1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2020-04-19 | Readers 489 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

« Exercices moraux obligatoires »


« Exercices moraux obligatoires »

« Durant ces semaines, où la maladie [le coronavirus] m’a touchée, j’ai connu des jours et des nuits très durs, avec de très grandes souffrances, des maux de tête terribles, insupportables au point d’en pleurer comme un enfant. Je me rappelais alors ces jolies paroles de l’Ayatollah Haqq-shenâs (que la miséricorde de Dieu soit sur lui)(1) :

« Dieu (qu’Il soit Glorifié et Exalté), quand Il veut Se montrer aimable envers Ses serviteurs, Il les dirige, les amène à faire des exercices moraux obligatoires, certains de Ses serviteurs n’étant pas de vrais dévots, ne faisant pas partie de ceux qui veillent la nuit pour Dieu, qui se fatiguent pour parcourir le cheminement vers Dieu (qu’Il soit Exalté).

Dieu, par Son immense Miséricorde, leur fait une faveur en leur créant des conditions d’exercices moraux obligatoires. Les gens se répartissent alors en deux groupes :

-Il y a ceux qui profitent de cette occasion pour patienter, endurer, remercier [Dieu] jusqu’à arriver à l’état de soumission [à Dieu]et de satisfaction. Ces difficultés qu’ils devront affronter, seront des occasions ou la cause de réussites, d’harmonisations morales nombreuses.

-Et il y a ceux qui, au contraire, butent sur ces exercices moraux obligatoires, s’effondrent, se lamentent, se rebellent et ne remercient pas Dieu. Ils font partie de ceux qui ont perdu ce monde et l’Au-delà. »

Une nuit, j’avais tellement mal à la tête (une douleur insupportable) que je me mis à appeler du fond de mon cœur, par nécessité*, comme ultime recours : « Ô Abû Sâlah al-Mahdî ! Saisis-moi (ou)atteins-moi ! », et cela jusqu’à l’aube. Je fis alors la prière du matin et perdis connaissance pendant plusieurs heures.

Quand je me rappelle ces moments de douleur passés à évoquer l’Imam al-Mahdî(qa) dans un état d’urgence, ces instants vécus en nécessité* absolue qui me firent sentir sa proximité, je me demande : fallait-il que je sois dans cet état de nécessité* pour l’évoquer (l’Imam al-Mahdî(qa)) et le sentir tout proche ? »

« Les évènements qui sont arrivés dans notre société durant cette année passée et notamment ces derniers mois avec le martyre de Hajj Qâsem Sulaymânî, la catastrophe de l’avion ukrainien et maintenant cette épidémie du coronavirus, sont-ils ces épreuves évoquées dans les propos rapportés concernant la fin des temps [avant l’apparition de l’Imam(qa)] qui seront très nombreuses, à ne plus savoir où donner de la tête ? Devons-nous vivre ces états de grande nécessité* pour nous tourner vers Dieu ?

Sommes-nous à ce point noyés dans notre vie quotidienne pour que Dieu en vienne à nous imposer des exercices moraux obligatoires (pour reprendre l’expression de l’Ayatollah Haqq-shenâs(qs)) pour nous rappeler que la cause première de tous nos malheurs réside en l’occultation de l’Imam du Temps(qa) ?

Après le martyre de Hajj Qâssem Sulaymânî et maintenant cette pandémie, la question est devenue sérieuse. Nous devrions vivre en état de nécessité* !

Malheureusement nous sommes plus préoccupés par la maladie, l’aseptisation, le confinement, le fait de savoir si l’on peut (ou non) sortir de la maison, par la famille, que par le fait de nous tourner vers l’évènement le plus important, le plus fondamental, le plus urgent, de toute première nécessité, je veux dire l’occultation de l’Imam al-Mahdî(qa) !

Nous nous plaignons des difficultés de la vie sur terre parce que nous ne pouvons pas nous voir, nous rencontrer, sortir de la maison..

Non ! La vie sur terre est difficile parce que l’Imam(qa) est absent, occulté ! Si l’Imam(qa) nous manquait comme nos êtres chers nous manquent, il(qa) ne serait pas occulté !

Dieu, par Sa Miséricorde et Sa Bonté subtile, nous envoie ces épreuves pour créer en nous cet état d’urgence et augmenter ce besoin du contact avec l’Imam al-Mahdî(qa) !

Il y a cette fameuse histoire de celui qui voulait voir l’Imam al-Mahdî(qa) et qui se rendit chez un savant qui lui dit de ne pas boire d’eau durant 3 jours. Il fit cela et à la fin, il vit en rêve de l’eau couler à flots.. Il retourna chez le savant pour lui dire ce qui lui arriva. Le savant lui dit : « Si tu avais envie de voir l’Imam(qa) comme tu avais envie de boire de l’eau, tu l’aurais vu. »

Notre soif de la rencontre de l’Imam(qa) est-elle comme notre soif de voir la fin de l’épidémie du coronavirus, la fin de nos problèmes économiques et politiques ? »

D’après les propos rapportés de la députée au Parlement iranien Farhamand qui guérit du coronavirus, à la différence de la députée Fâtimah Rahbar (la Miséricorde de Dieu sur elle) qui, elle, décéda le 7 mars 2020, des suites du coronavirus. 

(1)Grand savant juridique et gnostique iranien, mort à Téhéran (où il enseignait le droit religieux et la morale) en 2007, à l’âge de 88 ans.

*Sans doute, en référence au verset : {Qui répond au nécessiteux (al-mudtarra) quand il L’invoque et dissipe le mal ?}(62/27 an-Naml)

www.lumieres-spirituelles.net     No103 - Ramadan-Shawwal 1441 – Mai.Juin 2020


Articles précédents:

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)