1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-09-29 | Readers 558 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sourate ash-Shams (le soleil) 91 (8 & fin)


Sourate ash-Shams (le soleil) 91 (8 & fin)

سورة الشمس

بسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ وَالشَّمْسِ وَضُحَاهَا(1) وَالْقَمَرِ إِذَا تَلَاهَا(2)وَالنَّهَارِ إِذَا جَلَّاهَا(3)وَاللَّيْلِ إِذَا يَغْشَاهَا(4)وَالسَّمَاءوَمَا بَنَاهَا(5)وَالْأَرْضِ وَمَا طَحَاهَا(6)وَنَفْسٍ وَمَا سَوَّاهَا(7)فَأَلْهَمَهَا فُجُورَهَا وَتَقْوَاهَا(8)قَدْ أَفْلَحَ مَن زَكَّاهَا(9)وَقَدْ خَابَ مَن دَسَّاهَا(10)

Bi-smi-Allâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi, wa-sh-shamsi wa duhâhâ, wa-l-qamari idhâ talâhâ, wa-n-nahâri idhâ jallâhâ, wa-l-layli idhâ yaghshâhâ wa-s-samâ’i wa mâ banâhâ, wa-l-ardi wa mâ tahâhâ, wa nafsinn wa mâ sawwâhâ, fa-alhamahâ fujûrahâ wa taqwâhâ  Qad aflaha man zakkâhâ wa qad khâba man dassâhâ

Par le Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux, Par le soleil et sa clarté, (1) par la lune quand elle le suit, (2) par le jour quand il l’éclaire, (3) par la nuit quand elle l’enveloppe, (4) par le ciel et Celui qui l’a construit(5) par la terre et Celui qui l’a étendue, (6) et par une âme et Celui qui l’a bien modelée, (7) et qui lui a alors inspiré son immoralité et sa piété ! (8)A réussi celui qui l’a purifiée (9) et est perdu celui qui l’a corrompue ! (10)

كَذَّبَتْ ثَمُودُ بِطَغْوَاهَا(11)إِذِ انبَعَثَ أَشْقَاهَا(12)فَقَالَ لَهُمْ رَسُولُ اللَّهِ نَاقَةَ اللَّهِ وَسُقْيَاهَا(13)فَكَذَّبُوهُ فَعَقَرُوهَا فَدَمْدَمَ عَلَيْهِمْ رَبُّهُم بِذَنبِهِمْ فَسَوَّاهَا(14)

Kadhdhabat thamûdu bi-taghwâhâ idhi-nba‘atha ashqâhâ, fa-qâla lahum rasûlu-llâhi nâqata-llâhi wa suqyâhâ Fa-kadhdhabûhu fa-‘aqarûhâ fa-damdama ‘alayhim rabbuhum bi-dhanbihim fa-sawwâhâ

(11) quand le plus misérable d’entre eux s’est levé.(12) Le Messager de Dieu avait dit : «  La chamelle de Dieu ! Laissez-la boire ! » (13) [de la chamelle]. Leur Seigneur les détruisit alors tous, entièrement, à cause de leur péché. (14)

وَلَا يَخَافُ عُقْبَاهَا(15)

wa lâ yakhâfu ‘uqbâhâ.

Et Il ne craint pas sa suite.(15)

Reprise des versets de la sourate les uns après les autres en nous aidant des interprétations de cette sourate de sayyed TabâTabâ’i dans « al-Mîzan », de sheikh Makârem Shîrâzî dans al-Amthâl, de sayyed Hassan al-Mustafawî dans son « Tahqîq fî kalimât al-Qurân al-karîm», de docteur Mahmoud Bostani dans « al-Tafsîr al-binâ’î lil-Qorân al-karîm », de sheikh Ibn ‘Arabî dans son « Tafsîr al-Qurân » et de la compilation traduite par sh. Ishak Vazirhoussen, « Tafsir é Hoda ».

 wa lâ yakhâfu ‘uqbâhâَلَا يَخَافُ عُقْبَاهَا(15)

« yakhâfu » :  verbe craindre, avoir peur à la 3e p. m. s. au temps présent. Qui est le sujet de ce verbe ?« ‘uqbâ-hâ » : ses suites, conséquences

Il n’y a pas de crainte de quoi ? Pour qui ? Qui ne craint pas ?

Plusieurs interprétations ont été suggérées :

-Dieu n’a pas peur de les punir.

-Celui qui a tué la chamelle n’a pas eu peur des suites de son meurtre.

-Il n’y a pas de crainte pour Sâleh qui a été sauvé de l’anéantissement général.

-Il n’y a pas de crainte à avoir à la suite du châtiment infligé au peuple de Thamûd et de sa disparition, parce que Dieu est le Très-Savant, le Très-Sage, le Puissant sur toute chose. Si le sujet est Dieu sous-entendu, Dieu cherche-t-Il à nous rassurer ? Y aurait-il à craindre des conséquences des châtiments infligés en ce monde ? Pas d’éclaircissement supplémentaire au niveau des propos rapportés.

Il est seulement rapporté de ‘Ammâr : « J’ai entendu le Prophète de Dieu(s) dire à ‘Alî(p) : « Ô ‘Alî ! Le plus misérable des gens aux premiers temps était celui qui a tué la chamelle et le plus misérable des derniers temps est celui qui te tuera. » » (Majma’ al-Bayân, vol.10 p499)

RECAPITULATION DU SENS GLOBAL DE LA SOURATE

C’est la sourate de l’éducation de l’âme, la purification du cœur de la rouille et des impuretés.

Elle est introduite par un serment fait sur onze apparences de la création et de l’Essence du Créateur (qu’Il soit Glorifié), en vue d’affirmer que la réussite et le salut de l’être humain en tant qu’individu, ne se réalisent que par la purification de l’âme.

Dans la dernière partie de la sourate est évoquée l’histoire du peuple de Thamûd dans la mesure où il est un exemple de peuple qui s’est rebellé  [contre Dieu et Son Messager] et qui fut anéanti par la suite, la principale raison évoquée de l’anéantissement de ces gens étant qu’ils avaient abandonné la purification de leurs âmes. Ils furent jetés dans les abîmes de la misère éternelle et le sévère châtiment divin.

Ainsi l’homme qui connait la réussite et le bonheur est celui qui connait la piété, qui se purifie lui-même et se développe d’un développement sain par la piété et l’épuration de tout ce qui pourrait l’emmener vers l’immoralité.

Celui qui ne s’est pas soucié de purifier son âme, devient une proie facile pour les menteurs, les orgueilleux, les arrogants qui, comme le peuple de Thamûd, se sont entêtés contre leur prophète(p) et ont refusé la Parole divine. La raison s’est trouvée voilée, les ténèbres de l’âme ont pris le dessus.

La question fondamentale révélée dans cette sourate n’est pas seulement vitale pour l’individu mais aussi pour tous les membres de la société et donc pour une société entière. Elle met en évidence le lien entre un acte individuel et un acte collectif, ou plus exactement la responsabilité de chacun dans des actes commis au nom de tous. A moins de le dénoncer ou du moins s’en démarquer.

Cette sourate nous donne une idée sur le système d’évaluation des membres de l’humanité de l’Islam.

Avec la sourate al-A‘lâ, ce sont les deux sourates qui sont récitées, après al-Hamd, par tous les Musulmans durant la prière des deux ‘Aïds, celle d'al-Fitr (à la fin du mois de Ramadan) et celle d'al-Ad’hâ. Comme si Dieu nous demande de nous rappeler au moins deux fois par an, après avoir accompli les actes d’adoration du mois de Ramadan, (et en premier lieu le jeûne), et ceux du Hajj, l’importance de la purification de l’âme. Montrant aussi que les actes d’adoration sont directement liés avec la purification de l’âme.

LES FAVEURS DE LA SOURATE

Selon un hadith du Messager de Dieu(s), celui dont les réussites (tawfiq) ont été retirées, ou dont la mémoire diminue ou qui est méprisé des hommes, verra, en récitant cette sourate, augmenter ses réussites, sa mémoire, retrouvera une dignité élevée devant les hommes et aura beaucoup de bénéfices.

Ce hadith se termine par : « Celui qui la récite est semblable à celui qui donne en aumône toutes les choses sur lesquelles le soleil et la lune se lèvent. » (Majma‘ al-Bayân, vol.10 p496)

Mais, il est certain que cette faveur grandiose, ne la reçoit que celui qui aura assimilé son contenu durant toute son existence, et aura placé devant ses yeux la nécessité permanente d’éduquer son âme.

www.lumieres-spirituelles.net  No81 - Moharram-Safar 1438 Octobre-Novembre  2016  


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)