1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
2017-07-20 | Readers 70 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

L’Imam al-Kâzhem(p) - La préparation de l’alternative


L’Imam al-Kâzhem(p) - La préparation de l’alternative  

Compilation et traduction : Leila Sourani

 Ed. B.A.A.  2005

La vie de l’Imam al-Kâzhem(p) représente une période charnière indispensable entre la période de l’affirmation du shi’isme sur les plans religieux, juridique, théologique, scientifique avec les Imans al-Bâqer(p) et as-Sâdeq(p) et celle sur le plan politique avec l’Imam ar-Ridâ(p). Aussi son rôle fut-il capital.

L’Imam al-Bâqer(p) et l’Imam as-Sâdeq(p) avaient rappelé, expliqué, commenté, diffusé le Message authentique de l’Islam tel qu’il avait été transmis au Prophète Mohammed(s) par Dieu (Tout-Puissant).Ils avaient aussi formé des transmetteurs de la Parole de Dieu et de la Sunna du Messager de Dieu(s), de grands savants religieux spécialisés dans des domaines particuliers des sciences islamiques, au sein de la fameuse Université de Médine, qui, à leur tour, répandirent la lumière divine dans toute la nation islamique.

L’Imam al-Kâzhem(p), quant à lui, impulsa un nouvel élan à l’expansion du « shi‘isme », malgré des années passées en prison. Il travailla à donner une assise sociale, économique, politique, organisationnelle à ce vaste courant de sympathie à l’Islam authentique représenté par les Imams Infaillibles(p) de la famille du Prophète(s).

En même temps, il(p) devait faire face aux différentes tentatives du pouvoir abbasside de déformer et de détourner l’Islam en vue de ses propres intérêts à défaut de pouvoir en éteindre la flamme. D’un côté la répression impitoyableet de l’autre une politique d’encouragement, de soutien (politique, financier et autres) à toute activité culturelle, religieuse, juridique, spirituelle, idéologique qui contrecarrerait les enseignements des Imams(p), sèmerait le trouble dans les âmes faibles, égarerait la population et l’éloignerait de l’audience et de l’autorité de l’Imam(p) :

Le pouvoir abbasside versera des subventions pour les traductions introduisant des idées non-islamiques, mettra en place un système juridique religieux – façade juridique pour cacher leurs crimes et contrecarrer l’influence shi‘ite – , fera appel aux services d’étrangers à l’Islam (comme la famille Barmaki, qui sera liquidée par la suite, des docteurs hindous). C’est à propos de cette fébrilité abbasside étrangère à l’Islam (même dirigée contre lui !) à l’époque de Haroun ar-Rashîd que l’Occident parle d’« âge d’or de la culture islamique ». Quel superbe mal-entendu !

Vues les circonstances, le travail de l’Imam(p) fut, pour une grande part, tenu secret pour protéger la communauté shi’ite contre la répression implacable des Abbassides, assurer sa survie et préserver l’Islam authentique pour les années à venir. C’est dans une prison de Bagdad qu’il fut assassiné par Haroun ar-Rashîd et son corps fut jeté sur un pont de Bagdad pour effrayer les autres.

Comme dans les ouvrages précédents, le livre est composé de plusieurs parties : d’abord une approche générale de la vie de l’Imam al-Kâzhem(p), suivie par ses prises de position face aux califes-rois abbassides. Une 3e partie parle de la préparation de l’alternative shi‘ite, tant sur les plans scientifique, social, organisationnel, que financier. Enfin la dernière partie porte sur sa station élevée morale et spirituelle et ses miracles.

Les références du livre, toutes indiquées en fin de chapitre, sont principalement des sources shi‘ites sûres, vérifiées par les grands savants spécialistes de la question, auxquelles ont été ajoutées des traductions de textes d’analyse et de commentaire de savants spécialisés sur la question.

www.lumieres-spirituelles.net N°86 - Dhû al-Qa‘adeh- Dhû al-Hujjah 1438 - Août-Septembre 2017

 Citations de L’Imam al-Kâzhem(p) - La préparation de l’alternative 

 †«..C’est avec l’Imam al-Kâzhem(p) qu’eurent lieu :

– la poussée démographique des Shi'ites (avec leur éparpillement dans l’ensemble de la Nation islamique, notamment pour les gens de la Famille d’Ahle-al-Beit(p)),

– l’instauration d’une société musulmane se revendiquant de l’Imamat d’Ahle al-Beit(p), s’assurant des moyens de financement indépendant pour subvenir à ses besoins d’ordre économique et social, cherchant à appliquer des règles de bon comportement, loin de la débauche dominante et mettant en pratique une politique d’entraide et de solidarité.»(p15)

†« Tous les chroniqueurs sont d’accord pour noter le grand nombre des enfants de l’Imam al-Kâzhem(p) mais ils divergent entre eux sur leur nombre exact. Du fait de la répression implacable que subirent les descendants d’Ahle al-Beit à cette époque, il n’a pas toujours été facile de trouver des informations claires et confirmées..»(p23)  Quant à ses filles, la plus connue est : Fâtimah al-Ma’sûmah (l’Immaculée).(p27)

†« Il est rapporté de Moussa fils de Ja’far(p) qui raconte : « Un jour, j’entrai [chez Abû Abdallah], venant du « bureau » avec une tablette entre les mains. Mon père(P) me fit asseoir devant lui et me dit d’écrire : « Evite le mal et ne le rends pas. » Puis : « Passe outre ». J’ajoutai [de mon côté] : « Ce que tu as reçu en bien, augmente-le. »  Il(p) ajouta : « Tu vas subir de tes ennemis toutes [formes]de ruses. » Je répondis : « Si l’ennemi cherche à te nuire, ne fais pas de même à son encontre. » Il(p) dit alors : « {Descendants les uns des autres.} »(34/3La Famille de ‘Imram) ».»(p39)

†«Et à propos du massacre de Fakh en l’an 169H, l’Imam al-Jawâd(p) [fils de ‘Ali ar-Ridâ(p), fils de Moussa al-Kâzhem(p)] dit : « Il n’y a pas eu pour nous, après la Tragédie de Karbalâ’, de drame plus grand que Fakh. » Les Abbassides commirent les mêmes crimes que commirent les Omeyyades à Karbalà’ : Ils massacrèrent des descendants de la famille du Prophète(s), ils dressèrent les têtes des Alawites au bout de leurs lances, emmenèrent les captifs, les exposèrent dans les régions islamiques, laissèrent les corps des martyrs sans sépulture..»(p61-62)

«Les chroniqueurs et les historiens divergèrent sur l’appréciation de la position de l’Imam al-Kâzhem(p) en ce qui concerne le soulèvement de Fakh. Hussein [fils de ‘Alî fils de Hassan fils de l’Imam al-Hassan(p)] avait-il pris les armes sous ordre (secret) de l’Imam(p) ? avec son accord (sans en avoir reçu l’ordre ) ? sans demander son accord ? malgré son désaccord ? malgré son interdiction ? Le soulèvement de Fakh faisait-il partie intégrante de la politique suivie par l’Imam(p) et de sa stratégie ou au contraire, allait-il nuire à la bonne réalisation de ses tâches et l’exposer inutilement au danger ainsi que toute la famille d’Ahle al-Beit et l’ensemble de la population shi’ite ? »(p65-66)

†« Une fois l’assemblée partie, al-Ma’moun demanda à son père Haroun : «Ô prince des croyants, quel est cet homme que tu as honoré et magnifié ainsi, pour qui tu t’es levé de ton assemblée, que tu as accueilli, que tu as fait asseoir au cœur de l’assemblée, pour qui tu nous as ordonné de prendre sa monture ?» Haroun répondit : «Il est l’Imam des gens, l’Argument de Dieu à l’encontre de ses créatures, Son Lieu-tenant pour ses serviteurs. (Et selon d’autres versions, Haroun aurait ajouté : « Il est l’héritier du Savoir des Prophètes, c’est Moussa fils de Ja‘far. Si tu veux le juste savoir, tu le trouveras auprès de lui. »)» Il lui demanda : «Ô prince des croyants, tous ces attributs ne sont-ils pas toujours pour et en toi ?» Haroun dit : « Je suis l’imam de l’ensemble en apparence, par la prédominance et la force. Et Moussa fils de Ja‘far est l’Imam en vérité. Par Dieu, mon fils, il mérite plus le rang du Messager de Dieu(s) que moi et l’ensemble des créatures ! Mais, par Dieu, si tu me prenais cet ordre [le pouvoir], je [serais prêt] à te couper la tête (prendre tes deux yeux) ! Car le pouvoir est stérile.» »(p86)

†« Dans une des dernières lettres que l’Imam al-Kâzhem(p) envoya de sa prison, il(p) répondit à une question sur l’ampleur du savoir de l’Imam(p) : «Notre savoir s’étend vers trois directions : notre savoir se porte sur le passé (mâdî), sur ce qui reste [à venir] (ghâber)et sur ce qui est occurrent (hâdîth). En ce qui concerne le passé, il est interprété, quant à ce qui reste [à venir], alors il est écrit, quant à l’occurrent, il est ‘bombardé’ dans les cœurs et incrusté dans l’ouïe [l’inspiration divine]et c’est le meilleur de notre savoir et il n’y a pas de Prophète après notre Prophète.» »(p128)

www.lumieres-spirituelles.net N°86 - Dhû al-Qa‘adeh- Dhû al-Hujjah 1438 - Août-Septembre 2017


Articles précédents:

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)