1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2018-01-14 | Readers 148 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

A propos du "Vouloir" (Mashî'at) de Dieu (8)


A propos du "Vouloir" (Mashî'at) de Dieu (7)

Dans la continuation de l’étude de la question de la « contrainte » (al-jaber) et de la « procuration » (at-tafwîd) par l’imam al-Khomeynî(qs) à partir du propos rapporté d'Abû al-Hassan ar-Ridâ(p)sur le Vouloir Divin, voici un passage d’une invocation sur le remerciement tiré d’as-Sahîfah as-Sajjâdiyyah de l’Imam as-Sajjâd(p)(1), qui jette une lumière particulière sur cette question.

« Tu remercies pour l’infime remerciement [qui T’est adressé] 

et Tu récompenses pour le peu d’actes d’obéissance à Toi [effectués],

             au point comme si [= au point de laisser croire que]le remerciement de Tes serviteurs,            

             pour lequel Tu as rendu obligatoire de les récompenser

et dont Tu as rendu grandiose la rétribution,

est une chose qu’ils peuvent ne pas faire,

indépendamment de Toi,

Tu les as alors récompensés,

ou [comme si]la cause n’est pas entre Tes Mains,

Tu les a alors rétribués !

Non ! Tu détiens, ô mon Dieu, leur ordre

avant qu’ils ne détiennent la [possibilité de]T’adorer,

Tu as préparé leur récompense

avant qu’ils ne se mettent à T’adorer

   

et cela parce que Ta Règle est la Faveur [le plus/en plus],

Ton Habitude est la Bonté et Ta Voie est le Pardon ! »(1)

Les passages qui concernent plus particulièrement la question de la contrainte (al-jaber) et la procuration (at-tafwîd) :

« comme si le remerciement de Tes serviteurs, […]

est une chose qu’ils peuvent ne pas faire,

indépendamment de Toi, […]

ou dont la cause n’est pas entre Tes Mains, […]

Non ! Tu détiens, ô mon Dieu, leur ordre […].

(1)« Lorsqu’il reconnait ses insuffisances à s’acquitter de remercier [Dieu] » No37 pp216-217 in Ed. BAA

www.lumieres-spirituelles.net N°89 - Jumâdî' I et II 1439 - Février-Mars 2018

Explications de "A propos du Vouloir de Dieu " (8)

†Ce passage aborde la question du remerciement des Bienfaits de Dieu. Mais, concernant notre étude sur la « contrainte » (al-jaber) et la « procuration » (at-tafwîd), l’idée importante évoquée ici est que Dieu agit avec l’être humain dans Ses rétributions pour ses remerciements, comme si l’homme pouvait ne pas remercier, comme s’il faisait une faveur à Dieu en Le remerciant.

†Ou encore, comme si l’être humain pouvait agir « indépendamment de Dieu », comme s’il pouvait sortir de la Création divine, du Vouloir divin, alors que Dieu possède son ordre avant même de l’avoir créé.

†Ou comme si « la cause n’était pas entre les Mains de Dieu », alors qu’elles sont toutes entre les Mains de Dieu et que rien n’échappe au Vouloir divin. L’être humain possède-t-il les actes pour que Dieu le remercie pour son remerciement ?

†Alors que l’invocation affirme clairement le contraire : l’être humain est obligé de remercier, non pas dans un sens moral, mais dans le sens que Dieu Tout-Puissant a créé l’être humain tel qu’il remercie impérativement. Comme quand il se met à rire quand il voit quelque chose de drôle, ou qu’il se met à pleurer quand il voit quelque chose de triste. Même si l’être humain ne veut pas remercier, il va remercier, sans besoin de réfléchir.

†Ainsi, dans cette invocation une « contrainte » (jaber) divine apparente : Dieu a créé l’être humain contraint au remerciement, en tant qu’être humain.

†En même temps, Dieu a voulu que l’être humain puisse ne pas Le remercier, d’où cette idée de « procuration » (tafwîd) apparente. Mais dans ce cas-là, l’être humain sortirait de son statut d’être humain.

†On peut trouver dans le noble Coran et dans la première invocation d’as-Sahîfah as-Sajjâdiyyah cette même idée : Si les êtres humains ne louaient pas Dieu ni ne Le remerciaient pour Ses Bienfaits, « ils sortiraient des limites de l’humanité [le fait d’être un être humain] pour celle de l’animalité, ils seraient comme ce qu’Il a décrit dans Son Livre clair : {Ils ne sont comparables qu’à des bestiaux et plus égarés encore, loin du droit chemin.}(44/25 al-Furqân) » 

†Ainsi l’être humain reste un être humain tant qu’il remercie Dieu pour un bienfait. Et bien que cela soit dans sa « nature », Dieu le remercie pour ce remerciement, ce qui est une Faveur supplémentaire de Sa Part. Dieu nous a déjà fait la faveur la plus grandiose de nous avoir formés sous la forme humaine et en plus, pour tout ce que nous faisons, en fait selon la façon dont Il nous a façonnés, Il nous donne des faveurs supplémentaires. Et Dieu a donné à l’être humain le choix et la possibilité de ne pas être un être humain, et de devenir pire que les animaux. Donc à l’être humain de sauvegarder ce que Dieu lui a donné.

†En résumé : l’être humain n’a aucun mérite d’être un être humain, mais s’il sauvegarde ce statut, Dieu lui donne en plus. Et s’il choisit de ne pas être un être humain, Dieu lui donne la possibilité de ne pas l’être. Mais, dans tous les cas, l’être humain n’échappe pas au Vouloir divin. Tout vient de Lui.

www.lumieres-spirituelles.net N°89 - Jumâdî' I et II 1439 - Février-Mars 2018


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)