1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-10-12 | Readers 367 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le massacre de milliers de pèlerins au Hajj !


Le drame de Mina : incurie saoudienne..

..ou/et crimes prémédités ?

Décidément l’Arabie Saoudite n’arrête pas de faire parler d’elle ! Et malheureusement pas en bien ! Après le Bahreïn, Daesh (et Cie), les différents attentats à la voiture piégée dans le monde, le Yémen, le verdict de décapitation et de crucifixion d’un jeune saoudien.. voilà des milliers de pèlerins tués dans des conditions obscures durant la période sacrée du Hajj, moment privilégié de toute la nation islamique avec Dieu !  Et au lieu d’adopter un profil bas, elle continue de manifester son arrogance et de lancer des menaces !

Le massacre de milliers de pèlerins au Hajj !

En ce matin du jour de l’Aîd al-Adhâ, après le lever du soleil, les pèlerins se rendaient à Mina (vallée située dans l’enceinte sacrée, entre Mashar al-Harâm et La Mecque) pour accomplir les rites du Hajj : jeter sept pierres contre al-Jumrah (la colonne) d’al-’Aqaba (symbolisant le shaytân), faire le sacrifice, se couper une mèche de cheveux ou des ongles (ou se raser). Rites qui se répètent chaque année dans un endroit à découvert qui n’a pas connu de rénovations depuis au moins une dizaine d’années. Alors que s’est-il passé en ce matin du 24 septembre 2015 pour que plus de 4000(1)personnes en état de sacralisation aient trouvé la mort dans cette zone de transit entre les camps de pèlerins de Mina et le pilier d’al-Jumrah, alors qu’ils se rendaient tranquillement pour la lapidation ?

Les autorités saoudiennes, niant toute responsabilité dans ce drame, pointent le «manque de discipline» des pèlerins ?!

Les quelques photos et vidéos diffusées tout de suite après le drame – avant leur totale réquisition par le roi saoudien – permettent d’en douter.

Elles montrent des corps entassés près des tentes de Mina (c’est-à-dire en aval des évènements), même, recouverts de déchets !

Des témoignages de survivants parlent de la lenteur de l’arrivée des secours, tardant plus d’une heure, voire jusqu’à quatre heures !

Mais rien en amont. Aucun indice, aucun témoignage, aucun cadavre mais des.. « disparus » !!

Beaucoup de zones d’ombre et de questions, à défaut de preuves tangibles..

Les témoignages révèlent à coup sûr l’incurie de ceux qui ont mis la main sur les lieux saints et qui assurent la gestion des rites du Hajj et aussi leur mépris pour la vie (voire la mort) des pèlerins.

•Les causes évoquées

La cause que les médias ont le plus rapportée à l'origine de cette bousculade meurtrière, met l’accent sur une faute de gestion.

®la fermeture de deux des cinq portes d’accès, comme certains l’attestent, pour le passage d’un convoi princier.

Mais pourquoi il n’y a pas eu de mise en place rapide de voies de déviation pour les pèlerins, alors que ces lieux bénéficient de nombreuses caméras de surveillance, d’un énorme soutien logistique terrestre et aérien ?

Et pourquoi le refus des policiers saoudiens d’ouvrir les portes latérales menant aux tentes, pour diminuer la pression et sauver des vies humaines ?

®D’autres évoquent une distribution de bouteilles d’eau aux pèlerins qui aurait provoqué une bousculade.

Mais, cela suffit-il pour provoquer la mort de plus de quatre mille pèlerins, se piétinant les uns les autres au point de mourir étouffés ?

Il n’y aurait-il pas eu autre chose qui aurait provoqué ce drame, tout au moins un mouvement de panique ? Sont évoqués :

®des bastonnades (et même des captures) de pèlerins par les policiers saoudiens ;

®l’inhalation d’un gaz mortel, inodore, causant la perte de mémoire(2) des pèlerins ;

®l’intervention d’éléments fauteurs de troubles ;

®l’enlèvement de personnalités iraniennes par le Mossad en collaboration avec l’Arabie Saoudite(3), comme certaines sources européennes se sont plu à faire circuler à Bruxelles, le jour du drame.

En plus de l’énigme de l’origine de ce drame, d’autres questions subsistent :

•Pourquoi des « disparus », et en si grand nombre ?

S’il sont encore vivants, où sont-ils ? soignés dans des hôpitaux ?

enlevés ? détenus dans les geôles saoudiennes (ou autres) ?

Et s’ils sont morts, où sont passés les corps ? Entassés dans des morgues ? dans des containers ?

dans des décharges ? Enterrés dans des fosses communes ? Des témoins ont parlé de corps retirés à la pelleteuse..

Quelle incurie ! Quelle désinvolture ! Quel irrespect de la vie et de la mort des pèlerins, de la sacralité des lieux et du moment !

•Est-ce un hasard que le plus grand nombre de pèlerins touchés par ce drame provient d’Iran(4), comprenant de plus, des personnalités politiques et diplomatiques de haut rang(5) ?

•Pourquoi le refus des autorités saoudiennes de collaborer avec les responsables des victimes ?

Pourquoi leur refus des aides des secouristes accompagnant chaque groupe de pèlerins ?

Pourquoi leur refus de toute collaboration pour l’identification et le rapatriement des corps, pour la recherche des disparus ? (Ce n’est qu’après avoir menacé les autorités saoudiennes que l’Iran a pu rapatrier les quelques trois cents dépouilles iraniennes.)

Pourquoi leur refus de toute reconnaissance de leur responsabilité dans ce drame ?

Pourquoi les organisateurs du Hajj n’ont pas présenté leur démission(6) et ont préféré lancer des campagnes diffamatoires contre les pèlerins ?

Dans tous les cas – que ce drame soit le résultat d’une désinvolture d’un prince saoudien, d’une négligence des autorités saoudiennes, ou d’un complot saoudien-sioniste (ou américano-sioniste utilisant la rancune saoudienne contre l’Iran) – il y a :

homicide (volontaire ou pas, avec (ou pas) préméditation) de milliers de pèlerins,

non-assistance de personnes en danger

violation de la sacralité des lieux !

La gravité de cette catastrophe exige enquête, jugement et sanction.

¿Les autorités saoudiennes doivent :

reconnaître leur responsabilité et présenter leurs excuses (aux familles des victimes et aux autorités de leurs pays) ;

permettre l’identification des corps et leur rapatriement ;

dédommager les familles des victimes ;

reconnaître leurs défaillances et leur incurie.

¿Une commission d’enquête composée de représentants de Musulmans dont l’Iran doit être créée et des mesures doivent être prises pour éviter que de tels drames se répètent les années prochaines.

¿Un comité international se chargeant de la gestion des rites du Hajj doit être mis en place.

La plupart des pays touchés par ce drame exigent ce minimum de revendications.(7)

« Le Noble Coran considère la Maison de Dieu comme un lieu sûr et de paix, est-ce là la sécurité dont parle le noble Coran ? »

«Pour le moment, nous ne faisons pas de jugement prématuré sur les causes de cet accident mais nous estimons que le gouvernement saoudien n’a pas rempli ses obligations vis-à-vis des blessés et les a laissés dans un état de non-assistance et de soif intense qui a causé la mort de beaucoup d’entre eux. »

«Le moindre manque de respect aux pèlerins iraniens et le refus du gouvernement saoudien de remplir ses obligations à l’égard des corps purifiés, entraineront une réaction de la part de l’Iran. »

L’imam al-Khâmine’î(qDp) le 30/9/15

(1)Selon un communiqué publié le 29/9/15 par le ministère saoudien de la santé sur son site annonçant la collecte des photos des 4 173 pèlerins décédés à Mina, et qui sera retiré quelques heures plus tard. Le vice-ministre saoudien de la Santé Mohamed Aldowale responsable de ce communiqué sera limogé par le roi.

(2)cf. les déclarations faites par l’ancien ministre délégué de la Santé d’Egypte, Hamid Fawzî, parti à la recherche de son neveu disparu, à la chaîne de télévision CBS, le 3/10/15 : « Passant par les morgues, j’ai constaté un grand nombre de dépouilles sur lesquelles ne se voyait aucune trace de coup ou de violence. Les médecins des hôpitaux saoudiens et moi, nous sommes d’avis que la mort des pèlerins à Mina relève de l’inhalation d’un gaz. » Et d’ajouter : « Un grand nombre de blessés avaient perdu leur mémoire et étaient incapables de se reconnaître. Je pense que l’usage d’un gaz est à l’origine de la perte de mémoire des pèlerins ».  « La médecine ne peut pas justifier la perte de mémoire en raison d’un mouvement de foule ni d’une bousculade. L’étouffement ne peut pas causer la perte de mémoire.» Il en informa le roi saoudien dans une lettre qu’il lui fit remettre.

(3) C’est une société israélienne qui assure la sécurité du Hajj derrière une société «écran» locale dirigée par un certain Khaled Baghdadi : al-Majal G4S et qui a accès au nom de tous les pèlerins avec leurs photos et leurs empreintes !!

(4)300 tués et rapatriés, 14 blessés et 165 «disparus» que les autorités iraniennes recherchent encore.

(5)Des commandants des Gardiens de la Révolution, des diplomates dont l’ancien ambassadeur au Liban Ghazanfar Rukun Abadî, déjà visé par un attentat à la voiture piégée contre l’ambassade d’Iran à Beyrouth, en novembre 2013, commandité par l’Arabie Saoudite, parce que rendu responsable de l’échec de la politique saoudienne au Liban.

(6)Au lendemain du drame, le roi Salman a procédé au limogeage du ministre des Affaires pieuses et celui des affaires des villes et des villages.

(7)Après l’Iran, la Syrie, l’Egypte, le Nigéria, le Kenya, l’Indonésie, l’Inde, l’Yémen, l’Irak, le Liban, le Niger, le Sénégal, le Maroc..

www.lumieres-spirituelles.net N°75 - Moharram - Safar1437 - Oct. - Novembre 2015

DÉCOUVRIR DES RÈGLES DIVINESNo75

La résistance de deux villages Syriens !

Fou‘a et Kafraya sont deux villages shi‘ites de la province d’Idleb, au nord-ouest de la Syrie, bombardés et encerclés depuis plus de sept mois par les miliciens «takfiris» Jesh al-Fatah, une branche de la Qa‘ida.

Leurs habitants ont décidé de résister aux attaques «takfiries», de défendre leur religion, quitte à mourir sur leur terre, plutôt que de se rendre ou de fuir ou de laisser leurs villages aux mains de ces étrangers «tak­firis». En agissant ainsi, ils n’ont fait que suivre l’exemple de l’Imam al-Hussein(p) et de ses compagnons.

Et Dieu ne les a pas abandonnés.

Par un tour de passe-passe, les évènements ont lié leur résistance aux durs combats menés par l’armée syrienne et le Hezbollah contre les «takfiris» (ces agents travestis en musulmans, entraînés et stipendiés par les américano-sionistes-saoudiens), qui s’étaient réfugiés dans la ville de Zabadani, non loin de Damas, menaçant la route de Damas, voie vitale pour le Liban.

Deux semaines après le début de l’offensive de l’armée syrienne et du Hezbollah, la situation des «takfiris» était devenue très difficile, ayant perdu le contrôle de presque toute la ville.

Aussi, en vue de changer l’équation sur le terrain, ils ajoutèrent ces deux villages encerclés dans le nord de la Syrie au tableau des négociations, donnant l’occasion à ces deux villages Fou‘a et Kafraya, encerclés depuis plus de sept mois, d’être libérés.

Ainsi, ces courageux villageois de Fou‘a et de Kafraya se trouvèrent, d’un certaine façon, épaulés par les vaillants combattants de l’armée syrienne et du Hezbollah, luttant à des centaines de kilomètres plus au sud. Et leur résistance héroïque favorisa un soutien local, régional puis international qui est en train de bouleverser le cours des évènements.

Sans la bataille de Zabadani, les milices «takfiries» n’auraient jamais rendu Fou‘a et Kafraya.

Et sans leur résistance, les habitants de ces deux villages auraient  connu le même sort que celui des villages voisins : massacres, destructions, oppressions, liquidations, pillages, esclavages sexuels, exode..  

Dieu, Tout-Puissant, dit dans Son noble Livre : {Ô vous qui croyez ! Si vous secourez Dieu,

Il vous secourra et raffermira vos pas !}(7/47 Mohammed)

www.lumieres-spirituelles.net N°75 - Moharram - Safar1437 - Oct. - Novembre 2015


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)