1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2017-04-03 | Readers 430 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sur les traces d’Ahl al-Kahf(p) 1-en Turquie


Sur les traces d’Ahl al-Kahf(p)

1-en Turquie

Où se trouve la caverne des gens de la caverne ? Plusieurs endroits ont été proposés. Mais deux d’entre eux ont été retenus : le premier à Ephèse, en Turquie, qui doit sa renommée aux Chrétiens, et le second, en Jordanie, moins connu, que nous verrons la prochaine fois.

Ephèse est à l’heure actuelle une ville antique en ruine, située à 73 km d’Izmîr, en Turquie. La grotte Ifsûs (Ephèse)  se situerait à un peu moins d’un kilomètre de cette ville, près du village Iyâsûlûk sur le versant de la montagne Yanâyardâgh. !

Cette caverne  d’Ephèse, en Turquie, est considérée par les Chrétiens comme étant celle de ceux qu’ils appellent les « sept dormants ». Et beaucoup de rapporteurs musulmans ont rapproché l’histoire des « sept dormants » à celle des « Gens de la caverne » ; d’où le fait que cette caverne est évoquée par beaucoup de Musulmans comme étant celle des « Gens de la caverne ».

C’est une grotte large avec des centaines de tombes construites en briques sur le versant de la montagne. Sa porte est orientée vers le Nord-Est et pas trace, à côté d’elle, d’une quelconque mosquée, église ou ermitage.

Aussi, bien qu’elle soit la plus connue (certes surtout par les Chrétiens), il est peu probable qu’elle soit la grotte des ‘Gens de la caverne’. Et cela, parce qu’elle ne correspond pas aux caractéristiques mentionnées dans le noble Coran, relevées par sayyed Tabâ’Tabâ’i(1).

1-Il est mentionné dans le verset 17 de la sourate 18 al-Kahf du noble Coran : {Tu vois le soleil, quand il se lève, s’éloigner de la caverne à droite et quand il se couche, il passe à leur gauche.}(17/18)

Il est clairement indiqué que quand le soleil se lève, ses rayons tombent sur le côté droit de la caverne et au moment du coucher du soleil, ils atteignent le côté gauche de la caverne. Ce qui implique que la porte de la grotte doit être orientée vers le sud. Or la grotte qui est à Ephèse est orientée Nord-Est. Ce qui implique qu’au lever du soleil, ses rayons atteignent le côté gauche de la caverne et qu’au moment du coucher du soleil, le côté droit. [Selon ce point de vue, le spectateur est censé se trouver à l’extérieur de la caverne.](2)

2-Il est ajouté dans ce même verset du noble Coran : {Et eux sont dans une partie spacieuse (fajwatinn)d’elle [de la caverne].}(17/18) Le mot « fajwatinn » indique le fait qu’ils n’étaient pas à l’étroit entre eux, que l’endroit était espacé, aéré, ne subissant pas la chaleur du soleil. Ce qui n’est pas le cas de cette caverne.

3-Il est indiqué un peu plus loin, quand les gens de la caverne se réveillèrent quelques trois cents ans plus tard et que les gens de la cité proche d’alors les remarquèrent, dans le verset 21 de la même sourate du noble Coran : {Et c'est ainsi que Nous les mîmes à découvert, afin qu'ils[les gens de la cité] sachent que la promesse de Dieu est vérité et qu'il n'y a point de doute au sujet de l'Heure, quand ils se disputèrent à leur sujet. Alors ils dirent : ‘Construisez sur eux un édifice. Leur Seigneur les connaît mieux’. Ceux qui l'emportèrent sur eux dirent : ‘Nous ferons sûrement sur eux un lieu de prosternation’.}(21/18 al-Kahf)

Et il n’y a aucune trace d’église, de mosquée, d’ermitage ou quelque chose de ce genre auprès de la caverne. Tout au plus, une église à trois kilomètres qui n’a aucun lien avec elle.

-De même, il n’y a aucune inscription, numérotage (raqîm(3)), ou allusion qui attesterait de leur passage ou de leur endormissement ou que parmi ces tombes, il y aurait celles des gens de la caverne.

Ces quatre éléments font qu’il est peu probable pour beaucoup de Musulmans que cette grotte soit celle des gens de la caverne, malgré sa renommée.

(1)cf. Tafsîr al-Mîzân, vol.13 pp239-241 de sayyed Tabâ’Tabâ’i

(2)Cependant Ayatollah Tehrânî, dans son Ma‘rifat al-Ma‘âd, vol.5 pp242-243, remarque cependant que si la porte était orientée vers le sud, cela indiquerait que le soleil entrait pendant le jour à l’intérieur de la caverne, ne sauvegardant plus sa fraîcheur.

(3)« raqîm » est un des noms donnés aux gens de la caverne {Considères-tu que les gens de la caverne et de l’inscription (raqîm) étaient de Nos Signes étonnants.}(9/18) 

www.lumieres-spirituelles.net N°84 - Rajab - Sha‘bân 1438 - Avril - Mai 2017

Qui sont les gens de la caverne ? (1)

Pour les Chrétiens, selon Jacques de Voragine dans « La légende dorée », l’histoire des « sept dormants » se déroule au temps de la persécution de l’empereur Dèce (règne de 249 à 251) contre les chrétiens. Sept officiers du palais, originaires de la ville d'Ephèse, sont ainsi accusés : il s'agit de Maximien (ou Maximilien), Malchus, Marcien, Denys, Jean, Sérapion et Constantin(1).

Alors que l'empereur était en voyage, ces sept chrétiens distribuèrent leurs biens aux pauvres et se réfugièrent dans la montagne voisine. L'empereur, à son retour, les fit rechercher. Ceux-ci, prenant leur repas du soir, tombèrent mystérieusement endormis : c'est dans cet état qu'ils furent découverts. Dèce les fit emmurer dans leur cachette. En 418, un maçon ou un berger ouvrit par hasard la grotte où les Sept Dormants étaient enfermés. Ceux-ci se réveillèrent, inconscients de la longue durée de leur sommeil. L’empereur d’alors, Théodose II (408-451), accourut, et y vit un miracle prouvant la résurrection des morts aux dépens de ceux qui la niaient.

De l’avis général, les Gens de la Caverne vécurent pendant le laps de temps compris entre les Prophètes ‘Issa(p) (Jésus) et Mohammed(s). Ils se référaient aux enseignements du Prophète ‘Issa(p). Ils étaient des Chrétiens, dans le sens global de ceux qui suivent le Prophète ‘Issa(p) ("atbâ‘u ‘Issâ"). Car, si c’était avant, les Juifs évoqueraient également cette histoire, ce qui n’est pas le cas.

Les versets coraniques témoignent qu’ils étaient de purs monothéistes, c’est-à-dire qu’ils ne croyaient pas en la ‘divinité’ de Jésus mais qu’il(p) était le Prophète de Dieu. ({C'étaient des jeunes hommes qui ont cru en leur Seigneur, et Nous les avons augmentés en guidance}(13/18)) C’est-à-dire, ils adoraient Dieu avec guidance et clairvoyance et Dieu a augmenté leur guidance, leur a ouvert les portes du savoir et a illuminé leur cœur au point d’arriver à la certitude.

De même, on peut constater qu'ils étaient soucieux de consommer "la nourriture la plus pure".

Le noble Coran nous donne un aperçu de leur histoire :

Après le verset 9 d'introduction. {Considères-tu que les gens de la caverne et de l’inscription (raqîm)étaient de Nos Signes étonnants.}(9/18) mettant en évidence l’étrangeté de leur histoire pour les gens, les versets 10-12 nous racontent que des jeunes se réfugièrent dans une caverne, demandant à Dieu Sa Miséricorde et Son Aide. Ils y demeurèrent endormis de nombreuses années avant de se réveiller.

Puis vient le récit plus « détaillé » (versets 13-26) de leur histoire introduit par une phrase de transition (dans le verset 13). On apprend qu’il s’agissait de jeunes croyants qui refusaient l’idolâtrie (l’adoration des statues), contrairement à la majorité des gens de leur époque, et d’un berger avec son chien qu’ils avaient rencontré en chemin. Ils décidèrent de s’isoler pour préserver leur foi, fuyant les persécutions et les pressions pour les faire retourner de force à l’idolâtrie. Ils se retirèrent faisant appel à la Miséricorde de Dieu et à la Délivrance divine..

Suit une description de la caverne dans laquelle se sont réfugiés les jeunes croyants (avec les caractéristiques évoquées plus haut) et la reproduction de la discussion des jeunes entre eux quand ils se réveillèrent. L’un d’eux descendit au marché avec une pièce de monnaie de leur époque. Il se rendit compte alors qu’elle n’avait plus cours depuis longtemps. Il fut amené devant le gouverneur qui demanda à être conduit à la grotte.

Le récit coranique correspond sur beaucoup de points au récit chrétien des « Sept Dormants » (qui s’est épanoui dans le christianisme vers la fin du 5e siècle apJC.), avec cependant des  différences notoires que nous allons voir la prochaine fois.

(1)S. Tabâ’Tabâ’i, se reférant à plusieurs sources, cite : Maximilianos ou Maximianus ; Iamblichos ou Malchus ; Martinos ou Martelos ou Martinianus ; Dionysos ou Dionysus ; Joannes ou Johannes ; Exakoustodianos ou Serapion ; Antonios ou Constantinus. Tafsîr al-Mîzân, vol.13 pp234-235

www.lumieres-spirituelles.net N°84 - Rajab - Sha‘bân 1438 - Avril - Mai 2017


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)