1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-08-12 | Readers 475 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La colère (al-ghadab) – Définition (3)


La colère (al-ghadab) – Définition (3)

 

Après avoir fait connaissance de cette "force de la colère", nous avons vu qu'il est dans la nature de l’âme de réagir à des facteurs intérieurs et extérieurs. Même ! Ses réactions contribuent au perfectionnement de l’âme, à sa purification et à son éducation. Mais à condition qu'elles soient positives, comme lors de la lecture du Coran dans de bonnes conditions d’écoute ou de lecture (comme le calme, le silence, l’attention, la disponibilité d’esprit). Ces réactions sont demandées et peuvent faciliter le processus de perfectionnement, l’accélérer ou l’ouvrir sur de nouvelles perspectives.

Mais les réactions de l'âme peuvent aussi être négatives, impulsives et le résultat aussi en est négatif. Non seulement il n’y a pas de perfectionnement ni de renforcement, mais au contraire, elles provoquent un affaiblissement, une perte, une destruction. La colère fait partie de ce deuxième type de réactions avec la perte de contrôle de soi et la manifestation d’émotions et d’actes non maîtrisée.

Ces deux types de réactions se distinguent clairement au niveau de la façon de réagir et au niveau du résultat.(1) Avant de mettre en évidence ces signes et ces symptômes de la colère blâmable, revenons à la définition de la colère, à sa nature. Nous avons vu que la colère blâmable provient d’une mauvaise utilisation de cette « force de la colère » que Dieu a placée en chacun d’entre nous. Allons plus loin à la lumière des propos rapportés.

 

La colère est l’image (sûrat) de la Colère divine

 Il est rapporté de l’Imam as-Sâdeq(p) : « Les apôtres demandèrent [au Prophète] ‘Issa(p) : « Quelle est la chose la plus terrible ? » Il(p) répondit : « La chose la plus terrible est la Colère de Dieu (Tout-Puissant). »

Ils demandèrent : « Par quoi peut-on se préserver de la Colère de Dieu ? » [Il(p) répondit :] « Que vous ne vous mettiez pas en colère ! » »(2)

Plusieurs choses peuvent être déduites de ce propos rapporté. Notamment que le fond de la colère est la forme, l’image de la Colère de Dieu [tout comme l’enfer est une manifestation de la Colère de Dieu].

 

La colère est du Feu de la Colère divine

« Et peut-être que le Feu de la Colère divine dont l’origine est la colère ainsi que l’ensemble des autres vices du cœur, nait du fond du cœur et circule vers l’extérieur. »(3)

« Et sans doute la Parole du Très-Elevé   {Le Feu de Dieu attisé* qui monte jusqu’aux coeurs.}(6-7/104 Humazah) – est une indication de ce feu qui apparait du fond du cœur (qalb) et qui monte jusqu’au cœur/raison (fu’âd).(4)

 

Le cœur est du niveau du monde immatériel (malakûti), alors le feu du monde matériel (mulki) ne peut pas l’atteindre parce que ce dernier ne sort pas du cercle des corps matériels (mulki) du monde ici-bas (duniawiyyah). Alors que le feu qui brûle l’intérieur et l’apparent, l’esprit, le cœur (qalb), le cœur/raison (fu’âd) et le corps, est le feu immatériel (malakûti) divin qui apparait du fond du cœur et qui se répand vers l’extérieur en passant par les sens.(5)

 

La colère est un brandon de feu pris du Feu allumé du Dieu qui ne prend qu’aux cœurs/raisons/for intérieur (al-Af’îda). Les propos du Prince des croyants(p) confirment cette compréhension : « La colère est un feu allumé. »(6) Et « La colère est le feu des cœurs. »(7)

 

La colère [blâmable] est du feu du shaytân

« La colère est un brandon du shaytân » disait le Messager de Dieu(s). (8)

« La colère est un brandon ardent du shaytân qui est jeté dans le cœur du fils d’Adam. »(9)

« Prends garde à la colère qui est un mauvais présage (tîrat) du shaytân ! Sache que ce qui te rapproche de Dieu t’éloigne du feu et ce qui t’éloigne de Dieu te rapproche du feu » disait le Prince des croyants(p). (10)

Ainsi, comme en déduit le savant al-Kashânî (auteur entre autres d’al-Mahajjah al-baydâ’), celui que le feu de la colère a excité, renforce sa proximité du shaytân. Il est dit dans le noble Livre : {Tu m’as créé de feu et Tu l’as créé d’argile.}(12/7 Al-A‘râf). Le calme et le maintien (ou la dignité) sont de la nature de l’argile alors que la nature du feu est l’allumage, l’excitation, le mouvement, l’instabilité. Et c’est sans doute cela (feu de la colère) qu’indique le verset {qui fera fondre ce qui est dans leur ventre.}(20/22 al-Hajj)(11)

Aussi, le contraire de la colère est-il la mansuétude (al-hilm). Nous aurons l’occasion d’y revenir.

(1)S. Abbas Noureddine conf. 5/12/2013 –  (2)Wasâ’il ash-shî‘at, vol.15 Bâb53 – Abwâb Jihâd an-nafs H15 ; al-Khisâl de sh.Sadûq p6 H17 (3)L’Imam al-Khomeynî(qs), Arba‘ûna hadîthann H7 pp172-173 (4)L’Imam al-Khomeynî(qs), Junûd al-‘aqel wa-l-jahel p229 (5)L’Imam al-Khomeynî(qs), Junûd al-‘aqel wa-l-jahel p231 (6)Ghurar al-Hikam 1787 – Mîzân al-Hikmah N°14 705 (7)Ghurar al-Hikam 965 – Mîzân al-Hikmah N°14 704 (8)Bihâr al-Anwâr, vol.73 p448 H15 (9)L’Imam al-Bâqer(p), Usûl al-Kâfî, vol.2 Bâb 307 p294 H12 (10)Le Prince des croyants(p) Nahj-al-Balâgha, Kitâb 76 pp642/3 (11)al-Mahajjah al-Baydâ’, vol.5 pp289-290

www.lumieres-spirituelles.net     No74  Dhû al-Qa'deh-Dhû al-Hujjah 1436 – Sept.-Oct. 2015


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)