1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-12-09 | Readers 641 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

2d camp familial de la FICA - 2 poemes sur Ashura'


Compte-rendu du second camp familial de la FICA

Durant le premier week-end de septembre 2015, la Fondation Islamique et Culturelle d'Ahle al-Beit(p) (FICA) de Genève en Suisse(1) avait organisé, sous la direction d'un dynamique savant religieux, Sayyed Abbas Ayleya, un camp familial pour la seconde année, durant lequel se sont mélangées activités ludiques, culturelles, religieuses et cultuelles.

Une rencontre multi-ethnique, de tout âge avec en commun les mêmes croyances islamiques. Et malgré la diversité des gens (originaires du Pakistan, d'Inde, d'Iran, du Liban, de France, de Belgique, d'Algérie, de Suisse bien sûr, et aussi des Etats-Unis et de Grande Bretagne), des cultures, des langues et des tranches d'âge, une bonne ambiance chaleureuse y régnait. Ce fut une occasion d'un enrichissement mutuel et d'une découverte de vérités spirituelles profondes à l'ombre des activités et des prises de parole d'intervenants venus du Liban, de Belgique et même des Etats-Unis.

Dès le début, les participants furent divisés en quatre groupes, reprenant chacun  leur diversité. Chaque groupe, doté d'une couleur et d'un étendard, devait choisir son chef et son mot d'ordre et avait à charge (à tour de rôle) l'appel à la prière en son temps et la propreté du lieu de prière.

Ainsi, les gens  participaient aux différentes activités (proposées selon les tranches d'âge et le sexe), selon leur groupe, en vue de rapporter des points à leur groupe, que ces activités aient lieu à l'extérieur (comme la course à pied, le tir à la corde, le saut dans un sac..etc) ou à l'intérieur (comme deviner ce que représente un dessin, prier sur le Prophète(s) et sa famille(p) de la plus haute voix, construire un montage avec des gobelets devant en supporter deux remplis d'eau). Il y en avait pour tous les goûts et pour tous les âges, et souvent, avec un objectif pédagogique religieux, dévoilé à la fin.. Et malgré cette compétition entre les groupes, il n'y eut aucune rancune, aucune "inimitié". Et à la fin, tous applaudirent l'équipe gagnante.

Parmi les activités culturelles proposées : retenir (puis les réciter le lendemain) les vingt bienfaits dans l'amour pour Ahle al-Beit(p), dix en ce monde et dix dans l'Au-delà, annoncés par notre noble Prophète(s).

Ces activités étaient entrecoupées de prières effectuées à l'heure, derrière sheikh Mohajjer, accompagnées de savantes prédications et de spirituelles invocations.

Et la journée du samedi se termina un peu tard autour d'un feu de bois dans le parc, la majorité des participants étant à moitié endormie. C'est que peu de temps était réservé au sommeil !

Une activité particulière révélatrice de cet enrichissement mutuel : la présentation par chaque groupe d'une petite saynète autour d'un thème donné au début du week-end : la pudeur, le contentement de soi, l'humilité ou le manger de l'illicite. Ce qui a permis à chaque groupe de mieux se connaître, de mettre en évidence sa créativité et son degré de réflexion, la richesse de son unité dans la diversité, sa référence commune à la religion du Prophète Mohammed(s) et de sa famille(p), malgré les différences présentes dans chacun des groupes. Ce fut avec un véritable plaisir et un grand intérêt de voir ces différentes saynètes, enrichies par les lumineux rappels du sayyed Ayleya comme "Pas de pudeur pour celui qui n'a pas de religion." –  "L'humilité est un bienfait qui ne suscite pas de jalousie." – "Le contentement de soi est une perdition." – "La prière de celui qui a mangé de l'illicite n'est pas acceptée pendant quarante jours."

Et cette année, les femmes ont beaucoup apprécié de pouvoir profiter d'une séance exclusive avec Hajjeh Leila, suivie d'une brève séance de gymnastique.

A la fin du camp, avant la distribution des médailles, ce fut la découverte des principales leçons de ce camp, comme l'importance de faire la prière à temps, de sauvegarder l'unité de la communauté dans le vrai (sans fanatisme ni division), de bien choisir son chef, censé guider le groupe.. Le tout illuminé de lignes spirituelles jetant une éclairage particulier sur le sens de notre vie sur terre. Ce week-end donna l'opportunité de discuter avec des savants sur des questions religieuses et pratiques, de former des liens avec d'autres familles, d'échanger des idées et des conseils, d'approfondir ses connaissances à travers les discours et de voir que les partisans d'Ahl-el-Beit sont une grande famille, portant dans leurs cœurs une affection spéciale les uns envers les autres.

"Ce camp était aussi la première fois où j'étais capitaine de l’équipe. Ce fut une expérience enrichissante comme parce que ça me forçait à être disciplinée et organisée vu qu’il fallait que je dise à tout le monde ce qu’ils devaient faire . Il y avait beaucoup de petits enfants dans l’équipe et ils ne parlaient pas tous la même langue, ce qui compliquait les explications et autres mais c’était quand même marrant. C’était aussi pas mal fatiguant vu que le capitaine devait être présent pour toutes les décisions." Nadia 

(1)cf. leur site : www.12imam.ch (2)cf. Nahj al-Balâgha, Hikam n°239 cité dans le No4 de la revue Lumières Spirituelles p10

www.lumieres-spirituelles.net     N°76  - Rabî 'I & II 1437 – Janvier-Février 2016

Etoile du matin, week-end familial tant attendu !

A la tombée de la nuit du vendredi 4 septembre 2015, des véhicules arrivèrent sur le parking du domaine boisé de « l’Etoile du matin » dans l’Ain, en France. Plusieurs voitures familiales et deux minibus remplis stationnèrent dont les multiples passagers sortirent, les uns après les autres, pour s’aventurer dans l’expérience d’un week-end particulier. Ce camp familial mémorable, ouvert aussi aux célibataires, accueillit ainsi plus de 70 participants à l’initiative de la FICA, Fondation Islamique Culturelle d’Ahl-el-beit de Genève.  Moment d’échanges avec une dynamique intergénérationnelle de 0 à 77 ans, de rencontres multiculturelles  regroupant tant des membres d’origine pakistanaise qu’indienne, libanaise, française, algérienne, iranienne, suisse, belge,… dans l’esprit de l’universalité de l’islam, échanges animés en anglais et en français afin de répondre aux besoins de la diversité linguistique présente.

Dès la tombée de la nuit, tout ce beau petit monde fut regroupé dans la salle principale de ce sobre et rustique domaine d’hébergement équipé d’un minimum de confort situé dans un clos ombragé près du Jura, à l’aube de l’automne. Contexte idéal pour se placer en rupture avec le stress, la pollution de la vie quotidienne par un retour à l’essentiel et pour être prédisposé à accueillir cette initiative provoquant ainsi la rencontre entre divers horizons. En effet, certains s’étant déplacés de Genève, Lyon voir même de Londres pour ne pas manquer cet événement inoubliable, sans oublier les voyageurs et intervenants en provenance de Bruxelles, Beyrouth et même des Etats-Unis.

Quatre équipes furent constituées sous la couleur de leur étendard respectif  bleu, jaune, rouge ou vert sur base d’une répartition de genre, d’âge, de compétences…! Ainsi, le socle fut coulé pour le lancement de la compétition, de la concurrence et de la rivalité sous l’égide de la complémentarité de chacun et surtout d’une croyance commune en l’école et l’amour de la Sainte Famille de notre Noble Prophète (Paix sur lui et sur sa descendance bénie infaillible). Les règles, le programme des activités tant ludiques que sportives, culturelles et spirituelles, le timing et les répartitions des tâches une fois énumérés, le départ fut donné !

Des slogans « bien de chez nous » définis et proclamés haut et fort au sein de chaque groupe, de « Labayka ya Hussein », « Ya Mahdi adriknii »,… Ces cris retentirent du plus profond des entrailles de chacun, surtout de certains dotés d’une caisse de résonnance hors du commun, et ponctuèrent alors les encouragements par équipe lors des diverses activités.

Les animations d’intérieur et d’extérieur furent orchestrées par tranche d’âge de 0 à 7 ans, de 7 à 14, et plus ; entre frères, ensuite entre sœurs et parfois même par couple. Tous y trouvèrent leur compte, les membres d’une même famille devenant parfois de rudes adversaires sans pitié, surtout pour se dérober le drapeau…mais toujours dans une atmosphère conviviale et bon enfant. Tir à la corde, course à pieds, course en sac, course relais, expression théâtrale pour illustrer des principes musulmans, Quiz  de Hadith et de géographie, chaises musicales sur fond de chants islamiques, « Pictionary » sur les monuments, lieux saints et ouvrages religieux, rangements du service des repas, séance de gymnastique féminine, concours de constructions dont des ponts confectionnés avec du papier journal et du papier collant pour supporter un maximum de gobelets d’eau…Le spectacle des inventions nous laisseront tantôt pantois tantôt en pleine hilarité face à l’imagination débordante et l’ingéniosité révélée …Sans oublier le chœur des salawats par équipe où le « Allahouma salli ala Mohammad wa ali Mohammad » fera éclater le plus haut niveau possible de décibels. Ce menu d’activités diversifiées sera entrecoupé de prières en congrégation où même la ponctualité de l’appel à la prière par équipe sera prise en compte. Des discours spirituels seront dispensés par Sayed Abbas Ayleya (Etats-Unis) tels que « la consommation du haram », « l’amour envers la Famille du Prophète (Paix sur eux) » ;  Sheikh Haydar Mouhajer (Bruxelles) abordera les thèmes de «  l’adoration par la connaissance de Dieu » et « l’unité de Dieu »  et Hajjeh Leila Sourani (Beyrouth) traitera de questions relatives à « l’identité des musulmanes des femmes, le foulard islamique, la patience et confiance en Dieu face aux épreuves de la vie… ».

Des journées bien fournies démarrant au quart de tour par l’adhan dès les premières lueurs de l’aube, pour se terminer la nuit bien tombée auprès des flammes scintillantes d’un magnifique et gigantesque feu de camp dont la générosité de sa chaleur en berça plus d’un qui s’assoupirent, en toute discrétion (tout du moins on le supposa, mais l’événement ne manqua pas d’être immortalisé car les photos du flagrant délit circulèrent rapidement par la suite). Une autre activité insolite ne passa pas inaperçue lorsque, l’un après l’autre, les participants se faufilaient discrètement dans le seul coin du domaine pour parvenir à se reconnecter avec le monde… du wifi !

Le dimanche touchant à sa fin, cette formidable expérience se clôturera par la distribution des prix où chacun s’en ira gagnant car enrichi par des liens d'amitié et de fraternité construit pour toute une vie incha allah autour d’une communauté unie et active sous l’autorité et l’espoir du retour du Cher Imam du Temps…et aussi l’attente du prochain camp pour les prochaines retrouvailles !

Isabelle Soumaya PRAILE

Un concours poétique sur le thème de ’Ashoura,

ouvert à tout âge, aux jeunes comme aux parents, a été lancé par le pôle spirituel des scouts Al-Montazar (centre al-Ghadir-France) pour la commémoration du 40e jour du martyre de l’Imam al-Hussein(p).

Voici les deux premiers poèmes récompensés :

Le gagnant : Lamentation du coeur à Karbalâ’

 (Sur le rythme de «Karbala» de Karimi)

Refrain (c’est l’homme qui parle)

Ô mon coeur laisse-moi et quitte-moi

Ô mon coeur le bonheur n’est pas là

Va vers l’Amour du fils de Zahra

 

(A Karbala’ c’est le cœur qui parle)

Ne me rappelle pas mon passé

Quand j’étais pensif et enchainé

Voyant mon amoureux s’éloigner

Voulant m’enfuir à Karbala !

 

Aujourd’hui je vole et je souris

Aujourd’hui j’ai oublié les cris

Aujourd’hui je rayonne et je vis

Prêt de l’étranger de Karbala !

Refrain (c’est l’homme qui parle)

Ô mon cœur laisse-moi et quitte-moi

Ô mon cœur le bonheur n’est pas là

Va vers l’Amour du fils de Zahra

Que fais-tu là regardant le ciel

Allons gouter ensemble ce miel

Enlacés dans l’amour éternel

Nous deux ensemble à Karbala !

 

A mon arrivée j’ai vu son frère

Il a empli ma vue de lumière

Les gouttes d’amour sont devenues mers

Laisse-moi me noyer à Karbala !

Refrain (c’est l’homme qui parle)

Ô mon cœur laisse-moi et quitte-moi

Ô mon cœur le bonheur n’est pas là

Va vers l’Amour du fils de Zahra

Mais le bonheur est encore plus beau

Dépassant les sentiments et mots

Parce qu’ici j’ai vu mon héros :

Le Mahdi fils de Karbala !

 

J’ai maintenant cessé de me battre

Je suis un cœur qui survit sans battre

Car près de lui rien ne peut m’abattre :

Mon oxygène vient de Karbala !

Refrain (c’est l’homme qui parle)

Ô mon cœur laisse-moi et quitte-moi

Ô mon cœur le bonheur n’est pas là

Va vers l’Amour du fils de Zahra

 

Le deuxième : Les captives de Karbala

Refrain

Zaynab tu as eu raison

Yazid n’a pu effacer votre Nom

Zaynab rassure toi, al-Mahdi vous vengera

Même s’il leur parait lointain

Ce moment si proche arrivera

(Zeynab parle)

Personne n’a répondu à ton noble appel

Pourtant tu étais le meilleur des modèles

Comment pourrais-je pardonner

à ces infidèles ?

 

De m’occuper des enfants, je t’ai promis

Alors que mon cœur  était meurtri

Cette catastrophe bouleversante m’a anéantie

Que Chimr soit à jamais maudit

 

Comment pourrais-je oublier ce jour ?

Qui sera gravé dans mon cœur  pour toujours

Pourquoi personne n’est-il venu à ton secours ?

 

Devant Yazid j’ai clamé la beauté

Mais mon cœur  brulait devant ton corps déchiqueté

Sur le chemin de Dieu tu as été sacrifié

Je ne peux donc que patienter

 

Les yeux pleins de larmes et le cœur  angoissé

Ô Hussein seule tu m’as laissée

Sans abri et sans protecteur

Ni même Abbas mon tuteur

Ils m’ont frappée, traînée, humiliée

Telle une captive condamnée

Refrain

Zaynab tu as eu raison

Yazid n’a pu effacer votre Nom

Zaynab rassure toi, al-Mahdi vous vengera

Même s’il leur parait lointain

Ce moment si proche arrivera

Rokaya n’a pu supporter

De voir ta noble tête coupée

Devant moi, elle succomba

Ô cher Hossein aide moi

Je suis submergée de peine pour toi

 

Rabab a perdu Abdallah l’adoré

De soif, elle n’a pu l’allaiter

Elle s’est alors jurée

De ne jamais s’abriter

 

Leila affolée et tremblant de peur

a supplié le Grand Seigneur

De lui rendre Ali al-Akbar vainqueur

Pour l’embrasser, et le serrer contre son cœur

Ô Abbas Soukayna est effondrée

Le cœur brisé de t’avoir demandé

Une gorgée d’eau pour s’abreuver

Refrain

Zaynab tu as eu raison

Yazid n’a pu effacer votre Nom

Zaynab rassure toi, al-Mahdi vous vengera

Même s’il leur parait lointain

Ce moment si proche arrivera

 

(le poète qui parle)

Ô grandes femmes de Karbala

Vous serez récompensées dans l’au-delà

Vous pouvez être fières

d’avoir donné ce que vous avez de plus cher

Vos ennemis périront, je le jure, en enfer

 

Ô les femmes de la bienfaisance

Vous avez subi tant de souffrances

dans une tragédie d’une grande violence

Durant cette guerre avec tant d’émoi

Ils ont intentionnellement bafoué vos droits

 

Vous avez défendu la religion de paix

Votre message triomphera à jamais

Ainsi que votre renommée

Ô Ahl-ulbayt les bien aimés

 

Si seulement Yazid pouvait venir

A ta tombe et de rage mourir

Du nombre de tes fidèles en soupir

Que Karbala ne cesse d’accueillir

 

Cela pourrait-il apaiser ma douleur ?

Accélérer dans ta voie mon ardeur ?

Eteindre le feu des peines de mon cœur ?

 

Cette tragédie m’a certes remplie de chagrin

Mais tes actes éclaireront à jamais mon chemin

Tu as su donner à l’humanité

Une belle leçon d’amour et de dignité

Refrain

Zaynab tu as eu raison

Yazid n’a pu effacer votre Nom

Zaynab rassure toi, al-Mahdi vous vengera

Même s’il leur parait lointain

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)