1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-11-25 | Readers 375 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Dangers de divisions du Moyen Orient ?


Dangers de divisions du Moyen Orient ?

Il est connu que le rêve américain au Moyen Orient (renforcé après la fin de l’URSS) est d’imposer (et maintenir) son hégémonie sur la région de façon unilatérale, que ce soit pour des raisons énergétiques, économiques, financières, politiques, stratégiques, idéologiques et même doctrinales (comme certains l’évoquent)(1).

Pour le réaliser, les Etats Unis sont prêts à tout, ayant à leur disposition d’énormes moyens (médias, réseaux, armes, pétrodollars) et ne répugnant pas à s’ingérer directement dans les affaires des pays, à commettre des massacres, des déplacements de population.. etc., sans se soucier des conséquences pour les peuples. C’est en cela que leur projet de « remodeler » le Moyen Orient ne doit pas être pris à la légère, aussi énorme qu’il apparaît.

Le projet américano-sioniste

La bataille de la Syrie a en effet révélé que les vrais objectifs américano-sionistes de leurs interventions (directes et indirectes) dans la région n’étaient pas seulement de briser l’axe de la résistance mais surtout d’y imposer des changements démographiques, de modifier toute la carte géopolitique de la région.

Le projet «Grand Moyen Orient» a commencé avec l’invasion des troupes américaines en Afghanistan en 2001 et en Irak en 2003 (qui avait abouti à la chute de Saddam Hussein).

Il ne consiste pas seulement :

•à diviser les pays de la région en de multiples pseudo Etats uni-ethniques ou uni-confessionnels, selon le principe de « diviser pour régner » - les cartes publiées montrent qu’aucun Etat de la région ne devra être épargné, pas même l’Arabie Saoudite !

Ni à faire venir des gens d’Europe et d’Amérique (etd’ailleurs) pour créer un Etatdans la région, à l’instar de l’entitésioniste (et de ce pseudo« Etat islamique » (daesh)).

Mais à déraciner des groupes de gens vivant dans cette région depuis des centaines d’années, voire des millénaires, à y effacer toute trace de leur présence ancestrale, en détruisant leurs sites religieux, historiques ou culturels.

Cela ne concerne pas que le peuple palestinien (avec le transfert des habitants de Gaza dans le Sinaï, en Egypte), mais toutes les minorités, Yazdies, Shabaks, Shiites, Soufies.. et en premier lieu les Chrétiens(2)).

Les musulmans sunnites (refusant la ligne wahhabite) ne sont pas épargnés, leur but étant, dans un premier temps, d’imposer un seul groupe d’hommes musulmans dont les pratiques seront tellement répulsives qu’il sera facile de les éliminer avec l’approbation de tous, par la suite.

Il ne s’agit pas, pour l’instant, de déclarer caduques les frontières actuelles, mais de maintenir les divisions (en conflits confessionnels, ethniques et tribaux permanents), et d’affaiblir le pouvoir central et son armée, les Américano-sionistes se réservant le droit d’intervenir sous le couvert de «défendre les droits de l’homme» ou de «rétablir la paix». La question des déplacés mérite un développement à part parce qu’entrainant d’autres enjeux encore.

Face à la résistance des peuples de la région, la forme du projet s’est quelque peu modifiée, mais le fond reste.

La forme actuelle du danger dans le cadre de la lutte contre les takfiris

Sous couvert de lutter contre le terrorisme takfiri (cause qui touche maintenant le monde entier), les Américano-sionistes (et leurs alliés) tentent de revenir en force dans la région et cherchent, à l’heure actuelle, à :

1-rassembler les terroristes takfiris (Daesh et compagnies), fuyant les combats d’Irak et de Syrie, vers l’Est de la Syrie (Raqqa, Deir ez-Zor), tout au long de la frontière syro-irakienne jusqu’à la frontière jordano-irakienne (et continuer de les soutenir) ;

2-laisser le nord d’Alep aux Turcs ou aux Kurdes (transformés entretemps en « Forces Démocratiques de Syrie », alliées au clan kurde pro-israélien de Barzani d’Irak) ;

3-empêcher toute solution politique et permettre à ces groupes terroristes takfiris (maintenus d’une façon ou d’une autre, sous leur nom ou sous un autre label, tel 'rebelles syriens') de continuer de nuire et de faire des attentats en Irak ou en Syrie, selon les velléités américano-sionistes.

Les objectifs de l’axe de la résistance

« Selon les Vérités que Dieu (qu’Il soit Exalté) a mesurées, il va bientôt se former un nouveau Moyen Orient : un Moyen Orient de l’Islam. »Imam al-Khâmine’î(qDp)

Grâce à la résistance des forces locales et régionales (et à leur sacrifice), au soutien des pays limitrophes comme l’Iran, à l’intervention russe et à une direction sage islamique, il apparait que ce rêve de démembrement de la région ne se réalise pas aussi facilement. Les positions de l’axe de la résistance sont claires :

1-défendre les populations (quelles que soient leur religion, leur confession, leur ethnie ou leur tribu) contre les exactions de ces groupes terroristes takfiris ;

2-protéger les Etats centraux (tout en les encourageant à favoriser le processus politique de réconciliation et l’arrêt de l’effusion de sang ainsi qu’à lutter contre la corruption) ;

3-refuser une révision des frontières des pays ;

4-mettre en place un système sécuritaire régional pour contrer le projet de démembrement ;

5-favoriser le retour de tous les déplacés dans leurs foyers.

Leurs outils

Pour cela, les américano-sionistes(3) ont créé ces groupes terroristes takfiris (Daesh, Jabhat an-Nosra..) qui ont la particularité de ne suivre aucune loi internationale, aucune règle humaine et de ne pas combattre l'entité sioniste.

Ils n’ont aucun problème à détruire des sites religieux, à massacrer des gens, à répandre le sang, à commettre des crimes les plus odieux, à diffuser la haine et les hostilités.

Ils sont des outils entre les mains des Américano-sionistes (à la place de leurs forces armées directes prévues initialement), recrutés dans le monde entier, pouvant intervenir dans le monde entier, pour faire ce que, eux, ne peuvent pas faire ouvertement.

En plus, ils ont la fonction de ternir la véritable image de l’Islam, religion de paix, de justice et de morale sublime.

Les trois étapes du complot en Syrie

1-Apparition d’un mouvement de contestation en mars 2011 (dans le cadre du ‘Printemps arabe’), infiltré en vue de renverser le régime laïc d’al-Assad et de le remplacer par une dictature des Frères Musulmans. En vain..

2-Déclenchement de la 2e guerre (Juillet 2012-Octobre 2015) avec comme objectif de saigner le pays et de détruire l’armée et le pouvoir central syriens. Elle s’arrêtera avec l’intervention russe qui mit fin à l’unilatéralisme américain.

3-La 3e guerre (depuis 20/11/2015) est en vue de créer un Etat (entre Turcs et Kurdes) au nord de la Syrie et de l’Irak. (Reprise du plan Juppé de 2011 et de Robin Wright de Sept.2013, cf. la carte sur la page de gauche).

(1)L’Eglise évangélique (dont font partie tous les conseillers de la Maison Blanche, républicains ou démocrates) prône l’avènement d’un Etat au Moyen Orient avec le retour du Christ, conditionné par l’établissement préalable d’un Etat juif (qui devra être détruit par la suite). Ce qui implique la disparition de l’Islam et avant, la destruction de toutes les autres églises chrétiennes (dont orientales)..

(2)cf. L.S. No31.

(3)De l’aveu même d’un général de l’armée américaine Wesley Clark, lors d’une interview avec CNN le 17.2.2015, Daesh a été créé dans le but de combattre Hezbollah et de ternir son image au Liban.

www.lumieres-spirituelles.net  No82 - Rabî 'I & II 1438 Décembre-Janvier  2017

Alerte en Ethiopie !

Que se passe-t-il dans ce vieux pays du continent africain fort de 100 millions d’habitants où plusieurs ethnies de confessions différentes cohabitent depuis des siècles ? Pourquoi ces centaines de fermiers Oromos tués par balles, cet état d’urgence décrété, accompagné d’un couvre-feu (dans certaines régions), de milliers d’arrestations et de coupures d’internet, en ce début du mois d’octobre dernier ?

Pourtant, après l’établissement de sa constitution en 1994 et la proclamation de la République de la Fédération démocratique éthiopienne en 1995, l’Ethiopie avait toutes les apparences d’un pays stable dans une région mouvementée, avec une forte croissance économique et une population jeune prête à tous les sacrifices pour améliorer son niveau de vie. Vingt ans après où en est-elle ?

Dirigée par une minorité de la Tigrée du nord (excluant les Amhara (l’ancienne élite dirigeante) et les Oromos (majoritaires, historiquement opprimés)), l’Ethiopie est devenue un allié stratégique des Américano-sionistes et leur gendarme pour les pays voisins (Somalie(1) et Soudan du sud).

Son développement s’est inscrit dans le cadre de la mondialisation, soumis aux exigences du système économico-financier mondial. Aussi, les terres ont-elles été bradées au profit d’investisseurs étrangers qui y ont développé fermes horticoles, monocultures d’exportation, complexes industriels et immobiliers, aux dépens de la production locale. D’énormes projets ont été engagés grâce aux capitaux chinois, dont un gigantesque barrage ‘de la Renaissance’ sur le Nil en construction au nord-ouest du pays pour fournir eau et électricité.

Mais qui va en profiter ? Certainement pas ces centaines de milliers de fermiers Oromos expropriés, privés de leurs ressources vitales, menacés de faim, ni les pays situés en aval (comme l’Egypte qui ne pourra plus bénéficier pleinement des eaux du Nil) ! Quel avenir a-t-il été prévu pour cette jeunesse qui représente plus de la moitié de la population du pays ?

Depuis près d’un an, un mouvement de mécontentement et de protestation est apparu, surtout dans la pauvre communauté Omoro, la plus touchée. Un projet chinois d’extension de la capitale et de construction d’un complexe industriel et immobilier, avait alors été annulé.

Mais, en ce mois d’octobre 2016, la répression a pris une tournure beaucoup plus radicale. Pourquoi ? Le pouvoir en place veut-il donner des assurances aux investisseurs étrangers ? Craint-il une alliance des ethnies contre lui ? une ingérence de ses alliés américano-sionistes, sous le couvert de ‘défense des droits de l’homme’ ou ‘de soutien aux déshérités Oromos’ qu’ils essayent de manipuler de l’extérieur, parce qu’ils verraient d’un mauvais œil la place de plus en plus prépondérante de la Chine(2) et craindraient des velléités d’émancipation éthiopiennes de leur tutelle ?

L’Ethiopie fera-t-elle partie des prochaines victimes de la politique de fragilisation et de déstabilisation chère aux Etats Unis pour maintenir son hégémonie, en transformant ces révoltes contre le régime injuste et oppresseur en divisions d’ordre ethnique ou confessionnel ?

La conscience et la vigilance sont de rigueur !

(1)Cf. L.S. No29

(2)Ce même début de mois, a été inauguré un superbe train électrique, reliant, en quelques heures au lieu de quelques jours, Addis Abeba à la mer Rouge via Djibouti, grâce notamment aux capitaux chinois. Facilitant l’accès à la mer Rouge, ce train devrait faciliter la circulation des marchandises.

www.lumieres-spirituelles.net  No82 - Rabî 'I & II 1438 Décembre-Janvier  2017


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)