1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2017-09-18 | Readers 217 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La colère (al-ghadab) – Traitement (5) Extirper le mal (1)


La colère (al-ghadab) – Traitement (5)Extirper le mal (1)

Pour extirper cette maladie, plusieurs thérapeutiques sont proposées. La première que nous allons voir, est fondée sur la raison.

1)Faire entendre raison

Nous avons vu que la colère peut apparaître quand l’âme se trouve face à quelque chose qu’elle déteste. De par sa nature fondamentale (fitra), l’homme recherche le bien et repousse le mal, la perte. Il n’est pas satisfait par des aspects ou des situations négatives. Mais peut-on dire que cette chose ou cette situation que l’âme déteste est la cause de la maladie ? Non ! Elle est juste le facteur qui l’a fait apparaître, le catalyseur. S’éloigner de ce désagrément peut éviter l’apparition de la colère mais ne la fait pas disparaître définitivement, ne la soigne pas, car c’est l’âme qui est malade et qu’il faut traiter.

Et cela est possible en l’éduquant et en la purifiant, l’objectif étant de ne plus être malade, de sortir du puits dans lequel on est tombé, de la tombe que l’on s’est creusé soi-même. Pour celui qui veut voyager vers Dieu, ce n’est rien. Cela n’est que la toute première étape en vue d’envisager la possibilité du voyage.

Une personne raisonnable n’attend pas de se mettre en colère pour se soigner et traiter sa maladie. Et comme il n’existe personne qui reste en permanence en colère et qu’il arrive des moments de calme, il y a espoir, avec la volonté de Dieu (qu’Il soit Exalté !), qu’elle commence à réfléchir sur comment ne pas se remettre dans cet état nuisible, en colère.

Une façon d’arriver à maîtriser cette force de la colère est de la placer sous l’éclairage de la raison dont Dieu a pourvu l’être humain :

*de façon intérieure, en plaçant l’âme et ses forces (dont celle de la colère) sous la direction de la raison ;

*de façon extérieure, en se référant aux arguments de personnes extérieures qui tentent de raisonner la personne qui s’est mise en colère après qu’elle se fut calmée, de lui faire entendre raison.

Dans un premier temps, la personne qui s’est mise en colère a parfois besoin d’entendre de quelqu’un d’autre des propos raisonnables, des conseils : qu’on lui rappelle les conséquences négatives d’un tel comportement, qu’on attire son attention sur ce qu’elle a perdu en se mettant en colère.

Elle a besoin de quelqu’un qui l’aide à mettre en balance les avantages et les inconvénients de se mettre en colère, ce qu’elle gagne et ce qu’elle perd, par rapport à ce monde et par rapport à l’Au-delà. Elle doit ressentir une douleur devant ce qu’il a perdu et se tourner vers la recherche d’une solution, pour recouvrer ce qui a été perdu ou réparer ce qui a été détérioré ou détruit. C’est la raison qui va aider l’âme à déterminer l’importance des dégâts faits à soi-même et aux autres, à trouver les moyens d’y remédier (comme demander pardon..) et à dépasser cette étape.

2)Incriminer son âme

Au début, l’individu doit considérer qu’il n’y a pas d’excuse à sa colère quelle qu’elle soit, même que toutes ses colères sont blâmables au service de son âme (et de fait du shaytân), et non pas au service de Dieu. Il pratique la mauvaise opinion vis-à-vis de lui-même jusqu’à ce qu’il arrive à prendre le total contrôle de son âme et qu’il soit assuré que son âme a la puissance et la clairvoyance pour distinguer les raisons, par exemple, d’insultes formulées par des gens à son encontre et savoir la réponse à apporter. Cette première étape est nécessaire et il n’est pas possible de réformer l’âme et de faire disparaître la colère si l’on n’est pas convaincu de cela. La colère est  un signe de faiblesse de l’âme, d’un échec moral et de défaite. En répétant ici, il arrivera à plier son âme et en garder le contrôle tout le temps.

3)Se plier à la Législation divine

Puis il s’éduquera en suivant ce que lui indique la législation divine envoyée pour résoudre tous les problèmes, notamment l’ordonnance du convenable et l’interdiction du blâmable. Se plier à la législation divine est le meilleur moyen pour éduquer son âme. Bien sûr, si la personne croit en Dieu et en Sa Religion, si elle écoute la raison qui lui dit  de revenir à Dieu et à Sa Législation.

Même on peut dire que quand on se trouve confronté à une situation qui est désagréable (ou pas) ou qui pose problème, la règle générale est que l’on doit se référer à la législation islamique, voir ce qu’elle dit de faire dans une telle situation.

4)Revenir à Dieu (qu’Il soit Glorifié)

La personne qui s’est mise en colère doit arriver à assimiler le fait que « Tout vient de Dieu » et à comprendre les Signes de Dieu à travers les désagréments rencontrés, et donc à agir de façon pondérée, sage, à la recherche de la Satisfaction divine et du Rapprochement de Dieu.

S. Abbas Noureddine, conf. 5/12/2013

L’Imam al-Bâqer décrivait les qualités que devraient avoir ses proches :« Les partisans de ‘Alî(p) sont ceux qui se dévouent dans leur allégeance à nous, ceux qui s’aiment entre eux dans l’amour porté pour nous, ceux qui se rendent visite pour donner vie à notre ordre, ceux qui, s’ils se mettent en colère, ne sont pas injustes, et s’ils sont satisfaits, ne font pas d’excès. [Ils sont] une bénédiction pour ceux qui demeurent à côté d’eux et une paix pour ceux qui les fréquentent. » (Tahaf al-'uqûl p219)

www.lumieres-spirituelles.net N°87 - Moharram-Safar 1439 - Octobre-Novembre 2017


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)