1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-02-07 | Readers 496 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Comment connaître Dieu ? (4)


Comment connaître Dieu ? (4)

¢Puis Dieu (qu’Il soit Exalté) permit au grand connaisseur gnostique de notre époque [l’imam Khomeynî(qs)], d’accéder à la plus haute tribune sociale que peut atteindre un savant. Il(qs) brisa beaucoup de chaînes qui entravaient la riche expérience ‘irfaniyyah (gnostique) et ouvrit aux mondes – pour la première fois dans l’histoire de l’humanité – les portes de la connaissance de Dieu, loin des expériences étriquées, détestables qu’ils avaient vécues au cours des temps.

Beaucoup répondirent à Rûh Allah, firent un bon accueil à l’‘irfân (la gnose) et commencèrent à prendre connaissance de ces trésors grandioses.

¢Mais ils durent faire face à de nombreuses difficultés qui les empêchèrent de continuer la marche, dont :

Ÿl’hostilité traditionnelle pour tout ce qui est inconnu selon la règle : « Les gens sont les ennemis de ce qu’ils ignorent. »(Nahj-al-Balâgha, hikam N°172 p689) Et ce n’est pas un ennemi des moindres parce qu’il s’est armé de siècles de rumeurs, de mensonges, d’ignorances et de nuisances ;

Ÿune nouvelle mentalité apparue éloignée de la préoccupation des questions de l’‘irfân (la gnose) ;

Ÿla langue particulière de l’‘irfân qui devint étrange, loin de la réalité de la vie quotidienne.

Ces facteurs et d’autres se dressèrent devant le flux de l’imam Khomeynî(qs) le gnostique,  s’affrontèrent à lui avec force et limitèrent l’avancée désirée par ce connaisseur gnostique. Ainsi, l’imam(qs) se vit obligé, après sa victoire grandiose, d’annuler ses cours gnostiques diffusés par la télévision iranienne, en vue de sauvegarder les piliers [cités] précédemment.

¢Le recul de l’imam(qs) n’est pas une défaite pour ce courant moral débordant, mais une révision de positionnement, qui exige de la part de ceux qui se sentent concernés par cela, de connaître leurs grandes responsabilités dans la sauvegarde de ce flambeau en vue de réaliser les circonstances adéquates à l’« ‘irfân » (gnose), pour qu’apparaisse un courant général dans la société islamique, dans lequel les gens font la course pour accéder aux plus hauts degrés et atteindre les plus sublimes stations.

 « Quand cette société sera formée, alors la plus importante de ses responsabilités sera que les gens soient en mesure, à l’ombre de cette société, de ce gouvernement, de cette ambiance, d’atteindre la perfection morale et la perfection divine de sorte que {Je n’ai créé les djinns et les êtres humains que pour qu’ils M’adorent}(56/52 adh-Dhariyat), que les gens arrivent à la soumission/ assujettissement à Dieu. Les mots {pour qu’ils M’adorent} ont été interprétés comme « pour qu’ils Me connaissent ». Cela ne signifie pas que «‘abada» (s’asservir/adorer) signifie «‘arafa» (connaître), et que «‘ibâdat» (adoration) signifie «ma‘rifa» (connaissance). Non ! Mais que cela signifie que l’adoration sans connaissance n’a pas de sens, qu'elle n’est pas possible et que ce n’est pas de l’adoration.

En fonction de cela, la société qui arrive à l’assujettissement/soumission à Dieu, est arrivée à avoir la connaissance totale de Dieu, et à se pourvoir de la Morale de Dieu. Cela est l’aboutissement de la perfection humaine. Ainsi, l’objectif final est cet objectif et celui qui le précède est de créer la société islamique, ce qui est un très grand objectif, très élevé. »(Imam Khâmine’î, 18-10-2011)

(Introduction de « Allah fî-l-‘irfân » de s. A. Noureddine, p15-17)

www.lumieres-spirituelles.net     No77  - Jumâdî I & II 1437 – Février-Mars 2016

Explications à propos de Comment connaître Dieu par Dieu (4)

†Quand l’Imam al-Khomeynî(qs) entama la Révolution islamique et les réformes, en attribuant au peuple un rôle fondamental dans son mouvement, il renversa le régime social qui régnait depuis des centaines d’années et instaura une République Islamique dans laquelle le peuple représentait l’essence du gouvernement. Ainsi, pour la première fois dans l’histoire, un peuple musulman se découvrait lui-même. Chacun de ses membres devenait responsable de son gouvernement, traçait son devenir de ses propres mains et participait à la construction de sa vie sociale et culturelle.

†Cette grande révolution se proposait de transformer le cours de l’existence dans l’âme du peuple ou plutôt des peuples qui avaient su avec justesse ce qui s’était réellement passé. L’Imam parlait de ces faits en termes de ‘Révolution profonde’ (tiniyat) qui était un miracle de la révolution politique. Les jeunes et les vieillards se ruèrent en masse dans la religion et la Nation se transforma en une école. C’est ce que désirait l’Imam quand il disait: "Nous allons faire de l’Iran une école."

†Les ennemis voulurent détruire cette école et déclarèrent la guerre totale. Les fronts se transformèrent alors, selon les propres termes de l’Imam(qs) en ‘universités’. Ainsi quand l’Islam descendit au cœur de la vie et se présenta comme une organisation sociale, les dispositions humaines s’épanouirent, les capacités innées (fitriyat) resplendirent et la Nation s’ébranla en direction de la perfection.

†L’Imam(qs) put, à l’instar des Prophètes(p), faire parvenir aux gens le courant grandiose des connaissances islamiques et c’est cette connexion qui amena le peuple à découvrir sa véritable religion (même si c’est de façon générale) et à la transformer en une force incoercible. Cela n’aurait pas été chose aisée s’il n’y avait pas eu cette grande préoccupation de mettre à la portée de la compréhension des gens, les grandes connaissances islamiques

†En effet, auparavant, l’étude des connaissances islamiques était l’exclusivité d’un petit nombre de gens qui représentait un pourcentage infime dans la société. Il y avait, d’une part, les savants qui se spécialisaient dans les sciences religieuses et se chargeaient de la diffusion de l’Islam et d'autre part, les gens communs dont une partie se référait aux savants pour des questions concernant leur vie et pour différents points sur lesquels ils étaient mis à l’épreuve. Cette situation avait marqué la société islamique durant de longs siècles, par sa nature et ses résultats. Elle signifiait en fait l’isolement du savoir et des savants du cœur de la vie. 

†L’imam RûhAllah al-Khomeynî inaugura une nouvelle époque qu’on pourrait qualifier de ‘vulgarisation des études islamiques’.  Il rappela que ce qui est demandé est l’Essence Divine Sainte, tout le reste lui étant subordonné, que la "religion n’appelle pas à autre chose qu’à Dieu, si ce n’est pour arriver à Lui (Tout-Puissant)". Le savoir est un Attribut Essentiel de Dieu (qu’Il soit glorifié!). Il est le Tout-Savant, rien ne Lui est caché. Il se connait lui-même et Il connait ses créatures.  Cette particularité sociale et politique jouera un grand rôle dans l’avenir des sociétés humaines et notamment la société islamique.

†Mais l’imam rencontra de grandes difficultés, et pas uniquement au niveau de la langue particulière de l' "'irfân".  Un exemple de la démarche de l'Imam al-Khomeynî(qs) et des difficultés rencontrées, pourtant après la victoire de la révolution islamique et de l'instauration de la république islamique d'Iran : les séances hebdomadaires de commentaire de la première sourate du Coran faites par l'imam à la télévision entre le 17 décembre 1979 et le 11 janvier 1980. Ce commentaire fut interrompu suite à l'intervention de certains savants de Mashhad farouchement opposés à l'"'irfân" bien que l'imam s'exprimât dans un langage aussi clair et accessible que possible lorsqu'il s'agit de telles questions, ne se laissant pas enfermer dans la terminologie et le savoir pur et passant dans chaque séance de la théorie à la pratique pour rappeler et ramener sans cesse à l'essentiel.

www.lumieres-spirituelles.net     No77  - Jumâdî I & II 1437 – Février-Mars 2016


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)