1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-09-29 | Readers 902 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

L’HERESIE WAHABITE


L’HERESIE WAHABITE

Mustafa al-Hachimi

Ce petit livre, condensé de moins de cent pages, a été publié pour la première fois en 1987 après le massacre de pèlerins (majoritairement iraniens) de La Mecque et republié récemment, l’actualité se répétant. Il commence, dans son « préambule », par la mise en garde du Prophète(s) contre ce type d’hérésie – avec la citation de hadiths de diverses sources dont celle d’al-Bukhari.

La première partie rappelle les origines de l’hérésie wahabite, avec Mohammed ibn Abdul Wahab et ses idées déviées, déviationnistes, puis sa rencontre avec le chef de la tribu bani Hanifa Mohamed ibn Saoud, en vue de dominer l’Arabie sous le prétexte de « renouveler la foi de musulmans et les éloigner du polythéisme », se servant de versets coraniques interprétés à leur guise pour appuyer leur thèse. Cette brève exposition est suivie par une réfutation étoffée de citations du Prophète(s) transmises par al-Bukharî, de leurs idées déviées, par d’éminents savants musulmans tels sheikh Ahmad Dahlan al-Macqui et sheikh Mohammed Ibn Soleiman al-Kurdi.

La seconde partie est une dénonciation de la corruption de la famille Al-e Saoud, « une bande de mécréants qui ont accaparé les terres, qui gaspillent les deniers publics », et qui ont transformé les rites du Hajj en une virée commerciale ou touristique, citant des témoignages de la presse occidentale des années 1987. Dénonçant le massacre de pèlerins iraniens qui ont eu lieu en cette année 1987 et réfutant les accusations saoudiennes contre l’Iran de vouloir politiser le Hajj, sheikh Touré d’Afrique rappelle aux autorités saoudiennes : « Vous savez que le pèlerinage est, de toutes les cérémonies islamiques, la plus politisée. (…) C’est à l’occasion du pèlerinage que le Prophète(PLS) avait choisi de dénoncer certains accords qui liaient les musulmans aux mécréants, proclamer le désaveu des mécréants par Dieu, son Messager et les croyants, interdire à jamais aux non-musulmans de s’approcher de la Mosquée Sacrée. » Cette partie se termine par le constat que « le pèlerinage est, comme Dieu le veut, le meilleur moyen pour les Musulmans de s’acquitter de leur mission sacrée en parfaisant d’abord l’unité, la libération et la dignité du monde musulman, afin de pouvoir ensuite sauver l’humanité de toute sorte d’injustice et d’oppression. »

La troisième partie met à jour le rôle financier d’Al-é Saoud. Au lendemain de la guerre d’octobre 1973, la création de l’OPEP avait suscité de grands espoirs dans ce qui était alors appelé le « Tiers Monde » et notamment parmi les peuples musulmans. Malheureusement, Al-é Saoud préféra faire alliance avec les Etats Unis et leur permit de garder la mainmise sur le pétrole et de bénéficier des flux de pétrodollars au lieu d’en faire profiter les peuples déshérités. Les pétrodollars saoudiens furent investis dans les pays occidentaux et dans leurs institutions financières tel le FMI qui participent au pillage des pays du « Tiers Monde », ou utilisés pour payer des guerres destructrices, contre d’autres musulmans, comme celle de Saddam Hussein contre la République Islamique d’Iran.

La quatrième partie dénonce les destructions faites par Al-e Saoud des monuments historiques de La Mecque (les citant un par un), malgré les protestations des Musulmans, tout en s’interrogeant sur les réels mobiles de telles actions.

La dernière partie est réservée aux massacres des pèlerins (majoritairement iraniens) en l’an 1987 par la police d’Al-e Saoud qui n’a pas alors hésité à ouvrir le feu sur les « invités de Dieu » dans la « Maison de Dieu » que Dieu a affirmé comme un lieu de sécurité. Elle rappelle les circonstances de ce drame, la manifestation permise avec le parcours et les slogans connus à l’avance par les autorités saoudiennes, la police tirant sur les pèlerins, piétinant leurs corps ensanglantés, les aspergeant d’eau bouillante. Pourquoi ? Dans quels buts ?

Au lendemain du massacre, les savants musulmans ont rappelé que les « Haramayn » sont un héritage commun et un droit égal pour tous les Musulmans et non pas la possession d’une famille ou d’un Etat particulier, de plus créé     avec l’appui des grandes puissances sur les vestiges de l’empire ottoman. A la fin, la publication d’une liste de noms de savants sunnites qui ont réfuté le wahabisme.

www.lumieres-spirituelles.net  No81 - Moharram-Safar 1438 -  Octobre-Novembre  2016  

Citations de « L’hérésie wahabite »

†«..Nous citerons un de ces hadiths rapporté dans le livre de al-Bukhari, selon lequel le Messager de Dieu (a.s.s.) a dit : « Un groupe se formera, à l’est de l’Arabie, ces gens réciteront le Coran sans le comprendre, car ils seront plongés dans les ténèbres de leur ignorance. Ils auront choisi de s’écarter du vrai chemin de l’Islam, plus rapidement encore que la vitesse d’une flèche.. » »(p3)

†« Le wahabisme n’est qu’une hérésie, inventée et implantée au sein du monde musulman par des juifs sionistes britaniques dans le but d'éteindre la lumière de Dieu. »(p5) 

†« Mohammed ibn Abdul-Wahab prétendit que se rendre sur la tombe du Prophète Mohammad (a.s.s.), implorer Dieu en ce lieu saint et faire appel aux saints Prophètes et les considérant comme intercesseurs auprès de Dieu étaient des preuves d’incrédulité et d’idolâtrie. »(p8)

†« Ibn Abdul-Wahab soucieux de trouver un appui militaire pour propager ses idées trompeuses et naïves alla à l’est de l’Arabie, dans la ville de ‘Dériyeh’, où il commença à parler avec les habitants, en prêchant ses idées et à les convaincre. Il conclua un pacte avec Mohammad ibn Saoud, chef de la tribu de bani Hanifa, qui à l’origine, était la tribu de Mossaylama al-Kazzab (Mossaylama le menteur).»(p9)

†« « Pour ce qui est de se rendre sur la tombe du Prophète Mohammad (a.s.s.), ô ibn Abdul-Wahab, cesse de traiter ceux qui se rendent sur la tombe du Prophète d’incrédules et de mushrikins (polythéistes), car je trouve que ton comportement à leur égard va à l’encontre de la vérité et de la Sunnat du noble Prophète elle-même. En effet, tes prédécesseurs et les compagnons du Prophète se rendaient régulièrement, avec amour et enthousiasme sur la tombe du Prophète (a.s.s.) ; nombre de hadiths, rapportés du Prophète, incitent les musulmans à se rendre sur la tombe du Prophète car cela leur sera des plus bénéfiques. » (Cheikh Touré) »(p18)

†« En réalité, le régime saoudien a transformé les cérémonies du pèlerinage en un grand bazar pour faire valoir les marchandises américaines et occidentales plutôt que de profiter de l’occasion pour résoudre les problèmes que connaissent les musulmans et pour renforcer leur union. »(p28)

†« Le massacre de la Mecque ne rentre-t-il pas dans le contexte de ce même plan monté dans le seul but de forcer la main à l’Iran pour qu’il accepte d’arrêter la guerre avant qu’il y ait vainqueur et vaincu. (…) Aussi faudrait-il se poser la question de savoir à qui profite ce crime ? Ce ne peut être à l’Iran qui se voit ainsi obligé de se battre, sur tous les plans, contre presque tous les régimes du monde. »(p31)

†« « En Islam, toute pratique cultuelle ou adoration à des visées politiques comme toute politique doit avoir, comme but et finalité, l’adoration de Dieu et la recherche de son agrément en servant ses créatures avec désintéressement et dévouement. Le but premier du pèlerinage est le renforcement de l’unité des musulmans, et l’intensification de leur conscience et de leur force par des échanges de toute nature : politiques, économiques, culturelles, etc. comme par la manifestation de leur force, de leur unité, de leur mobilisation et de leur détermination. » (Cheikh Touré) »(p32)

†« Le rôle joué par l’Arabie Saoudite au niveau du FMI fait de ce pays, gardien des Haramayns (Makka et Médine) un ennemi des pays du Tiers-Monde et de la Oumma, car nul n’ignore plus aujourd’hui l’impact négatif que le FMI exerce sur l’économie des pays qui sont à sa remorque. »(p47)

†« A propos de la mosquée al-Qiblatayn, « le premier « mihrab », souvenir de cet époque, fut consacré aux côtés du deuxième qui avait pour but de montrer aux musulmans qu’ils devaient avoir le visage tourné, pour l’exécution de la prière, vers la Ka’aba. Cependant les saoudiens ont detruit ce premier mihrab sans prendre l’avis de personne, ni d’aucun pays musulman. Certains autres édifices historiques et religieux ont également été détruits en partie ou complètement. Selon le témoignage des religieux autochtones et étrangers, la famille saoudite wahabite a fait démolir presque 40 de ces sortes de bâtiments durant ses 50 années de regne sur l’Arabie saoudite. » »(p50)Et de  conclure : « Etant donné que chaque peuple, chaque gouvernement, chaque religion s’efforce de sauvegarder son patrimoine, nous avons le droit de poser des questions quant aux mobiles qui sont derrière toutes ces destructions. » (le magazine Jeune Afrique) »(p53)

†« Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une police au service de la famille royale saoudienne a osé agresser et massacrer des centaines de pélerins. »(p55)

www.lumieres-spirituelles.net  No81 - Moharram-Safar 1438 -  Octobre-Novembre  2016  


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)