1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2017-11-15 | Readers 76 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Jacob Amman (entre 1644 et 1730)


Jacob Amman 

(entre 1644 et 1730)

Jacob Amman est l’un des principaux leaders du mouvement religieux anabaptiste et fut à l’origine du mouvement « Amish »  qui est à l’heure actuelle surtout connu aux Etats-Unis.

Jacob Amman, naquit autour de l’année 1644 dans le canton de Berne et mourut entre les années 1712 et 1730 en Alsace. Il était tailleur comme son père qui faisait vraisemblablement partie des anabaptistes d’Erlenbach. Aussi, dans le cadre d’une vaste émigration des anabaptistes du canton de Berne consécutive aux persécutions religieuses, il quitta la Suisse et s’installa en Alsace où d’autres mouvements anabaptistes existaient déjà. Il semblerait qu’il soit lui-même devenu anabaptiste entre 1671 et 1680.

En 1693, divergeant théologiquement avec la branche suisse des Mennonites, notamment sur la question de la discipline, Jakob Amman fonda son propre mouvement : AMISH, considéré comme plus conservateur. La grande partie des anabaptistes d’Alsace se rangèrent sous sa bannière. À partir de 1696 il s’installa à Sainte-Marie-aux-Mines (à 70 kilomètres au sud de Strasbourg) et obtint que le service militaire ne leur fût pas obligatoire. Mais la prospérité des Amish, obtenue à la force de leur travail, fit des jaloux. Et en 1712, Louis XIV promulgua un décret d’expulsion. Les Amish se dispersèrent dans toute l’Alsace jusqu’en Lorraine.

En plus de ce que prônaient tous les anabaptistes – la nécessité d’avoir une église pure et éloignée du « monde » et de faire pénitence –, Jacob Amman exigeait :

-le retour à une pratique spirituelle et à une discipline communautaire conséquentes.

-la lecture et l'application pratique des enseignements du Nouveau Testament. Par exemple, les femmes devaient porter des robes parce que la Bible condamne le port de vêtements d'hommes par les femmes et vice versa. De même, elles devaient se couvrir la tête en application d'une exhortation de l'apôtre Paul (Corinthiens 11:2-16).

-la modestie, l’humilité, le sacrifice de soi et le dévouement en tant qu’idéaux pour tous.

-le rejet de toute nouvelle mode vestimentaire car celle-ci ne suscite que de l’orgueil.

-le refus de toute nouvelle technologie, selon les principes énoncés dans Romains 12:2 et II Corinthiens 6.14., les Amish devant être indifférents à ce monde afin de ne pas s’éloigner de Dieu.

-la non-violence.

-l’obéissance à Dieu, à « l'Ordnung » (la liste ou les règles écrites qui soulignent tous les aspects de la vie amish ainsi que la base de leur foi).

-le bannissement du membre de l'église, placé sous l'interdiction à cause d'un péché ou une infraction aux règles Amish commis.  Ce membre doit être rejeté par les autres membres de l'église jusqu’à ce qu’il se repente avec humilité et arrête de pécher. C’était une façon de préserver la communauté contre le péché et de renforcer son unité.

Le but de ces règles strictes était que leur monde soit le monde de Dieu, que la priorité soit pour Dieu, puis pour la famille et la ferme, que leur mode de vie soit le reflet de Dieu dans leur âme.

En même temps, il préconisait des réunions de prières (durant lesquelles la Bible était lue, suivie par une réflexion à voix haute et des chants)  ainsi que la pratique du lavement des pieds (que les anabaptistes suisses avaient abandonnée) deux fois l’an dans le cadre de l’évocation de la cène qu’il rendait également obligatoire deux fois l’an.

Le mouvement Amish se développa après Jacob Amman. Fuyant la répression qui s’abattit sur lui, il émigra principalement en Amérique du Nord,en Pennsylvanie (encore aujourd’hui leur principal lieu de vie), où ilconserva, contre vents et marées, son mode de vie et sa langue d’origine de la fin du XVIIe siècle.

www.lumieres-spirituelles.net N°88 - Rabî ' I et II 1439 - Décembre-Janvier 2018


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)