1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2017-05-25 | Readers 289 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Et les détenus palestiniens en grève de la faim ??


MÉDITER (sur) L’ACTUALITÉ No85

Et les détenus palestiniens en grève de la faim ??

Le 17 avril 2017, Jour des Prisonniers Palestiniens, 1500 prisonniers palestiniens sur les 6200 détenus dans les prisons sionistes ont entamé une nouvelle grève de la faim collective(1) (n’absorbant que de l’eau et du sel), illimitée, en réponse à l’appel de Marwan Barghouty (dirigeant populaire du Fatah, condamné cinq fois à la réclusion à perpétuité pour son implication dans la deuxième intifada), pour protester contre les conditions de leur détention et en réclamer des améliorations (la fin de la détention administrative (sans charge ni procès)(1) et de la mise à l’isolement, la levée des lourdes restrictions sur le droit de visite des familles et les soins). Un mois et demi plus tard, ils étaient devenus plus de 2500 détenus à poursuivre leur grève de la faim, issus de toutes les organisations palestiniennes, formant un front uni face à l’intransigeance des forces d’occupation sionistes, bénéficiant de l’appui de leurs familles dans les territoires occupés et d’un certain appui international. Certains d’entre eux comme Marwan Barghouty se sont même arrêtés de boire de l’eau..

En réponse à ce mouvement de grève, les autorités sionistes refusent toute négociation et déclarent avec impudence :

« Il s’agit de terroristes et d’assassins qui reçoivent ce qu’ils méritent et nous n’avons pas de raisons de négocier avec eux »(le ministre sioniste de laSécurité publique, Gilad Erdan) ;

« Laissez les détenus palestiniens mourir de faim »(le ministre de la guerreLieberman) ;

La ministre sioniste de la Justice de dire qu’elle n’hésiterait pas à utiliser la loi de juillet 2015 permettant de nourrir de force des détenus en grève de la faim, quitte à payer des médecins étrangers ! ;

Et le 1er ministre Nétanyahou de demander au président de l’Autorité Palestinienne de couper les pensions accordées aux familles des prisonniers et des martyrs palestiniens.

L’administration pénitentiaire, quant à elle, cherche par tous les moyens à briser ce mouvement de grève en se mettant à :

confisquer tous les biens présents dans les cellules des grévistes,

transférer des dizaines de détenus vers d’autres centres de détention,

placer certains d’entre eux en isolement (comme Marwan Barghouti, Ahmad Saadat (secrétaire général du Front populaire)), pieds et mains menottés ..

interdire aux grévistes tout contact avec l’extérieur et l’accès aux chaînes de télévision locales et arabes,

mener des fouilles et des raids dans les cellules, avec des chiens, priver l’accès à l’eau en bouteille,

prélever de l’argent de leurs comptes,

diffuser, le 7 mai, une fausse vidéo montrant Barghouti en train de manger des biscuits..

assaillir les maisons des détenus et saccager les biens de leur famille,

transférer la plupart des grévistes affectés par la grève (évanouissement, vomissement de sang et graves douleurs) dans un hôpital de campagne isolé mis en place dans le désert du Néguev près de la prison de Ketziot,

réprimer les manifestations de soutien en Palestine occupée.

Qu’attendent les autorités sionistes ? Leurs morts ?

En tant que puissance occupante, les autorités sionistes se doivent de respecter les conventions internationales, notamment celles de Genève(3 et 4) concernant les prisonniers. Ce qu’elles ne font pas, que ce soit au niveau du traitement qu’elles infligent aux détenus palestiniens, qu’à celui de leur lieu d’interrogatoire et de détention (sur les 18 prisons, seule celle d’Ofer se situe en Cisjordanie).

Des colons sionistes, escortés de la police d’occupation,

ont été jusqu’à organiser des barbecues à la porte de la prison d’Ofer.

Tribune de Marwan Barghouty au New York Times, le 17-4-17, depuis sa prison de Hadarim

« Cette grève de la faim vise à « mettre fin aux abus » de l’administration pénitentiaire. (…)

« Les prisonniers palestiniens souffrent de torture, de traitements dégradants et inhumains et de négligence médicale, certains ont été tués en détention ». (…)

« Israël a établi un système judiciaire à deux vitesses, un apartheid judiciaire qui garantit une impunité pour les Israéliens ayant commis des crimes contre des Palestiniens et criminalise la présence et la résistance palestinienne..»

Qui sont ces Prisonniers ?

Des criminels de droit commun, des« terroristes », comme le prétendentles autorités sionistes ?

Non ! Tout simplement des indigènes de la Palestine qui refusent l’occupation et l’usurpation de leur terre par l’occupant sioniste !

Et ce droit à résister à l’occupant (quelle que soit la forme de leur résistance) est reconnu, confirmé et sauvegardé par les lois internationales, notamment par les conventions 3 et 4 de Genève !

Ces prisonniers ne sont que des Palestiniens qui ont protesté contre l’occupation, en paroles ou par des actes, que l’occupant a kidnappés deleur maison, au milieu de leur famille,ou sur les routes de Palestine.

(Les criminels, ce sont les soldats de l’occupation sioniste qui devraient être condamnés pour leurs crimes commis en toute illégalité, contre les Palestiniens de tout âge, des deux sexes. Mais à ceux-là, l’impunité est assurée !)

Ces prisonniers représentent l’âme du peuple palestinien.

La situation actuelle des prisonniers palestiniens

*6 500 palestiniens emprisonné(e)s dont des dirigeants palestiniens, 13 membres du Conseil Législatif Palestinien

*62 femmes dont 14 mineures

*~300 enfants

*550 (ou 668) personnes en détention administrative(1) dont 8 députés

*24 journalistes

*1200 détenus souffrent de différents types de maladies, dont 21 atteints de cancer et 17 de problèmes cardiaques.

Association addameer - Palestine

Les grévistes de la faim tiennent bon !

C’est que leur mouvement de grève n’est pas que revendicatif pour une amélioration de leurs conditions de détention, mais touche au cœur de leur problème.

Par cette grève collective, ils rejoignent, à partir de leurs lieux de détention, l’Intifada al-Quds et la relancent en même temps, dans la rue, les villages, les camps et les villes de Cisjordanie, d’al-Quds, de Gaza, jusque dans les territoires occupés en 48 et dans l’exil. Ils expriment la détermination du peuple palestinien à vivre sur sa terre, à refuser l’occupation, la colonisation.

Au fur et à mesure que les journées de grève passent, la mobilisation du peuple palestinien autour de leur lutte s’élargit.

Toutes les organisations palestiniennes (ne devant plus rien attendre de ces régimes arabes riches en pétrodollars, prêts à collaborer avec l’occupant sioniste) participent directement à ce mouvement de grève.

Les églises et les mosquées en Palestine ont exprimé leur solidarité avec les prisonniers en grève de la faim et l’ex-patriarche de l’église grecque-catholique melchite d’Antioche (dont le siège est à Damas), Grégoire III Laham, 83 ans, a entamé, le samedi 6 mai, une grève de la faim en solidarité avec eux.

Ce mouvement de prisonniers qui utilisent leur corps en absence d’autres moyens, pour se faire entendre à l’extérieur, prêts à mourir pour indiquer l’urgence de l’unité des rangs palestiniens dans la lutte contre l’occupant sioniste, se présente par sa durée, son caractère collectif et sa détermination, comme une boussole guidant les Palestiniens dans leur lutte vers l’unité, la liberté et la dignité.

(1)cf. L.S. No38 sur le mouvement de la grève de la faim des Palestiniens du 17/4 au 14/5 2012

www.lumieres-spirituelles.net N°85 - Ramadan - Shawwâl 1438 - Juin - Juillet 2017

DÉCOUVR I R DE S R ÈGL E S DIVINES No85

Ouvrir les yeux, activer le cœur ..

Deux évènements ont eu lieu pratiquement au même moment en Syrie avec deux réactions mondiales contraires.

Le premier : une soi-disant attaque à l’arme chimique à Khan Sheikhoun.

Le 4/4/17 le fameux ‘Observatoire syrien des droits de l’homme’ accuse le gouvernement syrien d’une attaque à l’arme chimique (arme dont il est totalement dépourvu depuis 2014) avec la diffusion d’une vidéo (dont le trucage a été démontré par les experts) faisant état de plusieurs dizaines de morts.

Mobilisation internationale immédiate, ardente à donner des leçons de morale au monde entier, prête à ‘punir’ sans même chercher à vérifier l’information et à prouver ces accusations (contrairement aux injonctions de l’Islam, cf.6/49).

Le lendemain, sans attendre, l’armée américaine envoie 59 missiles (dont 34 seront interceptés) sur un aéroport militaire syrien à une trentaine de kilomètres à l’Est de Homs, en toute illégalité, en violation du droit international.

Mise en scène internationale sonnant le glas du retour des forces américaines au Moyen Orient, à l’image de leur intervention en Iraq en 2003 ?

Devant les victoires du front de la résistance en Syrie, que vont-ils encore inventer ? Un crématorium ? Un emploi de l’arme nucléaire ?

Le second : une voiture piégée contre des réfugiés de Fou‘a et Kafraya

Le 15/4/17, une voiture piégée explosa près des bus transportant des réfugiés de Fou‘a et Kafraya(1), bloqués pendant deux jours dans une région non loin d’Alep (encore sous contrôle des groupes takfiris terroristes parrainés par le Qatar et la Turquie), sans secours ni ravitaillement.

128 morts dont 68 enfants (rassemblés pour une distribution de paquets de chips justement organisée par cette voiture piégée (summum d’inhumanité)), des centaines de blessés et 220 disparus (des civils transportés ou enlevés par des ambulances turques vers des hôpitaux de campagne)...

Silence total ... Indifférence générale …

Aucune protestation mondiale ...

Aucune mobilisation internationale ...

Le drame syrien est une très lourde épreuve pour le peuple syrien qui résiste vaillamment contreun complot international dans des circonstancesextrêmement difficiles, de plus en plus complexes.

Il est aussi un défi pour la conscience internationale : se laissera-t-elle bernée par les grandespuissances arrogantes et égoïstes, à l’image de ceux décrits dans le noble Coran : {Nous avons réservé l’enfer pour beaucoup de djinns et d’hommes. Ils ont des cœurs mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux mais ne voient pas. Ils ont des oreilles mais n’entendent pas..}(179/7 al-A‘râf) ou cherchera-t-elle la vérité et ouvrira-t-elleses yeux, ses oreilles, son cœur pour dénoncer des crimes odieux et ces mensonges éhontés ?

(1)selon l’accord conclu en mars et parrainé par le Qatar et l’Iran, stipulant l’échange d’une partie de la population de Fou‘a et Kafraya (deux villages shi‘ites encerclés par les forces takfiries) contre quelques milliers de terroristes takfiris (d’Idleb et d’ailleurs, installés notamment dans deux villages situés sur la route de Beyrouth-Damas, Madaya et Zabadani) devant aller à Idleb, chacune des parties s’engageant à assurer la sécurité des convois des personnes déplacées dans les régions sous leur contrôle.

www.lumieres-spirituelles.net N°85 - Ramadan - Shawwâl 1438 - Juin - Juillet 2017


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)