1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-04-07 | Readers 492 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La colère - Origine (1) L’incroyance


La colère (al-ghadab) – Origine (1) L’incroyance 

Pour pouvoir traiter cette grave maladie, il faut d’abord en connaître l’origine. Quelle est l’origine de la colère, c’est-à-dire pourquoi utilise-t-on mal cette force que Dieu a placée en l’être humain, dont Il lui a fait don ?

Pour nous croyants, tout revient à la question fondamentale de la relation avec Dieu, de la foi et de l’incroyance.  Bien sûr, ceux qui ne croient pas en Dieu ne seront pas convaincus par cela, mais, la colère – qu’elle se manifeste à l’extérieur ou pas – renvoie à la question fondamentale de la présence de Dieu dans notre vie, notre lien avec Lui (qu'Il soit Glorifié).(1)

Dieu (qu’Il soit Exalté !) dit dans Son noble Livre : {Quand ceux qui ne croient pas ont mis dans leur cœur de la fureur, la fureur de l’ignorance. Alors, Dieu a fait descendre Sa Tranquillité sur Son Messager et sur les croyants.}(26/48 Al-Fath).  Ainsi la fureur est associée à l’incroyant ignorant alors que Dieu a gratifié les croyants de Sa tranquillité.

Le Prince des croyants(p) mit en garde Ibn Abbas (quand ce dernier prit la charge du gouvernorat de Basra) contre la colère parce qu’elle est cause d’éloignement de Dieu : « Prends garde à la colère qui est une inconstance (tayra) du shaytân ! Sache que ce qui te rapproche de Dieu t’éloigne du feu et ce qui t’éloigne de Dieu te rapproche du feu » disait le Prince des croyants(p). (2) Ainsi, la colère rapproche du feu et du shaytân et donc éloigne de Dieu.

En regardant de près le processus de la colère, on peut voir que la colère est provoquée quand l’âme se trouve dérangée, gênée, fâchée par le cours des choses qui ne se passe pas comme prévu, ou par la perte de quelque chose de ce monde.

C’est-à-dire, c’est comme si l’âme veut que les choses se déroulent selon sa volonté et non pas selon Celle de Dieu (qu’Il soit Exalté) ou que cette chose de ce monde qu’elle a perdue est plus importante que sa relation avec Dieu ; comme si ce n’est pas Dieu qui dirige, pourvoit et qui retire ! C’est comme si l’âme disait : « Ma volonté avant Celle de Dieu Très-Elevé. » ou « L’amour pour cette chose de ce monde éphémère, limité avant l’amour pour Dieu. » (Que Dieu nous en préserve !) Elle ignore ou néglige le fait que Dieu veut la mettre à l’épreuve à travers cela pour révéler sa véritable nature. Que la personne prenne garde de la Colère de Dieu qui est bien plus terrible que la sienne ! (3)

Voilà pourquoi la colère (comme toute maladie du cœur) a pour origine l’incroyance.

Allant dans le même sens, le propos du Prince des croyants(p) :

« Des humeurs des ignorants, de se précipiter vers la colère en tout état » (et « ignorants » ici dans le sens d’ « incroyants »).(4)

Non seulement, la colère a pour origine l’incroyance mais elle l’annonce. C’est-à-dire, au moment où la personne se met en colère là où il ne le faut pas ou contre quelqu’un contre qui il ne faut pas se mettre en colère, ou pour quelque chose pour laquelle il ne faut pas, c’est comme si elle annonçait ouvertement : « Je suis un incroyant. »

Mais pire ! Elle l’alimente ! C'est-à-dire, quand elle effectue des actes plus graves sous l’effet de la colère comme frapper ou tuer, elle alimente cette incroyance et la renforce.(5)

Ainsi, l'origine fondamentale de la colère est l'incroyance.

D’autres raisons sont évoquées par les savants de l'Islam comme étant à l’origine de la colère, et qui reviennent, elles-aussi, en dernière instance à l’incroyance. Parmi les plus importantes, l’orgueil

L’orgueil

L’Imam as-Sâdeq(p) rapporte un dialogue qui a eu lieu entre le Prophète ‘Issa(p) et ses apôtres que nous avons cité précédemment : « Les apôtres demandèrent [au Prophète] ‘Issa(p) : « Qu’elle est la chose la plus terrible ? » Il(p) répondit : « La chose la plus terrible est la Colère de Dieu (Tout-Puissant). » Ils demandèrent : « Par quoi peut-on se préserver de la Colère de Dieu ? » [Il(p) répondit :] « Que vous ne vous mettiez pas en colère ! »

Les apôtres demandèrent [au Prophète] ‘Issa(p) : « Quel est le début [l’origine] de la colère ? »  Il(p) répondit : « L’orgueil, l’arrogance, le mépris des gens). » »(6)

Dans ce propos du Prophète ‘Issa(p), on voit que l’origine de la colère est l’orgueil. Si la personne ne se voyait pas supérieure à l’autre, il est impossible qu’elle se mette en colère. C’est là que réside le problème de la colère.

Il faut qu’au début la personne se croit supérieure à l'autre pour que sa colère apparaisse.

Voit-on, par exemple,  un soldat se mettre en colère contre son chef ?  Sauf si cette relation (de chef) a disparu. Personne ne se met en colère contre quelqu’un qu’elle voit supérieur à elle.

Pourquoi parfois cette idée n’est pas acceptée ? Parce que la colère, la plupart du temps, se transforme en quelque chose de non-volontaire. Elle ne se présente pas au début et quand elle apparait, elle est une faculté (malakah) ancrée en la personne. Alors, elle a pris le dessus sur la personnalité de la personne et elle apparait sous n’importe quel prétexte, sans aucune analyse sans aucune appréciation de la situation. La personne dit alors que cet état n’a rien à voir avec l’orgueil.

La colère révèle de l’orgueil en la personne. Même ! Elle est la plus importante manifestation de l’orgueil chez l’individu. Et l’orgueil a pour origine l’incroyance, comme vu précédemment.(7)(8)

(1)S. Abbas Noureddine conf. 5/12/2013

(2)Le Prince des croyants(p) Nahj-al-Balâgha, Kitâb 76 pp642/3

(3)S. Abbas Noureddine conf. 24/01/2008

(4)Ghurar al-Hikam 6351 – Mîzân al-Hikmah N°14 699

(5)S. Abbas Noureddine conf. 5/06/2005

(6)Wasâ’il ash-shî‘at, vol.15 Bâb53 – Abwâb Jihâd an-nafs H15 ; al-Khisâl de sh.Sadûq p6 H17 –

(7)cf. l’analyse de cette maladie (l’orgueil) dans les numéros N°57 à N°73 de la revue Lumières Spirituelles –

(8)S. Abbas Noureddine conf. 06/06/2005

www.lumieres-spirituelles.net     No78  - Rajab-Sha'ban 1437 –  Avril-Mai  2016


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)