1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2019-03-03 | Readers 754 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

C/III-L'Intention-3-Des niveaux de la pureté (d’intention) (2)


III/Des secrets et des règles de conduite morales concernant l’Intention

3- Des niveaux de la pureté (d’intention)* (2)

Après avoir vu la réalité de la pureté (d’intention) et la nécessité pour les gens ordinaires de passer par le cheminement à l’intérieur de l’âme pour arriver à épurer leurs actes de tout ce qui est autre que Dieu, nous allons voir différents niveaux de l’épurement des actes au niveau de l’intention, de façon globale, selon ce qui convient à ces feuilles.

LE 3e NIVEAU

L’épurement des actes [du désir]de l’atteinte du Paradis physique, des Houri, des palais et autres de ces plaisirs physiques.

En opposition aux actes d’adoration rétribués comme cela est évoqué dans les nobles propos rapportés. Au regard des Gens de Dieu, ces actes sont considérés comme les autres actes d’acquisition. Sauf que la rétribution d’un tel acte d’acquisition est plus grande et plus élevée, s’il est accompli, épuré des corruptions formelles.

LE 4e NIVEAU

L’épurement des actes de la peur de la punition et des châtiments physiques promis.

En opposition à l’acte d’adoration de l’esclave comme [il est indiqué] dans les propos rapportés.

Au regard des Détenteurs des cœurs, cet acte d’adoration n’a également aucune valeur et est extérieur au cadre de l’asservissement à Dieu.

Au regard des Gens de la connaissance, il n’y a pas de différence entre le fait d’accomplir un acte par crainte de la punition et des reproches en ce monde ou par peur de la punition et du châtiment de l’Au-delà ; ou entre le fait de vouloir arriver aux femmes de ce monde ou à celles du Paradis. Parce que l’acte en son entier n’est pas pour Dieu.

Et le mobile de cet ordre est extérieur à l’acte de l’annulation formelle selon les règles juridiques. Cependant, pour les Gens de la connaissance, ce genre d’effets n’a aucune valeur.

d’après Al-Adab al-Ma‘nawiyyah li-s-Salât de l’Imam al-Khomeynî(qs) – Maqâlat 3 – Partie III Chap.3 (p175)

*Le mot « ikhlâs » n’a pas d’équivalent en français. Il est souvent traduit par « sincérité » ou « loyauté », alors qu’il a un sens d’être pur, épuré, sans mélange. D’où sa traduction ici par « pureté d’intention ».

www.lumieres-spirituelles.net N°96 - Rajab - Sha'bân 1440 - Mars-Avril 2019

Explications à propos des niveaux de la pureté (d’intention) (3-2)

*Nous avons vu la dernière fois, que la défectuosité au niveau de l’intention dans l’accomplissement des actes d’adoration du second niveau consistait à les accomplir en vue d’obtenir des choses de ce monde.

*La défectuosité au niveau de l’intention dans l’accomplissement des actes d’adoration du troisième niveau consiste à les accomplir en vue d’obtenir des bienfaits de l’au-delà.

*Si l’on peut facilement imaginer au niveau de l’esprit une telle situation, il est peu probable que l’on soit confronter à une telle situation dans la réalité.

En effet s’il est possible d’imaginer qu’une personne prie en vue de quelque chose de ce monde sans être croyant – comme par exemple si on dit à une personne qui a le cancer, que si elle prie la prière de la nuit, elle sera guérie, il y a des chances qu’elle le fera. C’est possible. Elle aura peut-être même des résultats, surtout si Dieu (qu’Il soit Exalté) veut la guider par cette voie.

Mais comment un homme qui ne croit pas en Dieu (qu’Il soit Exalté) demande des parts de l’Au-delà ! Comme si ce lien entre les Bienfaits de l’Au-delà et leur Détenteur Fondamental est un ordre auquel on ne peut pas échapper.

C’est pourquoi il est très difficile qu’une personne soit motivée par les perfections de l’Au-delà sans tenir compte de Dieu (qu’Il soit Exalté). Croire en l’Au-delà implique la croyance en Dieu et c’est la croyance en Dieu qui amène la récompense et la rétribution.

Il est possible que la personne demande ces perfections (au niveau de sa motivation) et que rapidement cette demande se transforme en la recherche et la demande de leur Détenteur Véritable.

*Il n’y a pas de doute que Dieu veut que le serviteur/adorateur Lui demande – à Lui – tout bien, nuit et jour. Et il n’y a pas de doute que les Bienfaits de l’Au-delà – qui sont permanents, durables, perpétuels – sont plus grandioses que ceux de ce monde et ont une plus grande importance auprès de Dieu qu’Il soit Exalté.

*Le Paradis a des degrés et ici il est fait allusion à l’atteinte du Paradis « physique » c’est-à-dire aux bienfaits qui ont un descriptif matériel, physique, qui sont au degré le plus bas.

*Cependant il faut se méfier de son âme qui s’impose entre le serviteur/adorateur et Dieu Tout-Puissant, en tant qu’à ce niveau, comme dans le précédent, l’être humain cherche à satisfaire les désirs particuliers de l’âme. La différence d’avec le niveau précédent c’est que dans le deuxième niveau, l’âme veut un résultat immédiat en ce monde et qu’à ce troisième niveau, elle veut un résultat pour après, dans l’Au-delà. En tant que l’on cherche à satisfaire son âme, ce n’est pas pour Dieu. On ne se rapproche pas de Dieu, ni on ne Le recherche, ni on ne Le demande. Et cela, sans que l’on prenne en considération si l’acte est annulé ou pas, s’il faut le recommencer ou pas.

 

*Au quatrième niveau, il s’agit de préserver son âme des choses négatives, du châtiment, de la punition. Mais là aussi, la préoccupation du serviteur/adorateur tourne autour de lui-même, de son âme, par peur du Feu, de l’Enfer. Et le propos de l’imam al-Khomeynî(qs) est au niveau de l’intention. Encore ici, la réelle intention du serviteur/adorateur n’est pas d’adorer Dieu.

Dans l’objectif de purifier son intention et la rendre exclusive de Dieu, il faut se méfier de toute demande de l’âme ou pour l’âme. Il faut toujours tendre à purifier l’intention de toute recherche de parts de l’âme – l’important est d’en finir avec la grosse pierre qui est la vision de l’âme.

Un des moyens pour y arriver est de se plier aux lois de la Législation divine, de rendre tous les actes selon la charge (at-taklîf). La piété est la lessive des cœurs.

*D’un point de vue juridique (fiqhî), l’acte d’adoration est juste et il n’est pas nécessaire de le refaire. Et l’affirmation qu’il n’a aucune valeur est sujet à des discussions aiguës parmi les savants.

www.lumieres-spirituelles.net N°96 - Rajab - Sha'bân 1440 - Mars-Avril 2019


Articles précédents:

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)