1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2019-08-25 | Readers 272 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La tragédie de Houssayn (as)


La tragédie de Houssayn (as)

Cheikh Sadouq (305-381 A.H.)

Trad. : Mourtaza Radjahoussen

Éditeur : Éditions Booky – Madagascar – Septembre 2018

ISBN : 978-2-37657-008-0

Voici la traduction, par le même traducteur, d’un troisième(1) des plus anciens recueils de témoignages et de narrations de témoins proches des évènements de Karbalâ’.(2)

Il s’agit ici de deux narrations sur la tragédie de l’Imam al-Hussein(p) récitées par sheikh as-Sadûq (grand savant du 4e s. H, contemporain de la petite occultation de l’Imam al-Mahdî(qa)). Elles ont été extraites du livre de sheikh as-Sadûq « al-Amalî »(3) : les « majlis » 30 et 31.

Chacune des deux narrations débute par l’évocation de la chaîne des transmetteurs des propos rapportés auxquels il se réfère et dont il a lui-même vérifié la fiabilité selon les critères hérités par les Imams Infaillibles(p).

Le majlis 30 commence à la mort de Mu‘âwiyyah avec ses dernières recommandations faites à son fils Yazîd, pour aboutir au martyre de l’Imam al-Hussein(p) avec une allusion au sort réservé à celui qui lui(p) trancha la tête et aux paroles de sa fille Oum al-Kalthoum, prononcés à propos de son martyre à l’adresse d’Obeydullah Ibn Ziyâd, à Kûfâ. Il comprend cinq chapitres et le début du 6e chapitre.

Le majlis 31 parle du sort des captifs après le martyre de l’Imam al-Hussein(p) et ne comprend que le complément du 6e chapitre.

Ainsi, les cinq premiers chapitres reprennent les principales étapes de la résistance de l’Imam al-Hussein(p) face à la demande d’allégeance à Yazîd, à la mort de Mu‘âwiyyah, signifiant son refus de lui remettre le califat, malgré l’accord qui avait été établi entre l’Imam al-Hassan(p) et Mu‘âwiyyah.

Le chap.1 se porte sur l’Imam al-Hussein(p) à Médine.

Le chap.2 se porte sur l’Imam al-Hussein(p) se rendant à Kûfa.

Le chap.3 se porte sur l’Imam al-Hussein(p) à Karbalâ’.

Le chap.4 se porte sur la veillée, la nuit du 10e jour, à Karbalâ’ (la nuit de ‘Ashûrâ’).

Le chap.5 se porte sur le 10e jour à Karbalâ’ (le jour de ‘Ashûrâ’) : l’affrontement, le martyre des compagnons, du fils et du neveu de l’Imam al-Hussein(p) et de son propre martyre.

 Le chap.6 se porte sur le sort des captifs, le soir du 10e jour à Karbalâ’ (avec le pillage des tentes, l’arrachage de l’or et des étoffes (recouvrant les vêtements) des femmes et des enfants), à Kûfa (avec leur passage dans les ruelles, remplies d’hommes et de femmes en larmes, se frappant le visage et leur confrontation avec ‘Obeydullah Ibn Ziyâd), à Shâm (Damas) (avec leur emprisonnement, la rencontre avec le vieillard, leur confrontation avec Yazîd et l’évocation des paroles de Fâtimah fils de ‘Alî).

On peut noter, dans cette version :

—L’absence d’évocation du passage de l’Imam al-Hussein(p) à La Mecque avant de partir pour Kûfa.

—L’absence d’évocation du martyre d’Abû Fadl al-‘Abbâs, bien que son nom soit évoqué parmi ceux qui ont accompagné l’Imam al-Hussein(p) sur la route vers Kûfa.

—L’absence d’évocation de sayyida Zeinab(p), la sœur de l’Imam al-Hussein(p), à Shâm bien que mentionnée à Kûfa. (Mais, vu la brièveté du second « majlis », on peut supposer qu’il n’a pas été retranscrit en entier.)

—Le passage de l’Imam ‘Ali fils de Hussein(p) et des femmes par Karbalâ’ (où ils ont déposé la tête de l’Imam al-Hussein(p)), lors de leur retour à Médine.

Un index des noms propres, établi par le traducteur, vient clore cet exposé.

Cette traduction de ces deux courtes narrations sur la tragédie de l’Imam al-Hussein(p) à Karbalâ’ vient enrichir la bibliothèque francophone sur la tragédie de l’Imam al-Hussein(p), s’ajoutant aux autres livres déjà existant en français(4). Nous espérons qu’elle encouragera les jeunes (et les moins jeunes) à se lancer à réciter la tragédie de l’Imam al-Hussein(p) en français, au moins pendant les dix premiers jours de Moharram.      

(1)Après L’évènement de Karbalâ’, compilé par Abû Mikhnaf (158H) (présenté dans la revue L.S. No87) et Le Martyre de Houssayn (as) de sheikh al-Mufîd (336H-413H) (présenté dans L.S. No93).

(2)Téléchargeable : http://houssayn.fr

(3)Le livre a été appelé ainsi « Amalî » (pl. de «  Imlâ’ », dictée) – parce que les textes s’y trouvant sont des discours dictés par sheikh as-Sadûq à ses disciples, retranscrits mot à mot par ces derniers.

(4)comme « Le martyre de l’Imam Hussein(p) » aux Ed. B.A.A. présenté dans la revue L.S. No8.

www.lumieres-spirituelles.net     No99  - Moharram-Safar 1441 – Septembre-Octobre 2019

Citations* de La tragédie de Houssayn(as)

†« Lorsque Mo'awiyah était sur le point de mourir, il convoqua son fils Yazid (qu'Allah le maudisse), le fit asseoir auprès de lui avant de lui dire :

« Ô mon fils, je t’ai fait soumettre les éléments obstinés, j'ai fortifié pour toi les régions, j'ai mis le royaume et tout ce dont il dispose sous ton contrôle, mais je crains trois personnes qui s'opposeront à toi vigoureusement. Elles sont : ‘Abdallah b. ‘Omar b. al-Khattab, ‘Abdallah b.  Zobayr et Houssayn b. ‘Ali. » (…)

« Enfin, pour ce qui est de Houssayn, tu connais très bien ses liens avec le Messager d’Allah. Il est de son sang et de sa chair. Et tu sais pertinemment que les habitants d’Irak ne cesseront de l’appeler jusqu’à le pousser à la révolte avant de l’abandonner et de renoncer à lui. Si tu le domines, pardonne-le, car il jouit d’un statut très proche [du Prophète] et d’un grand droit. Quoi qu’il en soit, nous lui sommes liés et avons des liens de parenté avec lui. Je te mets en garde de ne pas le maltraiter, ni qu’il se sente brutalisé de ta part. »(p20)

†« Houssayn (as) et ses compagnons continuèrent la route jusqu’à arriver à Tha’labiyyah. À cet endroit, un homme du nom de Bishr b. Ghalib vint voir Houssayn (as) et lui dit : « Ô fils du Messager d’Allah, explique-moi le sens du verset {Le jour où Nous appellerons chaque groupement d'hommes par leur imam}1.»

Il lui répondit : « Il s’agit de l’imam qui invite les gens à la guidance et qui est suivi ou de l’imam qui entraîne les gens à la perdition et qui est suivi. Les premiers iront au Paradis et les seconds en Enfer, comme l’indique la parole d’Allah, Le Puissant et L’Exalté : {Un groupe au Paradis et un groupe dans la fournaise ardente}2. » »

1 Le Noble Coran, 17 : 71

2 Le Noble Coran, 42 : 7 »(p26) 

†« Ensuite, un dénommé Zohayr b. Qayn al-Bajali se leva et dit : « Ô fils du Messager d’Allah, j’aurais aimé être tué, puis ramené à la vie, puis tué jusqu’à me faire tuer cent fois pour qu’Allah épargne ta vie et celle de ceux qui sont avec toi, et pour qu’Allah vous défende, vous la famille du Prophète (Ahl al-Bayt), à travers moi. »

Houssayn (as) lui dit ainsi qu’à ses compagnons : « Que vous soyez gratifiés. » »(p35)

†« Par la suite, un troisième soldat de l’armée de ‘Omar b. Sa’d, du nom de Mohammad b. Ash’ath b. Qays al-Kindi, s’avança et dit : « Ô Houssayn fils de Fatima, de quel statut du Messager d’Allah prétends-tu jouir et dont un autre ne jouirait pas ? »

Alors, Houssayn (as) récita les versets :

« {Certes, Allah a élu Adam, Noé, la famille d'Abraham et la famille d'Imran au-dessus de tout le monde. En tant que descendants les uns des autres.}(3 : 33-34) » »(p38)

 

†« Houssayn (as) prit le côté de sa barbe par sa main. Il était âgé, ce jour-là, de cinquante-sept ans.

Ensuite il dit : « Le courroux d’Allah s’abattit sur les juifs lorsqu’ils prétendirent que ‘Ozayr était le fils de Dieu. Il s’abattit sur les chrétiens lorsqu’ils affirmèrent que le Messie était le fils de Dieu. Il s’abattit également sur les mazdéens lorsqu’ils adorèrent le feu, abandonnant ainsi Dieu. Il s’abattit sur un peuple qui assassina leur prophète. Et là, il s’abattra sur cette bande qui entreprend de tuer le fils de leur prophète.». »(p43)

†« ‘Obaydollah b. Ziyad lui dit : « Malheur à toi ! Si tu savais qu’il était le meilleur des hommes eu égard à sa mère et son père, alors pourquoi l’as-tu tué ?! » Puis il ordonna de trancher sa tête, ce qui fut fait. Ainsi, Allah hâta que son âme soit jetée dans le feu. »(p54)

†« Il n’y avait pas une pierre de la Mosquée Sacrée [de Jérusalem] qu’on soulevait du sol sans qu’il n’y ait du sang frais sous elle. Les gens voyaient le soleil avec une telle rougeur au-dessus de leurs toits, comme s’il avait été recouvert de tissus rougeâtres, jusqu’à ce que ‘Ali b. Houssayn (as) ainsi que les femmes quittent [cet endroit] et ramènent la tête de Houssayn (as) à Karbala. »(pp280-281)

*Nous rappelons que les citations sont des reproductions telles quelles de passages du livre, sans correction de notre part.

www.lumieres-spirituelles.net     No99  - Moharram-Safar 1441 – Septembre-Octobre 2019


Articles précédents:

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)