1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2017-01-27 | Readers 330 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La colère (al-ghadab) – Traitement (2) Au moment de son allumage (1)


La colère (al-ghadab) – Traitement (2) Au moment de son allumage (1)

Comment se comporter quand on sent les prémisses de la colère poindre en soi ? L’Islam évoque différentes activités pour détourner cette énergie supplémentaire et éviter qu’elle prenne le dessus.

L’Imam al-Khomeynî(qs) insiste sur l’importance d’éloigner l’âme de la colère, de la soutirer de son emprise dès sa première apparition. Et cela, parce que la colère ressemble au feu : elle augmente petit à petit et s’étend jusqu’à ce que ses flammes montent, que la température s’élève et que les rênes tombent des mains de l’homme. La lumière de la raison et de la foi s’éteint, la lanterne de la guidance cesse de flamber. L’homme alors est humilié, malheureux. L’être humain doit veiller à ce que le feu ne s’embrase pas ni que sa fournaise ne s’élève.

Il est facile de contenir l’emballement de la colère à ses débuts, mais après c’est impossible.

Deux résultats sont attendus au fait d’empêcher que la colère s’embrase :

1)l’accalmie de l’âme et la diminution du feu de la colère ;

2)l’engagement dans le traitement radical de cette maladie de l’âme.

Si l’homme observe son état et agit avec son âme selon ce comportement, son état changera et il s’orientera vers la pondération.

Des mesures sont proposées sur le plan pratique et sur le plan psychologique et mental.

Sur le plan pratique, l’individu doit :

a)changer de position

Il occupe son âme à autre chose. Il quitte le lieu où sa colère s’est enflammée,  il change de position : s’il est assis, il se lève et se tient debout, s’il est debout il s’assied.(1)

« Si un homme se met en colère, alors qu’il s’asseye s’il est debout. Partira de lui l’impureté [les insinuations trompeuses] du shaytân. Et s’il est assis, qu’il se lève ! » disait l’Imam al-Bâqer(p).(2)

De lui(p)également : « Si l’un d’entre vous a peur de cela [la colère] alors qu’il se mette à terre parce que l’impureté [les insinuations trompeuses]du shaytâns’en ira de lui. »(3) 

Sans doute ce dernier hadith indique qu’il est bon de se mettre par terre, pas uniquement pour changer de position mais aussi en signe d’humilité, d’abaissement pour casser l’orgueil à l’origine de la colère.(4)

b)se mettre de l’eau

« La colère est du shaytânet le shaytânest créé de feu. On éteint le feu avec de l’eau. Alors, si l’un d’entre vous se met en colère qu’il fasse ses ablutions ! » recommandait le Messager de Dieu(s).(5)

c)garder le silence

« Soignez la colère par le silence. » disait le Prince des croyants(p).(6)

Tous ceux qui ont expérimenté le silence devant un problème, se sont trouvés plus élevés. Le Messager de Dieu(s) est un exemple pour nous : c’est sa mansuétude et son pardon qui l’a placé au-dessus de tous. Personne n’a pardonné comme lui(s) et personne n’a été mis à l’épreuve comme lui(s). Quand son oncle Hamzey tomba en martyr, ce que le Messager de Dieu(s) demanda aux autres, malgré la cruauté sauvage de Hind qui ne dévora pas que son foie, fut de pleurer sur son oncle. Sans doute, vivait-il(s) cette épreuve divine comme un moyen de retirer jusqu’au dernier grain de colère de son cœur, s’il s’y trouvait. Le Messager(s) écoutait tout le monde. Cela lui était demandé.(7)

Il est également évoqué un traitement spécial pour les proches.

®Il est rapporté de l’Imam al-Bâqer(p) : « Si un homme se met en colère contre un proche, qu’il s’approche de lui et le touche, parce que quand le parent proche est touché, il se calme. »(8)   Signe d’une miséricorde et des secrets dans la relation avec les proches (al-arham). 

®De même faire un cadeau à celui qui est en colère car : « Le cadeau fait couler les colères/ haines/ rancunes, polit les rancunes de l’hostilité et des ressentiments ! »(9)

S. Abbas Noureddine conf. 5/12/2013

(1)L’Imam al-Khomeynî(qs), Arba‘ûna hadîthann H7 p176 – (2)Usûl al-Kâfî, vol.2 Bâb 307 p292 H2 – (3)Usûl al-Kâfî, vol.2 Bâb 307 p294 H12 – (4)S. Abbas Noureddine, conf. 5/06/2005 – (5)Mîzân al-Hikmah N°14 761 – (6)Ghurar al-Hikam 965 ; Mîzân al-Hikmah N°14 757 – (7)S. Abbas Noureddine, conf. 5/12/2013 – (8)Usûl al-Kâfî, vol.2 Bâb 307 p292 H2 – (9)du Messager de Dieu(s) in Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.17 p287

www.lumieres-spirituelles.net  No83 - Jumâdî 'I & II 1438 Février-Mars  2017 


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)