1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2017-05-25 | Readers 363 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le Fiqh de l’Imam as-Sadiq(a.s.)


Le Fiqh de l’Imam as-Sadiq(a.s.)

Exposition et argumentation de Sheikh Jawad Mughniyeh

Trad. (de l’arabe) de Ibrahim Touati

Ed. Centre Mondial d’Ahle-ul-Bayt(as)

Le patrimoine légué par Ahl-ul-bayt (le Prophète(s) et les membres infaillibles(p) de sa famille) et conservé par leurs fidèles partisans, représente une source intarissable de savoir. Cette école n'a cessé de former des savants érudits capables d'assimiler les opinions des différents courants idéologiques et de répondre aux questions soulevées, tant en terre d'Islam qu'ailleurs.

Et la jurisprudence (Fiqh) de l’Imam as-Sâdeq(p) en constitue une œuvre importante qui a marqué le Droit islamique en général, même ! qui est la référence de toutes les écoles juridiques de l’Islam ! (En effet, il n’est sans doute pas inutile de rappeler que le fondateur de la première école juridique sunnite, Abu Hanifah était un élève de l’Imam as-Sadeq(p) après avoir été celui de l’Imam al-Baqer(p)).

Aussi, Sheikh Jawad Mughniyeh (un grand savant libanais de Jabal ‘Amel du XXe siècle (1904-1979)) chercha-t-il à le présenter de façon simple et attractive dans le but de le rendre familier aux lecteurs et d’en favoriser sa diffusion. (Une sorte de « vulgarisation » pour employer un terme occidental).

Pour cela, il s’est appuyé principalement sur le noble Coran et les propos rapportés des Infaillibles(p) qu’il cite sans alourdir le texte par l’évocation de la chaîne de transmission, s’en remettant au savoir des savants de jurisprudence et au sérieux de leurs recherches dans leur vérification.

Et en l’absence de textes clairs, il met en évidence les règles fondamentales qui ont été transmises par les Imams(p) et qui permettent de déduire les jugements nécessaires et d’en justifier la validité, comme le principe de la pureté de toute chose en absence de connaissance de son impureté.

Sa clarté en fait un ouvrage de référence et d’accès aisé pour ceux qui s’intéressent à la jurisprudence islamique, à son esprit et à sa philosophie, sans être pour autant un spécialiste de la question (un « mujtahid »).

Voici donc une présentation simple mais argumentée de l’ensemble des questions de la jurisprudence religieuse de l’Islam, se portant sur les actes d’adoration, les transactions et les relations sociales, qu’il traita dans une œuvre comprenant six volumes

Seuls les deux premiers volumes ont été traduits : le premier se portant sur la pureté, la purification et la prière et le second sur le jeûne, la zakât, le khoms, le hajj, le jihad, l’ordonnance du convenable et l’interdiction du blâmable. La traduction est claire, en bon français, certes parfois trop simplifiée vue la délicatesse de certaines questions traitées. Cependant, ces deux volumes restent profitables pour tous les lecteurs francophones intéressés par les questions juridiques, la compréhension et la justification des règlements, même s’il n’est pas le livre de référence de la haute autorité religieuse (marja‘) que le « mukallif » doit suivre.

www.lumieres-spirituelles.net N°85 - Ramadan - Shawwâl 1438 - Juin - Juillet 2017

Citations de Le Fiqh de l'Imam as-Sadiq(a.s.)

11—« L’Imam as-Sadiq(a.s.) a dit : « Toute eau est pure, à moins que tu ne saches qu’elle est impure ». Il a dit également : « En voyant l’eau, le commandeur des croyants (l’Imam Ali (a.s.) disait : Louange à Dieu qui a fait de l’eau une matière purifiante et n’en a pas fait une matière impure. » »(p23)

——« Quelqu’un a demandé à l’Imam as-Sadiq(a.s.) son avis à propos du chien, et l’imam(a.s.) lui a dit : « Il est sale et impur. Tu ne dois pas te servir de l’eau dont il a bu pour faire les ablutions ; il faut la verser. [Pour le récipient], il faut d’abord le frotter avec la terre, ensuite il fait le laver avec de l‘eau» »(p41)

——« Dans l’ouvrage intitulé wasa’il ach-chi‘a, on peut lire ceci : d’après cheikh al-Moufid, le Prophète (a.s.s.)a dit à Anas : « Ô Anas, si tu fais fréquemment les ablutions, Dieu prolongera ta vie. Et si tu peux [garder] jour et nuit [al-woudho’] fais-le, car si tu es en état de pureté au moment de la mort, [tu seras considéré comme] un martyr. » »(p70)

——« Il a dit aussi : « La durée minimale des règles est de trois jours, et leur durée maximale est de dix jours» »(p95)

——« L’Imam as-Sadiq(a.s.) a dit : « Le moment de la prière du dhohr et celui de la prière d’al-‘asr débute lorsque le soleil commence à décliner vers l’ouest et se prolonge jusqu’au coucher du soleil. Mais la première doit être faite avant la deuxième.» »(p136)

——« L’Imam as-Sadiq(a.s.) a dit : « Dieu considère trois choses comme les plus sacrées : son Livre qui est Sagesse et Lumière ; Sa Maison dont il a fait al-qibla, le lieu unique vers lequel on doit se tourner [pendant la prière] et la famille de votre Prophète (a.s.s.).» »(p143)

  2——« D’après la loi islamique, il y a quatre types de jeûne :

1-Le jeûne obligatoire, comme celui qu’on observe pendant le mois de Ramadhan.

2-Le jeûne interdit, comme le jeûne observé le jour de l’Aïd.

3-Le jeûne recommandé, comme le jeûne qu’on observe pendant le treizième, le quatorzième et le quinzième jour du mois lunaire.

4-Le jeûne déconseillé (c’est-à-dire qui n’est pas bien rétribué), comme le jeûne observé pendant les trois premiers jours qui viennent juste après le jour de l’Aïd.»(p25)

——« L’Imam al-Kadhim (a.s.) a dit : « S’il a vomi volontairement, il devra compenser son jeûne ; et s’il a fait cela involontairement, il n’aura pas besoin [de le compenser]» » (p35)

——« Il est obligatoire d’acquitter le khoms sur ce qui reste du bénéfice après avoir déduit les dépenses annuelles (c’est-à-dire ce qu’on dépense pour soi-même et pour sa famille. »(p114)

——« L’Imam al-Baqir (a.s.) a dit : (…) « Certes, l’incitation au bien et l’interdiction du mal est une obligation très importante, car l’accomplissement des autres obligations dépend de son accomplissement. Et [c’est au moment où les gens la délaissent] que Dieu se met en colère et étend son châtiment à tous : Il fait périr les hommes pieux dans la demeure des impies, et les petits dans la demeure des grands. L’incitation au bien et l’interdiction du mal est la voie des Prophètes et des gens pieux et elle est une obligation très importante car, en l’accomplissant, les chemins deviendront sûrs, les moyens de l’acquisition des biens deviendront licites, les gens lésés pourront recouvrer leurs droits, le pays prospèrera, et toutes les choses s’arrangeront » »( p248)

www.lumieres-spirituelles.net N°85 - Ramadan - Shawwâl 1438 - Juin - Juillet 2017


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)