1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-07-31 | Readers 380 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Jean Tauler thélogien chrétien (1300-1361)


Jean Tauler

(1300-1361)

Jean Tauler(Taulerus) fut  un théologien, un mystique et un prédicateur alsacien influent, surnommé « le docteur illuminé » Il fut le disciple strasbourgeois de Maître Eckhart.

Jean Tauler naquit probablement vers l'an 1300, ou un peu avant, à Strasbourg. D’après une phrase échappée pendant un sermon, il semblerait issu d’une famille qui ne connaissait pas l’indigence : « Si j’avais su ce que je sais maintenant, quand j’étais le fils de mon père, j’aurais choisi de vivre de son héritage, et non pas d’aumônes ». De cette petite phrase, on peut comprendre plusieurs choses : qu’il était issu d’une famille aisée, qu’il avait recherché la pauvreté et la simplicité dans le désir de vivre en « pauvre du Christ » ; et que les causes de l’apparition de la mystique rhénane n’était pas obligatoirement liées aux troubles du temps.

Il fit ses études dans l'ordre des Dominicains, comme Maître Echkart (cf. L.S. N°5) dont il fut l'élève à Cologne. Son enseignement s'apparente au sien, mais il fut aussi influencé par ses études approfondies des néo-platoniciens, tout particulièrement de Proclus et du Pseudo-Denys l’Aréopagite. Il développa surtout le thème du détachement et prêcha une ascèse apparemment austère, mais qui, au XIVe siècle, est nettement moins doloriste que les autres : c'est lui qui demanda au banquier Rulman Merswin (cf. L.S. N°37), fondateur de la commanderie Saint Jean à Strasbourg de modérer son ascèse.

A part quelques voyages, il passa toute sa vie à Strasbourg,  où il mourut en 1361. Remarquable prédicateur, il reçut la charge de la direction spirituelle des couvents de Dominicaines de la vallée du Rhin à partir de 1347.

En même temps,  Tauler avait été la figure de proue des « Amis de Dieu», des clercs et des laïcs qui s'efforçaient de vivre totalement selon la volonté de Dieu, telle révélée dans les Evangiles, quelle que soit leur situation. Proches de Maître Eckhart et d'autres maîtres anonymes, ils étaient très critiques par rapport à la société de leur temps, animés d’une profonde méfiance vis-à-vis des clercs. Ils avaient radicalisé l'idée de la Grâce due à Dieu Seul : « Âme fidèle, garde toi de raisonner intérieurement pour savoir quelle est l'illumination de la Grâce ou celle de la nature; cherche uniquement ton repos en Dieu seul, Dieu infiniment simple, Dieu inconnu. »

On ne connaît de l'œuvre de Tauler, avec certitude, que quatre-vingt-quatre Sermons, qui sont en fait des notes d'auditeurs, dans lesquels on peut connaître sa doctrine mystique. Sa spiritualité est traversée par deux thèmes centraux : le détachement, et la naissance déifiante de Dieu dans l’âme qui est abordée dès le premier  de ses sermons, celui pour la Nativité.

Parmi les mystiques rhénans, il se distingue par son apologie des vertus. Il insistait sur le détachement, parce que par lui, la Grâce divine toute puissante permet la naissance de Dieu dans l'âme. Tauler envisage à demi-mots la réalisation de soi par la divinisation du sujet, en insistant sur le fond (Grund) de l'âme, qui, incréé et étincelle de l'âme, accueille Dieu et où est restituée l'Image divine perdue par le péché. A noter par exemple un sermon de Tauler (en référence à l'Évangile de Jean (14, 23)) sur l'essence divine du Verbe divin se constituant par la Grâce hôte de l'âme intelligente du chrétien ami de Dieu pour le promouvoir à la connaissance directe du Dieu vivant.

Tauler accordait une grande importance à l’effort continu et patient : la croix prend plus d'importance dans ses écrits : c'est là un virage présent dans tous les textes, dans toute l'iconographie du XIVe siècle, que les pestes, les guerres, les schismes entre papes et antipapes, le grand tremblement de terre de Bâle en 1354 et un épisode climatique quasi glaciaire ont amené à surnommer : le siècle de fer.

Cependant, l'ouvrage le plus célèbre de Jean Tauler (1300-1361)  – bien qu’il ne soit pas dû qu’à lui mais à ceux qui, autour de lui, ont constitué le groupe des « Amis de Dieu » – celui qui a connu un extraordinaire rayonnement et qui est considéré à juste titre comme la somme de la mystique rhénane, est Le Livre des Amis de Dieu. Il  y est révélé l’idéal de l’ « ami de Dieu » : libre et détaché de tout, il reçoit Dieu Lui-même en son cœur. « Les Amis de Dieu ne manquent jamais de consolation, puisque leur suprême bonheur est d'accepter tout ce que Dieu fait en eux ou avec eux, que ce soit joyeux ou triste. »

www.lumieres-spirituelles.net  No80 - Dhû al-Qa'deh - Dhû al-Hujjah 1437  -  Août-septembre 2016


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)