1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-12-09 | Readers 479 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Grégoire Palamas (1296 – 1359)


Grégoire Palamas 

(1296 – 1359)

 

Grégoire Palamas, éminent représentant du courant mystique au sein de l'église orthodoxe, fut fondateur d'une doctrine (le « palamisme ») selon laquelle l'homme peut se transformer réellement, entièrement  dans l'Esprit Saint par la pratique de l" "hésychasme"(1).

Né à Constantinople en 1296, il fit des études classiques (physique, logique et science aristotélicienne en plus de l’art de la rhétorique), avant d'entrer dans les ordres et se retirer au mont Athos vers 1316 avec ses deux frères. Pendant près de vingt ans, il mena une vie d'ermite pratiquant la prière hésychaste(1). Chassé du mont Athos par les Turcs, il se réfugia un temps à Thessalonique où il fut ordonné prêtre en 1326. Il réserva alors les samedis et dimanches aux services liturgiques avec les autres moines de l’ermitage. Fuyant cette fois-ci les Serbes, il revint à Athos où il se mit à écrire ses premiers ouvrages (dont Les Triades pour la défense des saints hésychastes).

Sa doctrine est caractérisée par la distinction entre l’Essence de Dieu, Inaccessible, Inconnaissable et Ses « Energies incréées » qui ne sont cependant pas des effets « étrangers » à l’Essence divine. Il n’y a pas de séparation entre Dieu et ces Energies : « Dieu Se révèle, Se donne totalement dans Ses Energies mais reste absolument Inconnaissable, Incommunicable selon Son Essence. » En ce sens, le concept de l’infinie simplicité divine est préservé. Et cette « Energie (ou Lumière) incréée » serait l’une des innombrables formes de la manifestation de Dieu au monde. Transcendance absolue de Dieu et Autorévélation. De cette vision, plusieurs conséquences sont déduites :

—L’ « objet » de l’expérience mystique n’est pas Dieu dans Son Essence mais cette « Lumière (ou Energie) incréée », la Grâce divine. « Dieu est Lumière » est-il dit dans les Evangiles (Jean 1.5). L’Essence de Dieu est Inaccessible mais Dieu Se manifeste aux cœurs purs par la « Lumière » qu’il appelle « incréée » (pour la distinguer de celle du monde de la création qu’il considère comme un acte de Dieu mais extérieur à Sa Substance). C’est le caractère visible de la Divinité, des « Energies » dans lesquelles Dieu se communique et Se révèle à ceux qui ont purifié leur cœur.

—Cette « Lumière » appelée « incréée » n’est pas de l’ordre de la raison ni de celui des sens, mais elle remplit en même temps la raison et les sens, se manifestant à l’homme entier et non à l’une de ses facultés. « Cette joie spirituelle qui vient de l’esprit (du cœur) dans le corps (…) transforme le corps et le rend spirituel. » C’est le sens qu’il donne à la « transfiguration » du corps (« l’homme devenant Dieu »).

Ainsi pour lui, l’homme est un microcosme, image de Dieu et supérieur à l’Ange – contrairement à l’idée assez répandue de la supériorité de l’Ange comme esprit pur sur l’homme – en raison du pouvoir accordé à l’âme humaine de vivifier un corps.

—Il n’y a pas de transposition en Dieu des propriétés de l’être, ni soumission du Divin aux lois de la logique (de la raison). Sans la nommer, il va donc prendre comme point de départ pour la connaissance de Dieu, l’Existence Divine. Inconnaissable dans Son Essence, Dieu Se révèle Tout Entier dans chaque « énergie » (ou « lumière ») manifestant Son Existence aux cœurs purs qui réalisent alors la « déification ».

Vers les années 1336-1337, sa doctrine souleva une vive controverse au sein même de l’Eglise d’Orient. Le moine philosophe Barlaam le Calabrais récusait  « toute connaissance de Dieu par l’intervention d’une grâce incréée de l’Esprit » et non par la raison.. Grégoire Akyndinos rejetait toute distinction en Dieu entre l’Essence et les Energies. Palamas fut un temps emprisonné par le patriarche Calécas pour des motifs politiques en 1342 et excommunié en 1344 pour ses idées religieuses. Il écrivit alors différentes Lettres et Sept Antirrhétiques contre Akindynos.  Un concile tenu en 1347 lui donna raison et le nouveau patriarche le consacra Métropolite de Thessalonique. Mais un nouveau concile en 1351 confirma l’orthodoxie de ses écrits. Cela ne l'empêcha de  rédiger 150 chapitres physiques, théologiques, éthiques et pratiques. En 1354, naviguant vers Constantinople, il fut fait prisonnier par les Turcs et resta un an en Asie Mineure durant lequel il mena des débats avec des Musulmans. Il mourut le 14 novembre 1359 et il sera canonisé en 1368 par le patriarche de Constantinople.

 

(1)L' "hésychasme" est la répétition sans relâche du nom de Jésus ou d’invocations comme « Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi ! » qui permet de parvenir à la tranquillité intérieure (le nom de "hésychasme" vient du mot grec Hésychia : quiétude, tranquillité et silence, accompagnée d'une attention constante aux mouvements de l'âme.

www.lumieres-spirituelles.net     No76  - Rabî 'I & II 1437 – Janvier-Février 2016


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)