1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-06-03 | Readers 582 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sourate ash-Shams (le soleil) 91 (6)


Sourate ash-Shams  (le soleil) 91  (6)

سورة الشمس

بسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ وَالشَّمْسِ وَضُحَاهَا(1) وَالْقَمَرِ إِذَا تَلَاهَا(2)وَالنَّهَارِ إِذَا جَلَّاهَا(3)وَاللَّيْلِ إِذَا يَغْشَاهَا(4)وَالسَّمَاءِ وَمَا بَنَاهَا(5)وَالْأَرْضِ وَمَا طَحَاهَا(6)وَنَفْسٍ وَمَا سَوَّاهَا(7)فَأَلْهَمَهَا فُجُورَهَا وَتَقْوَاهَا(8)قَدْ أَفْلَحَ مَن زَكَّاهَا(9)وَقَدْ خَابَ مَن دَسَّاهَا(10)

Bi-smi-Allâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi, wa-sh-shamsi wa duhâhâ, wa-l-qamari idhâ talâhâ, wa-n-nahâri idhâ jallâhâ, wa-l-layli idhâ yaghshâhâ wa-s-samâ’i wa mâ banâhâ, wa-l-ardi wa mâ tahâhâ, wa nafsinn wa mâ sawwâhâ, fa-alhamahâ fujûrahâ wa taqwâhâ  Qad aflaha man zakkâhâ wa qad khâba man dassâhâ

Par [la grâce du]Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux, Par le soleil et sa clarté, (1) par la lune quand elle le suit, (2) par le jour quand il l’éclaire, (3) par la nuit quand elle l’enveloppe, (4) par le ciel et Celui qui l’a construit, (5) par la terre et Celui qui l’a étendue, (6) et par une âme et Celui qui l’a bien modelée, (7) et qui lui a alors inspiré son immoralité et sa piété ! (8)A réussi celui qui l’a purifiée (9) et est perdu celui qui l’a corrompue ! (10)

كَذَّبَتْ ثَمُودُ بِطَغْوَاهَا(11)إِذِ انبَعَثَ أَشْقَاهَا(12)فَقَالَ لَهُمْ رَسُولُ اللَّهِ نَاقَةَ اللَّهِ وَسُقْيَاهَا(13)

Kadhdhaba thamûdu bi-taghwâhâ idhi-nba‘atha ashqâhâ, fa-qâla lahum rasûlu-llâhi nâqata-llâhi wa suqyâhâ

Les Thamûd ont crié au mensonge par leur transgression, (11) quand le plus misérable d’entre eux s’est levé. (12) Le Messager de Dieu avait dit : «  La chamelle de Dieu ! Laissez-la boire ! » (13)

فَكَذَّبُوهُ فَعَقَرُوهَا فَدَمْدَمَ عَلَيْهِمْ رَبُّهُم بِذَنبِهِمْ فَسَوَّاهَا(14)وَلَا يَخَافُ عُقْبَاهَا(15)

Fa-kadhdhabûhu fa-‘aqarûhâ fa-damdama ‘alayhim rabbuhum bi-dhanbihim fa-sawwâhâ wa lâ yakhâfu ‘uqbâhâ.

[de la chamelle]. Leur Seigneur les détruisit alors tous entièrement à cause de leur péché et étendit son châtiment sur tous (14) et Il ne craint pas sa suite.(15)

Reprise des versets de la sourate les uns après les autres en nous aidant des interprétations de cette sourate de sayyed TabâTabâ’i dans « al-Mîzan », de sheikh Makârem Shîrâzî dans al-Amthâl, de sayyed Hassan al-Mustafawî dans son « Tahqîq fî kalimât al-Qurân al-karîm», de docteur Mahmoud Bostani dans « al-Tafsîr al-binâ’î lil-Qorân al-karîm », de sheikh Ibn ‘Arabî dans son « Tafsîr al-Qurân » et de la compilation traduite par sh. Ishak Vazirhoussen, « Tafsir é Hoda ».

Nous allons maintenant étudier les versets de la troisième partie qui parlent du peuple de Thamûd.

كَذَّبَتْ ثَمُودُ بِطَغْوَاهَا(11) 

Kadhdhabat thamûdu bi-taghwâhâ

« Kadhdhaba » : 2e forme dérivée du verbe « kadhaba » (mentir) = traiter de mensonge, démentir, contredire

« thamûdu » : le peuple de Thamûd  vivait dans une région montagneuse entre Shâm et Yathrîb dans une région appelée Wadî Qurâ. Leur vie était prospère mais ils adoraient des idoles et se rebellaient contre leur Prophète Sâleh(p). Ils le traitaient de menteur et se moquaient des signes de Dieu. A la fin, ils furent anéantis par une foudre céleste.

« bi-taghwâ-hâ » : nom verbal du verbe « Taghâ » (Dépasser la mesure, sortir des limites, (dont de la justice) être tyran, rebelle, injuste, dans la ruse avec force et suprématie) = le fait de .. et «  » renvoyant à Thamûd.

Ce verset résume toute l’histoire du peuple de Thamûd avec, comme particularités, la mise en évidence du « plus misérable d’entre eux » et du « châtiment collectif ».  Leur histoire a été développée ailleurs dans le noble Coran (comme dans les sourates La Lune (de 23 à 32), Les Poètes (de 141 à 159), al-‘Araf (de 73-79, Hud (de 61à 68)..) et sera donnée la prochaine fois.)

إِذِ انبَعَثَ أَشْقَاهَا(12)

idhi-nba‘atha ashqâhâ,

« idh(i) » : particule indiquant ici le temps ou les circonstances = quand, alors que.

«-nba‘atha » : 7e forme dérivée du verbe « ba‘atha » (dont l’idée fondamentale est l’élévation pour un travail ou une charge quelconque, et à partir de là, l’envoi) = se lever, se charger, envoyer

« ashqâ-hâ » : superlatif du mot « shaqiyunn » (malheureux, misérable, infortuné) = le plus misérable, qui n’a aucune crainte de Dieu dans son cœur, le récalcitrant, l’obstiné dans son hostilité à Dieu.

فَقَالَ لَهُمْ رَسُولُ اللَّهِ نَاقَةَ اللَّهِ وَسُقْيَاهَا(13)

fa-qâla lahum rasûlu-llâhi nâqata-llâhi wa suqyâhâ

 « nâqata-llâhi » : la chamelle de Dieu envoyée au peuple de Thamûd. Se terminant par un « a » comme pour mettre en garde.

« suqyâ-hâ » : verbe « saqâ » (donner à boire) à la forme passive (majhûl), rattaché à la chamelle.

Le Messager de Dieu en question est le Prophète Sâleh(p) et la chamelle était un miracle envoyé à la demande du peuple de Thamûd. Aussi, la tuer signifiait la déclaration de guerre non seulement au Prophète mais surtout à son Seigneur.

Le Prophète Sâleh(p) demanda aux gens de Thamûd de laisser la chamelle boire de l’eau de la rivière un jour et de boire le jour suivant. (cf. {Et informe-les que l’eau sera en partage entre eux ; chacun boira à son tour.}(28/54 La Lune)) Et il(p) les mit en garde contre le fait de faire du mal à la chamelle. (cf. {Et ne lui infligez aucun mal, sinon le châtiment d’un jour terrible vous saisira.}(156/26 Les Poètes))

فَكَذَّبُوهُ فَعَقَرُوهَا

Fa-kadhdhabû-hu fa-‘aqarû-hâ

«‘aqarû-hâ » : verbe « ‘aqara » à la 3e p. pl. = couper les jarrets, tuer, égorger et "hâ" renvoyant à la chamelle

Celui qui a tué la chamelle est une personne, pourquoi le verset emploie-t-il le pluriel ?

Cela signifie-t-il que tous les gens de Thamûd auraient participé au crime comme quand il s’agit d’un complot planifié par un groupe et exécuté par une seule personne ? Ou parce que tout le monde a consenti à ce crime ?

Il est rapporté du Prince des croyants(p) : « Celui qui a tué la chamelle de Thamûd est un seul homme(1). Dieu a généralisé à tous le châtiment en tant qu’ils étaient tous d’accord. Qu’Il soit Glorifié a dit : ((Ils la tuèrent, ils eurent à le regretter))(157/26 Les Poètes) (Nahj-al-Balâgha, sermon 201 p456)

فَدَمْدَمَ عَلَيْهِمْ رَبُّهُم بِذَنبِهِمْ فَسَوَّاهَا(14)

 fa-damdama ‘alayhim rabbuhum bi-dhanbihim fa-sawwâhâ

« damdama ‘alayhim » : verbe « damdama »= anéantir, détruire

« bi-dhanbi-him » : « bi » particule indiquant la cause   = à cause de leurs péchés

« sawwâ-hâ » : verbe "sawwâ " = aplanir, niveler, égaliser, harmoniser et «  » renvoyant au peuple de Thamûd.

Tout le peuple de Thamûd fut châtié : égalité au niveau du châtiment divin, personne n’y échappant à l’exception du Prophète(s) ?

On peut noter l'emploi du pronom personnel à la 3e p. du m. pl. dans les trois mots  "‘alayhim ", "rabbuhum ", "dhanbi-him " – sans doute pour désigner l'ensemble des gens, un par un – et celui à la 3e p. du f. sing. dans « sawwâ-hâ » – sans doute pour désigner le peuple de Thamûd dans sa globalité.

On peut noter également la succession des faits, signe de leur suivi et de leur conséquence, dans les versets 13 et 14. Le  Châtiment divin est le résultat de leurs péchés et leur correspond. Les gens de Thamûd s’entêtèrent et même à la vue des prémisses du Châtiment, ils ne regrettèrent pas. Ce n’est que quand il s’est abattu sur eux qu’ils se mirent à regretter mais c’était trop tard.

Nous allons voir le dernier verset de la sourate après avoir lu un aperçu global de l’histoire des gens de Thamûd et de leur Prophète Sâleh(p).

(1)Il s'agirait de Qudâr fils de Sâlef, le plus misérable du peuple de Thamûd qui agit au nom de tous.

www.lumieres-spirituelles.net     No79  - Ramadan-Shawwal 1437 –  Juin-Juillet  2016


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)