (3). D’autres stèles, présentes également dans le musée, révèlent que le tombeau a subi plusieurs rénovations aux cours des siècles. Il aurait été par deux fois détruit, une fois par les croisés lors de l’occupation de la ville de Karak et une seconde fois par un tremblement de terre.

Des fouilles récentes ont permis de découvrir un passage dallé aboutissant à l’esplanade de la mosquée sur la face nord ; une coupole avec quatre arcs dont un seul apparait ; un « mihrâb » ; des pièces de monnaie ; des lampes en terres cuites et des gravures.

Entre 1930-1934, une grande mosquée fut construite, surmontée d’une grande coupole avec deux minarets latéraux ayant chacun une petite coupole verte et un espace pour l’appel à la prière.

A partir de 1971, des modifications furent apportées : le toit de la coupole, les portes et les fenêtres furent restaurés ainsi que la pièce de devant, aménagée en un musée islamique. L’ancienne entrée a disparu.

En entrant dans le mausolée, le regard est attiré par un plaque de marbre sur laquelle est écrit en noir : « C’est le mausolée du majestueux compagnon martyr, notre maître Ja‘far fils d’Abû Tâleb, cousin du Messager de Dieu(s), l’émigrant des deux émigrations, le chef de la bataille de Mu’ta durant laquelle il a perdu ses deux bras. Ensuite, il tomba en martyr. Alors le Messager de Dieu a informé qu’ils ont été remplacés par deux ailes avec lesquelles il vole au Paradis. Il fut alors appelé « Ja‘far at-Tayyâr » »

Le tombeau sanctuaire, long de 3m et large de 2m, a été surélevé d’environ un mètre et demi et entouré d’une grille en fer peinte en vert. Sur un des côtés est accroché un panneau racontant la vie de Ja‘far at-Tayyâr et sur un autre un poème de 11 vers. Au milieu du plafond, un lustre de verre blanc fait miroiter la lumière des lampadaires blancs placés sur les côtés du plafond du sanctuaire.

Devenue le principal lieu de prière pour les habitants de Mazâr, préférant prier dans le sanctuaire d’un des proches-élus de Dieu, cette mosquée accueille  aussi des visiteurs venus de l’extérieur, d’autres pays arabes ou d’Iran, malgré des menaces de certains fanatiques.

www.lumieres-spirituelles.net   No73  - Ramadan & Shawwal 1436 – Juillet-Août  2015

 

 Qui est-Ja'far fils d’Abû Tâleb  en Jordanie ?

Ja‘far fils d’Abû Tâleb, est le cousin du Messager de Dieu(s) et le frère du Prince des croyants(p), de 10 ans son aîné. Il était comparé au Messager de Dieu(s) physiquement et moralement. Il embrassa l’Islam dès le début de la diffusion du Message.

Les premiers temps ayant été très difficiles pour les nouveaux adeptes de l'Islam subissant la répression de Bani Quraish à La Mecque, le Prophète Mohammed(s) exhorta certains musulmans à émigrer vers d'autres terres plus favorables. Il(s) demanda à son cousin Ja'far d'accompagner ceux qui voulaient se rendre en Abyssinie (l'actuelle Ethiopie) où régnait un homme de foi chrétienne, le roi Négus. Ja'far devint ainsi le premier ambassadeur de l'Islam.

Quand les incroyants de Quraish apprirent la présence de Musulmans en Abyssinie, ils envoyèrent une délégation pour essayer de convaincre le roi de les en chasser. Mais, le roi Négus, séduit par les belles paroles que rapportait Ja'far du noble Coran (notamment les versets de la sourate Mariam se rapportant à sayyida Mariam et au Prophète 'Issa(p) (Jésus)) ainsi que par la morale défendue par le Prophète Mohammed(s), son attestation de foi  en l'Unicité de Dieu, se fit un honneur de défendre ces immigrés et ne répondit pas à la demande des envoyés de Quraish. L' Abyssinie devint un exemple de l'application de bons rapports de voisinage entre les Chrétiens et les Musulmans, dans le respect des uns et des autres.

Ainsi, à la demande du Prophète(s), Ja'far fils d'Abû Tâleb resta en Abyssinie, le cœur serré en apprenant les misères que lui(s) firent subir  les gens de Quraish à La Mecque, soulagé à la nouvelle de son émigration à Yathrib (qui deviendra Médine) et la consolidation de ce qu'on appellerait aujourd'hui le nouvel Etat islamique.

La 7e année de l'hégire, le Prophète(s) envoya un messager au Négus avec une lettre dans laquelle il(s) donnait la permission aux Musulmans de retourner vers leurs pays. Les Musulmans revinrent honorés, chargés de cadeaux de la part du Négus.

Ja'far fils d'Abû Tâleb rejoignit le Prophète(s) le jour de la victoire de Khaybar sur les Juifs qui s'y étaient réfugiés après avoir violé l'accord établi avec le Prophète(s). Ce jour-là fut ainsi considéré comme une double fête. Le Prophète(s) dit en accueillant Ja'far : "Certes, Ja'far et ses compagnons ont vraiment réalisé deux émigrations : l'une vers l'Abyssinie et l'autre vers Médine."

L’année suivante, il fut envoyé avec une armée de 3000 hommes pour combattre les troupes de l’empire de Byzance dans le pays de Sham qui avaient commis des exactions contre des Musulmans injustement. Zayd fils de Haritha en était le commandant en chef, Ja'far son premier suppléant et Abdallah fils de Rawaha son second suppléant. Ils affrontèrent vaillamment l'armée byzantine forte de 100 000 hommes à Mu’tat, lieu situé vers le sud-est de la Mer Morte (dans l'actuelle Jordanie). Après le martyre de Zayd, Ja'far prit le commandement de la troupe des croyants et se dirigea sur le champ de bataille, tenant la bannière de l'Islam de sa main droite. Les associationnistes lui coupèrent la main droite. Il saisit la bannière de l'Unicité de sa main gauche. Il eut également sa main gauche coupée. Puis il reçut le coup de grâce et tomba martyr sur le champ de bataille. Abdallah prit l'étendard et fut tué peu de temps après. Khaled fils de Walid, chef militaire récemment converti à l'Islam, prit le commandement des troupes et organisa leur retraite durant la nuit.

Avant leur arrivée à Médine, le Prophète(s) fut informé par Dieu de la bravoure des combattants qui tombèrent martyrs sur le champ de bataille. Il(s) apprit également que Dieu avait remplacé les deux mains coupées de Ja'far fils d'Abû Tâleb par deux ailes avec lesquelles il pourrait voler. D'où le surnom de "Ja'far at-Tayyâr" (l'homme volant). Il(s) se rendit à la mosquée de Médine pour annoncer aux habitants de Médine le martyre des valeureux combattants. C'était en l’an 8 de l’Hégire.

www.lumieres-spirituelles.net   No73  - Ramadan & Shawwal 1436 – Juillet-Août  2015


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)