1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2017-09-18 | Readers 348 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

A propos du "Vouloir" (Mashî'at) de Dieu (6)


A propos du "Vouloir" (Mashî'at) de Dieu (6)

Suite du commentaire du propos rapporté, selon sa chaîne de transmission, d'Ahmed fils de Mohammed fils d'Abû Nasr, d'Abû al-Hassan ar-Ridâ(p), sur le Vouloir Divin, effectué parl'imam al-Khomeynî(qs).

Une objection peut être faite (ou un problème soulevé) ici qui est que, selon cette exposition évoquée, on attribue à Dieu (qu’Il soit Exalté) les manques, les vices et les actes de désobéissance, ainsi que les Perfections et les Vertus.

L’Imam(p) a répondu à cette allégation selon des principes philosophiques démonstratifs, mystiques et gnostiques :     *Dieu Tout-Puissant, en tant que Perfection pure, Bien pur, la Beauté et la Splendeur en Soi, [toutes] les perfections et les bienfaits proviennent de Lui.

Même ! L’organisation de l’existence, sa réalité dans le monde du dissimulé (d'al-ghayb) et du manifeste, est la perfection en soi, le fondement de la bonté et de la plénitude.

*Quant au manque, au vice, au mal, à la nocivité, ils reviennent au néant, à la détermination et aux corollaires de la quiddité. Ils ne sont ni apposés ni émanant de Dieu (qu’Il soit Glorifié).

Même ! Les maux qui arrivent dans le monde de la nature (at-tabî‘at) et dans le monde/création matériel (mulkiyyah), étroit, sont le résultat des contradictions entre les existants et de l’étroitesse de ce monde.

Et les contradictions entre les entités ne sont pas apposées (maj‘ûlat).

-Ainsi, tout ce qui est bienfait, perfection, bonne action provient de Dieu et tout ce qui est manque, mal, acte de désobéissance provient de la création. Comme il est dit dans le noble Coran : {Ce qui te touche en bien [provient] de Dieu et ce qui te touche en mal [provient] de toi-même.}(79/4 Les Femmes)

Ainsi, l’ensemble des sortes de bonheur de ce monde et de l’Au-delà et l’ensemble des sortes de bien matérielles (mulkiyyah) et immatérielles (malakûtiyyah), émanent des sources du Bien et du Bonheur.

*Et à propos de ce qui est dit communément que le bonheur et la misère ne sont pas apposés par l’apposition de l’‘Apposeur’, mais qu’ils relèvent de la substance des substances des choses elles-mêmes :

-Cela n’a pas de fondement en ce qui concerne le bonheur, parce qu’il est apposé et émanant de Dieu (qu’Il soit Exalté). Aucune des substances ou des quiddités n’est heureuse mais perdition pure.

-Quant à la misère, en tant que la misère totale revient à la considération de la quiddité, elle n’est pas apposée. Non pas parce qu’elle est substantielle mais parce qu’elle est en-deçà du niveau de l’apposition, et l’apposition ne s’accroche pas à elle.

(Imam al-Khomeynî, Hadith 35 in 40 Hadîthann pp661-662 aux Ed.Dâr at-Ta‘âruf-Liban)

Explications de "A propos du Vouloir de Dieu " (6)

†Dans la poursuite de l’explication du propos de l’Imam ar-Ridâ(p), l’imam al-Khomeynî(qs) soulève une nouvelle objection : si tous les actes des êtres humains sont des apparences du Vouloir divin et de la Puissance divine, cela veut dire que sont attribués à Dieu aussi bien les Attributs de Perfection, du Vouloir, de la Puissance, du Beau et du Bien, que tous les manques, les vices, les carences, les péchés exécutés par les êtres humains.

†En réponse à cette objection, l’imam al-Khomeynî(qs) rappelle des principes fixes, prouvés par le raisonnement philosophique ainsi que par les gens de la connaissance (les gnostiques) et les mystiques :

-Dieu Tout-Puissant est Perfection pure, Bien pur, Beauté pure, Splendeur en Soi. C’est-à-dire Qui ne contient aucun manque, aucun vice, aucun défaut.

-Toutes les perfections et les biens proviennent de Lui et uniquement de Lui. Ainsi, l’organisation de l’existence, sa réalité véritable, aussi bien dans les mondes cachés (ghaybiyyeh) que dans celui manifeste (que nous voyons en ce monde) est Parfaite. Elle est la Perfection en soi, la Bonté en soi, la Plénitude (l’absence de manque) en soi.

†Alors que représentent le mal, les déficiences, les carences ? Ils ne représentent rien, c’est-à-dire l’absence de bien, de plénitude.

Ils reviennent à la détermination(1) et à la quiddité(2), en sachant que ce qui différencie une chose d’une autre, ce sont ces limites qui représentent, en fait, le vide, le néant, comme l’obscurité qui n’est pas quelque chose en soi mais l’absence de lumière. Ces limites, ces différenciations ne sont pas des apports(3), ou des émanations de Dieu (Tout-Puissant) mais des vides qui sont apparus dans la distinction des choses et leur multiplicité, dans le monde de la matière.

Pour nous mettre à l’épreuve, Dieu a voulu nous placer dans le monde de la nature (tabî‘at), un monde matériel soumis aux contraintes du temps et de l’espace, étroit, où apparaissent de fait des contradictions entre les existants. Ces contradictions sont la conséquence de la nature de ce monde matériel. Elles ne sont pas des appositions(3) des Attributs de Perfection de Dieu.

†C’est pourquoi on peut dire que tout ce qui est bien, perfection, bonne action, beauté (matériel ou immatériel), provient de Dieu et que tout ce qui est carence, déficience, mal, péché provient de la création, des créatures. C’est ce que veut dire le noble verset : {Ce qui te touche en bien[provient] de Dieu et ce qui te touche en mal [provient] de toi-même.}(79/4 Les Femmes)

†Ainsi, il n’est pas dans la nature, dans l’essence (ou ‘substance’) des choses d’être bonne, parfaite, parce que la Perfection, le Bien, la Bonté proviennent de Dieu, par apposition ou émanation. Les choses en tant que telles, différentes les unes des autres, expriment les limites du néant. C’est pourquoi l’imam al-Khomeynî(qs) dit qu’elles sont perdition pure.

†La question de la misère, du mal, de la carence, de la déficience revient à la quiddité qui indique une limite par rapport à une autre et donc un manque. De ce fait, elle ne peut pas être une apposition ou une émanation de Dieu. En effet, exprimant un vide, un manque, à quoi l’apposition, l’émanation divine pourraient-elles s’accrocher ? Il faut qu’il y ait quelque chose pour que quelque chose puisse s’accrocher. S’il n’y a rien, sur quoi l’apposition peut-elle se poser, l’émanation apparaître ? C’est pourquoi l’imam al-Khomeynî(qs) dit qu’elle est « en deçà du niveau de l’apposition ».

(1)le fait de déterminer, de délimiter dans le monde de la matière.

(2)(al-mâhiyya = mâ hiyya) définissant la chose, pouvant exister ou pas.

(3)apposer : faire que, rendre ce qui rapproche de la prise de la mesure (taqdîr), de la décision (taqrîr), de la gestion (tadbîr) après la création et la constitution.

www.lumieres-spirituelles.net N°87 - Moharram-Safar 1439 - Octobre-Novembre 2017


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)