1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-09-29 | Readers 476 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Karbalâ’ – le plus grand pèlerinage du monde –


Karbalâ’– le plus grand pèlerinage du monde –

Les manifestations et les repas offerts

Chaque année, la marche vers Karbalâ’, située sur le bord de l’Euphrate au sud-ouest de Bagdad, à partir notamment deNajaf, pour le quarantième jour de la commémoration du martyre de l'Imam al-Hussein(p),(1) prend une ampleur et un essor toujours plus grands au point de devenir le plus grand pèlerinage du monde. L'année 1437H (décembre 2015) a vu plus de 20 millions de pèlerins défiler malgré les conditions d'insécurité et les risques d'attentat et malgré le froid et la pluie.

Près de 1400 ans après, le martyre de l'Imam al-Hussein(p), le petit-fils du Prophète Mohammed(s), attire des millions d'amoureux de la justice du monde entier, à Karbalâ', mais aussi en Asie, en Afrique (au Nigéria, ils étaient des millions, selon les organisateurs, à défiler pour clamer leur refus de la corruption et du despotisme au nom de l'Imam al-Hussein(p) avant d’être réprimés par le pouvoir en place), et aussi en Europe et ailleurs..

Les pèlerins présents à Karbalâ' proviennent d'Irak mais aussi des pays limitrophes, côté oriental comme l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan, l'Inde, l'Azerbaïdjan, Tadjikistan et côté occidental comme le Liban, la Turquie.. Majoritairement des Musulmans shi'ites, mais aussi sunnites, et il y a des Chrétiens, Yazdis, Zoroastriens, Sabéens..  Et parfois aussi, des délégations officielles comme celles venues du Vatican et de la Russie.

L'imam al-hussein(p) symbole universel du refus de l'oppression,

De la liberte, de la paix, de la justice, de l'amour infini et de la compassion

Tout au long du parcours, en plus de la mise en place d'un énorme dispositif sécuritaire, sanitaire et d'assistance, offrant leurs services gratuitement aux pèlerins, les habitants se mobilisent aussi pour accueillir ces millions de pèlerins considérés comme les "hôtes de l'Imam al-Hussein(p)", leur ouvrant leur maison, leur offrant repas, massages.. De généreux donateurs font le vœu de nourrir des milliers de pèlerins..

Malgré ce grand nombre de visiteurs, les conditions d'insécurité prévalant dans le pays, le côté spontané de l'accueil des Irakiens, tout est bien organisé tant du point de vue de la sécurité que du point de vue de la propreté. Succès qui relève du miracle !(2)

Ce sont aussi ces élans de solidarité avec les autres peuples opprimés comme au Bahreïn, en Arabie Saoudite, au Yémen en Palestine.., répétant les phrases de l'Imam al-Hussein(p) : "Non à l'injustice !" "Non à l'humiliation !"

Grands moments d'expérience, à la fois individuelle et collective, de foi, de ferveur, d'amour, de solidarité, d'altruisme, de dévotion, au nom de l'Imam al-Hussein(p). Quelque chose d'inimaginable. Les motivations des pèlerins sont diverses, de la demande de l'intercession de l'Imam(p) pour une guérison, à la demande de la rencontre avec le Très-Haut par l'intermédiaire de leur allégeance au petit-fils de Son Prophète Mohammed(s). Pour d'autres, cette marche est le dépouillement de soi, l'abstraction de tout ce qui se rattache à ce monde, à la recherche de la Rencontre.

Les témoignages sont nombreux :

"Une avalanche d'hommes, de femmes (vêtues de noir) et d'enfants qui remplit l'œil d'un bout de l'horizon à l'autre."

"Des milliers de tentes avec des cuisines de fortune mises en place par les villageois (de pauvres travailleurs ou paysans qui se serrent la ceinture tout au long de l'année pour accueillir ces pèlerins) qui avoisinent le parcours, suppliant les pèlerins d'accepter qui un repas chaud, qui une nuit chez eux, qui un massage des pieds, qui des appels internationaux, qui des couches pour bébés.."

Arrivés au sanctuaire, c'est la récitation, de près ou de loin, selon les possibilités, de la ziyârat à l'Imam al-Hussein(p) qui rappelle qu'il(p) est l'héritier des Prophètes Adam, Noé, Abraham, Moïse, Jésus, Mohammed.. Message éternel, perpétuel de Vérité, de Justice, d'Amour et de Sacrifice, vécu à travers une relation personnelle avec un homme(p) que les pèlerins actuels n'ont pourtant jamais vu. Aussi, pour certains, la salutation à l'Imam(p) est la reconnaissance qu'il n'est pas facile d'être un véritable compagnon de l'Imam al-Hussein(p). Pour d'autres, c'est une occasion de renouveler leur allégeance à l'Imam(p).

Vu le grand nombre des pèlerins, c'est en procession, par groupes, que les pèlerins visitent l’Imam Hussein(p) et les nobles martyrs de Karbalâ’, vêtus de noir, parfois les pieds nus. Banderoles, drapeaux, microphones, petites manifestations dans les rues limitrophes du sanctuaire sont de tradition. Des mots d’ordre sont criés, accompagnés de pleurs.

Certains se déploient en cercle pour faire des « Latmiyât » suivant le rythme de la complainte en se frappant sur la poitrine ou sur la tête. D’autres s’aventurent à se « flageller » le dos avec des petites chaînes bien que la majorité des hautes autorités religieuses juridiques de référence l’interdisent. Tous crient : « Labbayka yâ Hussein !  Nous venons à toi, ô Hussein(p) » ! Leur point commun, leur amour pour l’Imam al-Hussein(p).

Dans différents coins, un prêcheur prend le micro et commence à faire des « majlis at-ta’aza » commémorant un des épisodes de la tragédie de Karbalâ’. Parfois un sermon de moral ou de dogme y est inséré. Ces "majlis" ont lieu bien sûr en arabe, mais aussi en persan et en urdou..

Lors de son cours de jurisprudence supérieure, le 30 novembre 2015, l'Ayatollah Khamenei(qDp) a déclaré que l'école des Ahl-ul-Bayt(p) était un mélange d'amour et de raison, et que la grande marche d'Arbaïn faisait sans aucun doute partie des rituels divins. « Ceux qui ont l'occasion de participer à cette marche doivent en être reconnaissants, je les envie et j'aimerais vraiment y participer aussi. La possibilité de créer cette relation avec les membres de la famille prophétique est une des particularités du chiisme qui allie certitude intérieure, foi véritable, amour et affection. »

Que s'est-il passé à Karbalâ' en cette année 61 de l'hégire ?

L'Imam al-Hussein(p) est le petit-fils du prophète Mohammed(s). Il a été tué à Karbala, le dixième jour du mois islamique de Muharram (d'où la désignation de ‘Achoura) en l'an 61H, parce qu'il refusait de prêter serment d’allégeance au calife corrompu et tyrannique, Yazid fils de Mou'awiyyah.

Avec sa famille et ses compagnons [72 personnes], il fut encerclé dans le désert par une armée de 30 000 hommes, assiégé jusqu’à manquer cruellement de nourriture et d’eau. Après de courageux combats, ses compagnons et lui(p) furent tués. Il fut ensuite décapité, sa tête brandie au bout d'une lance, emmenée jusqu'à Damas. Depuis, les musulmans chiites commémorent ce jour considéré comme un grand drame pour l'humanité. Et s'il n'y avait pas eu la Miséricorde promise au Prophète Mohammed(s), la terre aurait englouti ces gens comme cela a eu lieu précédemment. En effet, ce jour fut le combat des ténèbres les plus obscures contre la lumière brillante et absolue, de l’exhibition du vice contre l’archétype de la vertu.

Le quarantième jour, sa sœur sayyida Zeinab(p) et son fils l'Imam 'Alî fils de Hussein(p), as-Sajjâd(p), et les enfants de la famille du Prophète(s) passèrent par Karbalâ' et pleurèrent les martyrs, sur leur route de retour à Médine, après avoir été emmenés captifs de Karbalâ' à Damas par les troupes de Yazîd.

Quarante jours de deuil dans beaucoup de traditions musulmanes durant lesquels sont évoqués et rappelés les détails de cette tragédie humaine qui s'est déroulée il y a près de 1400 ans et qui a touché toutes les couches de la communauté, tous les âges, tous les épris de la vérité, de la justice et de la paix quelle que soit leur religion.

(1)cf les No 17, 33 & 57 de la revue Lumières Spirituelles

(2)ce qui rend encore plus incompréhensible le drame de Mina durant le Hajj en l'an 2015.

www.lumieres-spirituelles.net  No81 - Moharram-Safar 1438 Octobre-Novembre  2016  


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)