1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2020-04-19 | Readers 304 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Rabbin allemand Samson Hirsch


Rabbin allemand Samson Hirsch

(1808-1888)

Le rabbin Samson Raphael Hirsch fut une personnalité dominante du judaïsme orthodoxe du XIXe siècle et fonda la néo-orthodoxie en Allemagne, mouvement de pensée qui voulait renouer avec le vieux principe talmudique la « Torah et dere’h  Eretz »(1) pour concilier, de façon harmonieuse, tradition et modernité. En cela, il jeta les bases du judaïsme orthodoxe moderne. Il fut également le premier à écrire en allemand moderne en faveur du judaïsme orthodoxe.

Il naquit à Hambourg et se familiarisa tôt avec la Torah grâce à son père, religieux éclairé, marchand de profession. Puis il reçut une éducation biblique et talmudique à Mannheim puis à Bonn. Il vécut à l’ère post-napoléonienne où les droits civils accordés aux Juifs dans de nombreux pays européens avaient mené à leur assimilation et à la réforme du judaïsme.

Aussi, devenu grand-rabbin (de 1830 à 1841) de la principauté d’Oldenburg, puis des districts d’Aurich et Osnabrück(en 1846) enfin de Francfort sur le Main (en 1851), focalisa-t-il la grande partie de son œuvre sur le sens et les possibilités de pratiquer le judaïsme orthodoxe (selon les préceptes de la Torah) dans ces nouvelles circonstances.

*Il écrivit « Dix-neuf Lettres sur le Judaïsme » en allemand qu’il fit publier en 1836 sous un pseudonyme où il commença à développer et à expliquer son mot d’ordre de « Torah et dere’h  Eretz »(1). Ce livre fut considéré comme le manifeste du judaïsme, dénommé « orthodoxe » pour les Juifs réformés qui voulaient vivre dans la modernité. Sa prétention n’était pas de proposer une mesure temporaire ni une synthèse entre la Torah et la science mais de montrer la prépondérance de la Torah sur les sciences profanes et leur continuité.

*Quelques années plus tard, il publia un manuel de judaïsme pour la jeunesse juive toujours en allemand où il défendait le judaïsme traditionnel face aux réformes en cours. Il compila le code intitulé « Choreb ou les devoirs du peuple juif dans l’Exil » qui traite de la symbolique et des différentes significations possibles de nombreuses prescriptions et passages de la Torah. (« Rationaliser les commandements de la Torah en les dotant d’une interprétation symbolique. »). Le retour physique en « Terre d’Israel » (la Palestine) n’étant pas nécessaire pour la survie juive.

*Il publia également deux ouvrages polémiques contre les réformes du judaïsme en cours à son époque, un commentaire de la Torah où il souligne la pertinence de la Torah dans l’ère moderne et un commentaire du livre des Psaumes. Il édita aussi une revue mensuelle Jeschurn où il y développa ses idées.

*A Emden, il fonda une école secondaire (et non pas une synagogue) où les élèves étudiaient à la fois les études juives et les matières profanes, mettant en application son principe de « Torah et dere’h  Eretz ». Son école fut parfois taxée de néo-orthodoxie, alors que d’autres le considérèrent comme le fondateur de la première école juive moderne. Il s’attela ainsi à la formation de nombreux disciples, tout en insistant sur la nécessité de l’étude du Talmud et des Psaumes.

*Il consacra ses dernières années à la fondation d’une association de communautés juives orthodoxes indépendantes, initialement fortement hostile au sionisme politique. Hirsch écrivit dans son commentaire sur le « Siddour(2) », à propos de l’établissement d’un Etat juif : « Durant le règne d'Hadrien, lorsque l'insurrection menée par Bar Kochba se révéla être une erreur désastreuse, il devint essentiel de rappeler au peuple juif en tout temps un fait important, essentiel, à savoir qu[e le peuple d]'Israël ne devrait plus jamais tenter de restaurer son indépendance nationale de son propre chef ; il devait confier son futur en tant que nation à la seule Divine Providence ».

Il était opposé au sionisme politique et à la création d’un Etat sioniste en Palestine, considérant que seul le Messie pouvait rassembler les Juifs. Ni son courant de pensée ni le mouvement sioniste ne sauraient se substituer au messianisme ni signifier la fin de l’Exil, indépendamment de tout amour que l’on pouvait porter à la Terre Sainte. Il sera peu suivi.

Pire ! Son association servira de modèle pour la formation de « Agoudat Israel », mouvement international prétendant représenter le judaïsme orthodoxe mondial, devenant un parti sioniste aux appa-rences religieuses et entraînant la majorité des courants religieux kabbalistes dans le projet sioniste.

Après sa mort, la communauté de Francfort connut de nombreuses divisions internes qui lui furent fatales avec la montée du nazisme en Allemagne.

(1)Selon lui un vieux principe talmudique valable en tout lieu et en tout temps qui signifie « la Torah et la voie de la terre », c’est-à-dire  « l'investissement dans la Torah, parallèlement à l'investissement dans les affaires du monde »

(2)Le Siddour  (le mot signifiant « ordre ») désigne le Livre de Prières traditionnel, contenant les trois prières quotidiennes, et celles des jours fériés et de fête selon un ordre fixé.

www.lumieres-spirituelles.net     No103 - Ramadan-Shawwal  1441 – Juin.Juillet 2020


Articles précédents:

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)