1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-08-12 | Readers 513 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Comment connaître Dieu ? (1)


Comment connaître Dieu ? (1)

Depuis plus de six ans, nous présentons des hadiths du Messager de Dieu(s) et des Imams Infaillibles(p) sur la connaissance de Dieu, certains avec le commentaire de grands savants religieux. Les Infaillibles(p) utilisèrent diverses approches pour aborder la question de la connaissance de Dieu, selon la personne à qui ils s’adressaient. Et leurs propos furent différemment repris par les savants religieux, selon aussi leurs capacités et les circonstances dans lesquelles ils vivaient. Y a-t-il une approche (ou méthode) meilleure qu’une autre ?

Dans la préface de son livre « Allâhu fî-al-‘irfân  (« Dieu dans l’’irfân (gnose) »), la méthode ‘irfâni (gnostique) et son rôle dans la connaissance de Dieu », sayyed Abbas Noureddine jette une lumière édifiante sur l’histoire de la connaissance de Dieu et sur les différentes méthodes qui ont apparu au cours des temps. Nous nous proposons d’en présenter la traduction dans les prochains numéros de la revue (in shâ Allah).

{Dieu qui a créé sept cieux et de la terre autant.

L’Ordre (le Commandement) descend entre eux

afin que vous sachiez que Dieu est Puissant sur toute chose

et que Dieu a englobé toute chose en savoir.}(12/65 at-Talâq)

Après la mort du Messager de Dieu(s), la société islamique fut mise à l’épreuve par un état de troubles et d’agitations au niveau des valeurs, qui conduisit à un manque de vision claire du système des valeurs islamiques originelles.

¢Le « Jihâd » et les conquêtes – qui ne sont que des moyens – devinrent prioritaires aux dépens de la quête du savoir qui est pourtant le fruit, le but de l’existence de l’individu en ce monde.

Et bien que la jeune société islamique ne niât pas l’importance de la connaissance de Dieu – qui se situe au sommet des recherches du savoir – l’absence d’attention de la place de cette valeur dans le système adopté par cette société, dû au fait de l’arrivée au pouvoir de gens incompétents, a conduit à l’annihiler ou à la rendre complètement oubliée. Ainsi, ce qui était un objectif clair de l’envoi de la noble prophétie parut comme achevé et terminé.

La préoccupation de connaître Dieu se réduisit à tel point que quand le Prince des croyants(p) revint au poste de la direction de la société islamique, il(p) se plaignit beaucoup de l’éloignement des Musulmans du savoir et de la connaissance, et de ce que le courant du combat et de la lutte en vue des conquêtes et des butins avait pris le dessus et pénétré tous les aspects de la vie des Musulmans, imposant par cela d’autres priorités à la conduite du projet islamique divin.

Aussi, il ne devenait plus possible de répandre la culture de la connaissance de Dieu et d’ancrer sa valeur véritable parmi les Musulmans, occupés qu’ils étaient aux actes des pouvoirs dirigeants – ces dirigeants qui placèrent ad-Dunia et l’élévation en ce monde comme un objectif et une valeur demandés.

¢Les Imams d’Ahle al-Beit(p) – qui détiennent la totale capacité d’orienter la société musulmane vers les buts divins – furent obligés de développer des efforts ardus en vue de sauvegarder des règles et des principes à partir desquels il deviendrait possible de commencer à réaliser les objectifs moraux majeurs. Ces règles et principes peuvent être résumés ainsi :

1-l’Unité de la société islamique ;

2-La sauvegarde du Coran et de son caractère sacré ;

3-La place de l’Imamat divin dans la vie de l’humanité.

ŸAinsi, une société privée de ces piliers, ne pourra jamais acquérir une expérience de connaissance bien orientée.

ŸEn l'absence de l’un de ces piliers, l’ensemble des mouvements scientifiques sera immanquablement au service des despotes et constituera un facteur fondamental à l’expansion des divisions et de l’éparpillement.

 (Introduction de « Allah fî-l-‘irfân » de s. A. Noureddine, pp9-11)

www.lumieres-spirituelles.net     No74  Dhû al-Qa'deh-Dhû al-Hujjah 1436 – Sept.-Oct. 2015

Explications à propos de Comment connaître Dieu par Dieu (1)

†Le livre "Allah dans l''Irfân" ("Dieu dans la gnose") n'est pas un livre pour débutants car il fait référence à d'autres ouvrages – notamment ceux de l'Imam al-Khomeynî(qs) – que le lecteur doit avoir lus pour profiter de ce livre et voir s'ouvrir devant lui de nouvelles portes de connaissance relative à Dieu Tout-Puissant et de proximité de Sa sainte Présence.

†Ce livre offre cependant une préface qui donne un aperçu de l'évolution de la connaissance relative à Dieu par l'homme musulman après la mort du Prophète(s) et jette un éclairage sur les méthodes qui ont été suivies. En terme moderne occidental, il offre une approche épistémologique des sciences islamiques de la connaissance de Dieu.

†Les préoccupations de beaucoup de Musulmans, aux premiers temps de l'Islam, se portèrent en priorité sur le combat (al-jihâd) – d'une part parce que l'empire byzantin tenta de profiter de la mort du Messager de Dieu(s) pour passer à l'offensive contre cette nation islamique naissante, d'autre part parce que de nouveaux convertis à l'Islam (suite aux victoires remportées par lui), ne pensaient qu'à acquérir militairement de nouveaux territoires, dissimulant leurs ambitions sous le couvert de vouloir répandre l'Islam. 

†D'ailleurs, la façon dont a été réglée la question de la succession du Prophète Mohammed(s) à sa mort, reflète bien la situation dans laquelle se trouvait la nation islamique en général alors : ayant une mauvaise connaissance de Dieu (qu'Il soit Exalté), ne Le plaçant pas réellement au cœur de ses préoccupations.

†Il est intéressant de rappeler que même les sciences de la connaissance relative à Dieu ne sont pas à l'abri des influences de la réalité extérieure, de ses besoins, de ses préoccupations et de ses exigences. Ainsi, on peut voir comment les "califes-rois" (qui ont usurpé la "Lieu-tenance" (califat) divine) ont cherché à détourner la religion vers leurs propres intérêts, pour justifier leur despotisme et leurs exactions – phénomène d'ailleurs pas exclusif à l'Islam.

†En même temps, les Imams(p) infaillibles de la descendance du Prophète(s) n'avaient pas abandonné les enseignements divins et en premier la Révélation divine, le noble Coran – comme en témoignent leurs propos, invocations, lettres (risâlât) et ziyârâts rapportés dans les encyclopédies de hadiths, dans le Nahj-al-Balâgha..

†Mais en vue de sauver l'Objectif divin et de sauvegarder les conditions favorables à la réalisation de la Promesse divine, ils(p) allaient agir en fonction de trois principes fondamentaux : sauvegarder l'unité de la société islamique, l'intégralité du Coran (et son caractère sacré) et la place de l'Imamat divin dans la vie de l'humanité.

†Ces trois principes qui ont été observés par les Imams(p) infaillibles (puis par les savants après eux) et qui ont déterminé leurs priorités, permettent de mieux comprendre les activités de ces êtres exceptionnels(p) durant leur Imamat.

†Ils expliquent peut-être pourquoi ces trésors sublimes, d'un degré inégalable de spiritualité, d'éthique, de profondeur et de réflexion (tels qu'as-Sahîfah as-Sajjâdiyyah de l'Imam 'Alî fils de Hussein(p)), laissés par le Prophète(s) et par les Imams d'Ahle al-Beit(p), n'ont pas eu plus d'effet dans la culture générale des Musulmans et dans le développement des sciences de la connaissance relative à Dieu.

www.lumieres-spirituelles.net     No74  Dhû al-Qa'deh-Dhû al-Hujjah 1436 – Sept.-Oct. 2015


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)