1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-04-07 | Readers 518 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

L’aumône à un indigent


L’aumône à un indigent

« L’indigent est le messager de Dieu.

Alors celui qui refuse de lui donner,

a refusé en fait de donner à Dieu.

Et celui qui lui donne

a donné en fait à Dieu. »

du Prince des croyants(p),  Nahj al-Balâgha, sermon 303 (ou 304 ou 295) p720

إِنَّ الْمِسْكِينَ رَسُولُ اللهِ، فَمَنْ مَنَعَهُ فَقَدْ مَنَعَ اللهَ،

Inna-l-miskîna rasûlu-llâhi, fa-man mana‘a-hu fa-qad mana‘a-llâha,

L’indigent est le messager de Dieu. Alors celui qui refuse de lui donner, a refusé en fait de donner à Dieu.

Inna : particule pour mettre en valeur le terme de départ, le mettre en évidence, insister, confirmer. Le nom qui suit après doit être « mansûba », c’est-à-dire se terminant par un « a ».

al-miskîna : nom dérivé de la 4e forme dérivée du verbe « sakana » (être tranquille, en repos, être pauvre, misérable) appauvrir, réduire à la misère = l’indigent, le miséreux (qui n’a pas de quoi vivre durant 24 heures)

rasûlu : nom d’action du verbe « rasala » (envoyer) = messager.

mana‘a-hu : verbe "mana'a" refuser, priver, empêcher et « hu » renvoyant à « al-miskîn » l’indigent.

fa-qad = « fa » particule de coordination exprimant la conséquence ou la succession et « qad » renforce le sens du verbe au temps du passé  = alors, puis, donc

وَمَنْ أَعْطَاهُ فَقَدْ أَعْطَى اللهَ.

wa man a‘tâ-hu fa-qad a‘tâ-llâha

Et celui qui lui donne a donné en fait à Dieu

a‘tâ-hu : verbe dont l’idée fondamentale unique est prendre de la main, donner et « hu » renvoyant à « al-miskîn » l’indigent.

Dieu a rendu obligatoire au riche de donner à l’indigent qui n’a pas de quoi manger même pour cette journée. Aussi, cet indigent est-il considéré comme une personne envoyée par Dieu pour toucher le droit de Dieu. Et d’ailleurs cette personne riche ne doit-elle pas sa richesse à Dieu, uniquement Lui ? Et n’est-ce pas Lui le véritable Propriétaire de tout bien en ce monde ? Aussi, celui qui ne donne pas à cet indigent, c’est comme s’il en privait Dieu Tout-Puissant. Et aussi, s’il donne à ce pauvre, c’est comme s’il avait donné à Dieu. (d’après S. Abbas al-Moussawî, vol.5 p435)

www.lumieres-spirituelles.net     No78  - Rajab-Sha'ban 1437 –  Avril-Mai  2016


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)