1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-02-07 | Readers 401 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Que Dieu me préserve d’être comme Bal‘am Bâ‘ûrâ(1) !


Que Dieu me préserve d’être comme Bal‘am Bâ‘ûrâ(1) !

L’imam de la mosquée de Zanjân, Ayatallah al-Mirza Mahmoud, était un homme érudit, disciple de Mirza an-Nâ’înî et il aimait beaucoup sayyed Rajab ‘Alî al-Khayyâtî at-Tehrânî, bien que ce dernier n’ait pas suivi le même cursus traditionnel d’étude dans les Haouzât religieuses comme lui. Il l’aimait pour sa pureté, son rayonnement et sa piété scrupuleuse.

« L’imam de la mosquée de Zanjân vint un jour chez moi (c’est sayyed Rajab ‘Alî al-Khayyâtî lui-même qui raconte) avec un groupe de personnalités importantes de Téhéran. Il me les présenta toutes, une par une.

Alors, de mauvaises pensées commencèrent à pointer en moi comme le sentiment d’être devenu quelqu’un d’important puisqu’une aussi grande et aussi importante délégation était venue me voir..

La nuit, je me réveillai mal à l’aise. J’étouffai, me sentant gêné, affligé. Je suppliai Dieu qu’Il me soulage de cet état. Peu de temps après, la pureté intérieure revint à moi. Je me demandais ce qui m’arrivait, pourquoi et qu’est-ce que j’allais devenir si cet état persistait.

Le lendemain, j’étais encore en train de réfléchir quand on parla devant moi de Bal‘am Bâ‘ûrâ(1). Je me l’imaginais en train de rire de moi et je compris ce qui m’arrivait. Si j’avais continué dans cet état, je serais devenu comme cette personne. Le résultat de mes efforts et de ma fatigue auraient été pour les honneurs de ce monde, et le Jour du Dressement, j’aurais été rassemblé avec les gens de ce monde, et dans l’Au-delà, je n’aurais rien. Que Dieu me préserve de devenir comme lui et je demandais tout aussitôt pardon à Dieu.

Aussi, protesta-t-il quand, invité à un repas organisé par un ami à son retour du Hajj, il vit son ami lui avoir réservé des honneurs particuliers avec des plats spéciaux. Il lui dit : « Ne t’enorgueillis pas ! Si tu fais l’invitation pour Dieu, alors regarde l’ensemble des gens avec un œil d’égalité. Ne fais pas de différence entre les gens ! Quant à moi, je me mélange aux autres et ne fais pas de distinction ! »

 (d’après un  ami de sayyed Rajab ‘Alî al-Khayyât(qs) in Madrasat al-‘Urafâ’, vol.1 pp411-412 + pp474-475)

(1)Il était un grand savant avec plus de 12 000 disciples au temps de Nabi Moussa(p). Ses prières étaient exaucées, mais son amour pour ce monde ici-bas le poussa à collaborer avec le despote de cette époque au point d’être prêt à invoquer Dieu contre l’armée du Prophète Moussa(p). Le noble Coran indique le devenir d'un tel savant épris d’amour pour ce monde : {Il est semblable à un chien qui halète si tu l'attaques, et qui halète si tu le laisses.}(176/7 al-A‘râf)

www.lumieres-spirituelles.net     No77  - Jumâdî I & II 1437 – Février-Mars 2016

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)