1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2017-07-20 | Readers 251 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La colère (al-ghadab) – Traitement (4) Après l’accalmie (2)


La colère (al-ghadab) – Traitement (4) Après l’accalmie (2)

Nous avons commencé à voir la dernière fois que, quand le coléreux s’est calmé, il devait réfléchir sur un certain nombre de points. Le cinquième portait sur les mauvaises suites de la colère en ce monde et dans l’Au-delà que nous allons achever ici avant d’aborder le dernier point qui traite des bienfaits de retenir sa colère.

5)Sur les mauvaises suites de la colère en ce monde et dans l’Au-delà (fin)

Quand une personne se met en colère, elle révèle que son cœur est tourné vers autre que Dieu, qu’elle a placé son âme sous l’autorité du shaytân. Tant qu’elle est dans cet état d’agitation, il n’y a pas de retour possible de l’âme à Dieu. Pour que l’âme revienne à Dieu, il est nécessaire au début qu’elle soit sous contrôle.

Cela est le début de la lutte de/contre l’âme ?  Le croyant commence par prendre le contrôle de cette âme. Il fait en sorte que toutes ses activités soient effectuées sous son contrôle. Il voit alors l’ensemble des effets comme sortant de l’âme. S’il voit une seule source à l’origine de ces effets, il est encore en train de marcher sur la voie de l’adoration et de la lutte (de/contre l’âme), et il apparait comme un postulant parce qu’il voit que cette âme sort également d’un principe unique qui est Dieu Tout-Puissant :{Et Dieu vous a créés et ce que vous faîtes.} (96/37 As-Saffât). Et cela est la substance de la perfection humaine.

Aussi, quand l’individu n’a pas le contrôle de son âme (comme quand il est en colère), cela indique qu’il n’est pas du tout prêt de voir cette vérité. Et comment peut-il aller vers ces autres vérités ‘unicitaires’ ? Comment peut-il recevoir les perfections ?(1)

Le croyant doit réfléchir à tout cela, quand il est calme. Il doit avoir honte au maximum du fait de s’être mis en colère parce que le croyant a de la pudeur. Il doit réfléchir à tout cela jusqu’à avoir mal, jusqu’à en souffrir. Car plus cette douleur augmente, plus elle joue un rôle important, comme un avertisseur ou un inhibant pour la fois suivante, quand les circonstances de l’apparition de la colère réapparaitront. S’il se met en colère, la douleur ressentie précédemment surgira. De là naitra un conflit qui l’empêchera de continuer de se mettre en colère. Si ce n’est pas la première fois, ce sera les fois suivantes. Ainsi, le traitement de la colère s’appuie sur la prise de conscience de la laideur de la colère.(2)

Après avoir réfléchi sur les méfaits de la colère, la personne qui était en colère et qui  s’est calmée, doit aussi réfléchir sur les bienfaits de retenir sa colère.

6)Les bienfaits de retenir sa colère en ce monde et dans l’Au-delà

Retenir sa colère (« kâzhem al-ghaizh »), éteindre le foyer de la colère et développer le pardon et la mansuétude rassemblent tous les bons mots et les bienfaits.(3)

Dieu(Tout-Puissant) dit dans Son noble Livre :

Ÿà propos de ceux qui sont considérés comme faisant le bien : {ceux qui dominent leur rage et qui pardonnent [dans le sens d’effacer]  aux gens.} (134/3 Al ‘Imrân) ;

Ÿet à l’adresse de {ceux qui pardonnent s’ils se mettent en colère} (37/42 La Consultation) que ce qui est auprès de Dieu est meilleur et plus durable ;

Ÿet qualifie  {celui qui patiente et pardonne. Cela en vérité fait partie des choses déterminantes.} ( 43/42 La Consultation).

Ainsi, après avoir connu les effets néfastes de la colère et les avantages de la retenir pendant qu’il est calme et raisonnable après la disparition de la colère, l’homme doit se préoccuper d’éteindre ce foyer brûlant en lui, ce feu ardent dans son cœur, quelles que soient les difficultés rencontrées.  Il doit nettoyer son cœur des ténèbres et de la souillure et y ramener la pureté et la limpidité.(3)

Le Messager de Dieu(s)dit : « A celui qui retient sa colère contre les gens, Dieu (qu’Il soit Béni et Exalté) retient un châtiment le Jour de la Résurrection. »(4)

 Ÿ« Un homme demanda au Messager de Dieu(s) : « J’aimerais être en sécurité contre la Colère de Dieu et Son Courroux. » Il(s) lui répondit : « Ne te mets en colère contre personne, tu seras assuré contre la Colère de Dieu et Son Courroux. » »(5)

Ÿ« Le Prophète ‘Issa(p) fut interrogé par ses apôtres : « Quelle est la chose la plus terrible ? »

Il(s) répondit : « La chose la plus terrible est la Colère de Dieu Tout-Puissant. »

Ils lui demandèrent : « Comment se prémunir de la Colère de Dieu ? »

Il(s) répondit : « Que vous ne vous mettiez pas en colère ! » »(6)

      Le septième Imamde la descendance du Prophète fut surnommé par Dieu « Kâzhem al-Ghaizh ». C’est-à-dire il fut appelé ainsi avant sa naissance. Il y a des secrets dans cette appellation. Et quand on parle d’un Imam(p), il n’est pas juste de dire qu’il(p) réprimait sa colère provoquée pour des choses personnelles.

Tout au plus, on peut supposer qu’il(p) retenait sa colère (dans la voie de Dieu) face à ce qui arrivait à ses partisans, à ses compagnons, à ceux qui étaient autour de lui(p). Cela demandait un niveau très élevé de force psychologique et mentale pour ne pas se mettre en colère face aux exactions menées à leur encontre par les Abbassides. Cela révélait une personne à un niveau exceptionnel.

S. Abbas Noureddine, conf. 5/06/2005

Tout ce qui a été vu représente le début du traitement. Mais il faut aller plus loin et persévérer avec l’aide de la volonté, de la persévérance, de la détermination et en comptant sur Dieu. Il faut utiliser ce dont Dieu nous a pourvus pour continuer sur la juste voie du retour à Dieu et demander Son Aide.

(1)S. Abbas Noureddine, conf. 5/06/2005

(2)S. Abbas Noureddine, conf. 24/01/2008

(3)L’Imam al-Khomeynî(qs), Arba‘ûna hadîthann H7 p175

(4)L’Imam al-Bâqer(p), Usûl al-Kâfî, vol.2 Bâb 307 al-Ghadab p295 H14

(5)Kanz al-‘Amâl N°44154, Bihâr, vol.73 p266

(6)Bihâr, vol.73 p263

www.lumieres-spirituelles.net N°86 - Dhû al-Qa‘adeh- Dhû al-Hujjah 1438 - Août-Septembre 2017


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)