1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2016-11-25 | Readers 275 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

L’importance du travail pur/sincère pour Dieu


L’importance du travail pur/sincère pour Dieu

« Durant les premières années de son arrivée à Najjaf, sayyed al-Aghâ (sayyed ‘Alî al-Qâdî) se rendait beaucoup à la mosquée de Kûfa, y faisant des retraites et réservant tout son temps aux actes d’adoration.

Au centre de la mosquée, il y avait à cette époque un grand fossé dans lequel des restants de repas et des déchets étaient jetés. Sayyed al-Qâdî, voyant cela, décida de nettoyer la mosquée de ces ordures. Il se mit à contacter des personnes aisées pour qu’elles participent à la construction de quelque chose qui correspondrait au caractère sacré du sanctuaire, dans ce fossé. Il me chargea de la construction et de la supervision des travaux.

Après des mois, le travail fut fini et je demandai à sayyed de nous faire l’honneur de voir les travaux achevés. Il vint et vit le sirdab et cette construction que les gens communs appellent « safinat an-nûh » (le bateau de Noë) ou « Bayt at-Tashut » (la maison de la cuvette) et chacune de ces appellations convient à ce lieu.

Il était très content de ce qui avait été fait et il félicita ceux qui avaient fait cela sans oublier les constructeurs et les ingénieurs qui avaient supervisé ce travail.

Au moment de sortir, son regard fut attiré par une plaque posée sur la porte du sirdab, à la droite de la sortie. Il était écrit dessus : « Ce travail a été effectué grâce aux efforts d’un tel. » Elle avait été posée en l’honneur des grands efforts qu’avait fournis sayyed al-Qâdî pour apporter les biens et l’argent nécessaires pour faire cela.

Quand il vit cela, il changea de couleur, son visage se renfrogna et apparurent des signes de contrariété et de mécontentement. Je me mis à lui présenter des excuses, à formuler des prétextes. Mais cela ne faisait qu’augmenter sa colère et sa réprobation.

A la fin, je fus obligé de prendre une hache, de la main d’un des travailleurs, et de casser moi-même la plaque. Puis, je fis du plâtre de mes propres mains pour recouvrir l’endroit et le niveler avec le reste du mur.

Quand le travail fut achevé, il regarda. Son visage s’illumina et son contentement apparut. Il se mit à louer le travail et retrouva sa nature joyeuse faisant des petites plaisanteries affectueuses.

Quand le travail fut définitivement fini, je sus que les invocations pures [pour Dieu] que les visiteurs adressaient à ceux qui avaient effectué ce travail étaient de beaucoup supérieures s’il n’y avait pas le nom d’une personne écrit devant eux. Et la leçon que je tirai de sayyed al-Qâdî est que le travail doit être pur/sincère pour la Face de Dieu (qu’Il soit Exalté !). »

(d’après sheikh Hajj Jâssem al-‘A’sem(qs) in Madrasat al-‘Urafâ’, vol.1 pp274-275)

www.lumieres-spirituelles.net  No82 - Rabî 'I & II 1438 Décembre-Janvier  2017


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)