1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2019-03-03 | Readers 162 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sourate al-Burûj (les constellations) (85) (3)


Sourate al-Burûj  (les constellations) (85) (3)

بسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ

Bi-smi-Allâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi,

Par le Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux,

قُتِلَ أَصْحَابُ الْأُخْدُودِ (4)

Qutila ashâbu-l-ukhdûdi ;

(Que)soient tués les gens du long fossé (4)

النَّارِ ذَاتِ الْوَقُودِ (5)

an-nâri dhâti-l-waqûdi ;

[au]le feu plein de combustibles (5)

إِذْ هُمْ عَلَيْهَا قُعُودٌ (6)

idh hum alayhâ qu‘ûdunn ;

alors qu’eux sur/à côté de lui sont assis (6)

وَهُمْ عَلَى مَا يَفْعَلُونَ بِالْمُؤْمِنِينَ شُهُودٌ (7)

wa hum ‘alâ mâ yaf‘alûna bi-l-mû’minîna shuhûdunn ;

et eux sont témoins  de ce qu’ils font des croyants ; (7)

وَمَا نَقَمُوا مِنْهُمْ إِلَّا أَن يُؤْمِنُوا بِاللَّهِ الْعَزِيزِ الْحَمِيدِ (8)

wa mâ naqamû minhum illâ an yu’minû bi-llâhi al-‘azîzi al-hamîd ;

à qui ils ne reprochaient que de croire en Dieu le Tout-Puissant/Digne, le Digne de Louange (8)

الَّذِي لَهُ مُلْكُ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ وَاللَّهُ عَلَى كُلِّ شَيْءٍ شَهِيدٌ (9)

al-ladhî lahu mulku-s-samâwâti wa-l-ardi wa-llâhu ‘alâ kull shay’inn shahîdunn ;

à Qui appartient la royauté des cieux et de la terre et Dieu est Témoin de toute chose. (9)

Reprise de la sourate groupe par groupe en nous aidant de l’interprétation de cette sourate par sayyed TabâTabâ’i dans « al-Mîzan », et de celles de sheikh Makârem Shîrâzî dans al-Amthâl, de sayyed Hassan al-Mustafawî dans son « Tahqîq fî kalimât al-Qurân al-karîm», de docteur Mahmoud Bostani dans « al-Tafsîr al-binâ’î lil-Qorân al-karîm », de sheikh al-Hawîzî dans son Tafsîr Nûr ath-Thaqalayn (vol.8) et de la compilation traduite par sh. Ishak Vazirhoussen, « Tafsir é Hoda ».

Après avoir vu les éléments du serment du 1er groupe, voici l’étude du second groupe.

ÉTUDE LEXICALE DU 2e GROUPE DE VERSETS DE LA SOURATE

« qutila » : du verbe « qatala » (= tuer, achever, faire disparaître la vie) à la forme passive, à la 3e p du sing. parce qu’en tête de phrase, au temps du passé pouvant indiquer une action accomplie dans le passé  (traduit alors par le passé composé) ou exprimer un souhait ou une malédiction (traduit en français par le subjonctif).

« al-ukhdûd » : nom dérivé du verbe « khadda » (= fendre, pourfendre sur la longueur, que ce soit dans la terre, dans la peau, la chair ou le visage, laisser une trace sur qqch, fendre le sol, y faire des sillons) = sillon, fosse, fossé. Y a-t-il un lien entre les « burûj » vers les cieux et les « ukhdûd » dans la terre ?

« al-waqûd » : nom d’action du verbe « waqada » (= le fait d’être brûlé par le feu, rôtir, griller, brûler) = la combustion, ce qui nourrit ou entretient le feu ; mais pas le bois lui-même mais le fait d’embraser, de flamber, combustible.

« idh » : voilà ; alors que, lorsque, lors de, à l’époque où, tandis que ; car, puisque.

« qu‘ûd » : nom d’action du verbe « qa‘ada » (= être assis, s’asseoir (après avoir été debout) physiquement ou moralement) = action de s’asseoir, le fait d’être assis.

« ‘alay-hâ » : préposition (désignant habituellement la hauteur) qui a des emplois très divers : sur, au-dessus de, à et aussi près de, à côté de ; et le suffixe «  » renvoie au feu.

« shuhûd » : nom d’action du verbe « shahida » = le fait de voir, la vision.

« naqamû » : verbe « naqama » (dont l’idée fondamentale exprime le reproche avec la répugnance, l’exécration, et de ses corroborations la détestation, la malédiction et le châtiment) = être mécontent de qqch, accuser, inculper qqun, se venger, reprocher comme dans le verset suivant : {Dis : Ô gens du Livre ! Est-ce que vous nous reprochez(tanqimûna) autre chose que de croire en Dieu, en ce qui est descendu sur nous et en ce qui est descendu avant ?}(59/5 La Table servie))

« al-‘azîz » : attribut dérivé du verbe « ‘azza » (qui indique la puissance, la dignité, la suprématie, la supériorité, la gloire, la prééminence, la hauteur (par rapport à qqun d’inférieur ; le contraire de l’humiliation, de l’abaissement = être puissant, cher, précieux, coûteux) = le Tout-Puissant/digne.

« al-hâmîd » : attribut dérivé du verbe « hamada » (= louer, faire l’éloge de façon volontaire (non forcée ni intéressée), qqch de positif entrainant des choses positives) = le Très Digne de louanges

« al-mulk » : nom d’action du verbe « malaka » (qui indique l’idée de se rendre maître de quelque chose de sorte que le choix est entre ses mains, et par suite, posséder quelque chose, être en possession = tenir une chose après l’avoir saisie, se rendre maître de qqch, posséder, régner sur) = propriété, pouvoir, autorité, royauté.

« shahîd » : nom dérivé du verbe « shahida » = témoin, vrai, véridique (dans son témoignage).

ÉTUDE PLUS APPROFONDIE DU 2e GROUPE DE VERSETS DE LA SOURATE

Ce 2e groupe de versets parle des « Gens du Fossé ». Qui sont-ils ? A quel évènement fait-il référence ? Et à quoi renvoient les pronoms personnels (ceux sous-entendus, à la 3e p. du pluriel, sujets des verbes et le pronom personnel « hum ») ?

Qui sont les gens du long fossé (ashâb al-Ukhdûd) ?

Les gens du long fossé (ashâb al-Ukhdûdi) font référence à un massacre de croyants par des oppresseurs qui leur reprochaient de croire en un Dieu Unique, Puissant/Digne, Digne de louange, Maître/ Possesseur des cieux et de la terre et Témoin de toute chose.

A quoi se réfère cet évènement ?

Nous avons eu l’occasion de visiter dans un numéro précédent de la revue Lumières Spirituelles les vestiges de la ville des compagnons d’al-Ukhdûd.(1) Nous verrons la prochaine fois d’autres hypothèses suggérées à partir des propos des Infaillibles(p) et de rapports des faits historiques concernant ces croyants et leurs persécuteurs criminels.

Dans ce verset, les « compagnons du long fossé » (ashâb al-Ukhdûdi) désignent qui ?

Les croyants victimes du massacre ou les criminels qui persécutent les croyants ?

En fonction de la réponse à cette question, ce à quoi renvoie le pronom personnel « hum » dans les versets suivants varie.

Si ceux qui sont visés dans « les compagnons du long fossé » sont les criminels (et c’est l’avis de la majorité des commentateurs), alors « qutila » indique une malédiction divine sur ces gens dans le sens : « Que soient tués les gens du long fossé ! ».

Mais, si ceux qui sont visés dans « les compagnons du long fossé » sont les croyants, (comme opte Ibn ‘Arabi) alors « qutila » indique une information (khabar) donnée par Dieu à Son Messager(s) de leur massacre : « Ont été tués les gens du fossé ! ».

Vient alors la question, pourquoi Dieu (qu’Il soit Glorifié et Exalté) tient-Il à informer Son Messager(s) de cet évènement ou à le lui rappeler ?

Le cinquième verset {le feu aux(ou plein de) combustibles} est en apposition au long fossé (al-ukhdûd). C’est-à-dire, dans ce fossé, il y a du feu et ce feu est sans arrêt alimenté. Pour quoi ? Par quoi ?

Nous essayerons de répondre à ces questions dans le prochain numéro de la revue.

(1)cf. L.S. No93 in la rubrique des Lieux Saints : « Les vestiges de la ville des compagnons d’al-Ukhdûd à Najrân en Arabie Saoudite »

www.lumieres-spirituelles.net N°96 - Rajab - Sha'bân 1440 - Mars-Avril 2019


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)