1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2020-06-16 | Readers 58 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Qu’ils adorent le Seigneur de cette Maison ! (1)


Qu’ils adorent le Seigneur de cette Maison ! (1)

« Le pèlerin qui se rend à la Mecque pour la première fois, lorsqu'il se tient dans l'esplanade ronde de la Mosquée Sacrée et qu’il se trouve juste face à la Ka‘ba, au moment où il jette son premier regard à la Maison de Dieu et que son regard converge vers cette cube noir au centre de Masjid-al-Haram, sera saisi d’une condition psychologique tellement complexe et inédite qu'il oublie complètement les vœux qu'il s’était fixés à l'esprit avant de voyager à la Mecque.

À ce moment précis où il se trouve, face à ce sanctuaire légendaire des millénaires, fondé par Adam, reconstruit par Abraham et vénéré par Mohammad, il se sent déjà tombé dans les ondes magnétiques d'un pôle invisible qui l'attire et le captive. La Ka‘ba l'enchaîne, le séduit, l'attache par un réseau de fils magiques, par les rayons d'une Lumière spirituelle qui brille sur des millions de pèlerins venus des quatre coins du monde.

En effet, dès la première vue jetée sur cette structure mystérieuse, il est tellement enchanté qu’il oublie, immédiatement, tous ses souhaits, toutes ses préoccupations, tous ses vœux. Il se trouve comblé et satisfait. Il se sent léger et libéré du lourd fardeau des envies matérielles. Il perd son identité individuelle et il devient un membre constituant d'une énorme Communauté.

Il goûte le plaisir d'être un atome de la globalité islamique. Il se mêle volontiers dans la foule passionnée qui, de toutes les nations, de toutes les langues, de toutes les races, disent oui à l'appel islamique du Hadj. Ils disent oui à l'Alliance sacrée de la foi islamique.

{Certes la première Maison qui a été posée pour les gens, est bien celle à Bakka, une bénédiction et une bonne guidance pour les mondes.}(96/3 Ale ‘Imrân)  

(…)

Dans la religion de l’Islam, même le simple acte d'observer la Ka‘ba est considéré comme un bien récompensé. En effet, quelle prière peut être plus sainte que s'asseoir sur les marches des escaliers qui descendent vers l'esplanade de la Ka‘ba et se laisser dans la béatitude qui remplit ce lieu le plus sacré de l'Islam. Une atmosphère chaleureuse dont l'aspect purificateur se renforce encore par l'air aride de la Mecque, par sa température élevée et son soleil si brulant. Quel geste est plus purifiant que marcher, sous ce soleil torride et sans pitié, autour de la Maison de Dieu et suivre le chemin suivi par tous les Prophètes, par tous les Imams.

C'est en ce lieu qu’Adam bâtit le premier sanctuaire de Dieu.

C'est par les mains d'Abraham et d'Ismaël que ces murs furent dressés.

C'est dans cette maison que Fatima bent Assad donna naissance à ‘Ali, l'enfant miraculé de la Mecque, le fils de la Ka‘ba, le Prince des croyants.

C'est sur le toit de la Ka‘ba que Bilal, le compagnon africain du Prophète, annonça l’appel à prière au jour de la conquête de la Mecque par l'armée d'Islam en 630.

C'est ici que Mohammad demanda à son cousin et son gendre ‘Ali de monter sur ses épaules afin d'écraser les idoles adorées par les infidèles mecquois.

C'est à partir de là que Hossein débuta son voyage, sans retour, vers Karbala.

Et c'est au pied de la Ka‘ba que Mahdi, l'Imam occulté des chiites(qa), déclarera sa campagne universelle de la justice et de la liberté. 

Et tu contemples les hommes qui tournent éternellement autour de ce point magique, accompagnés des anges du Royaume des Cieux, ces pèlerins qui depuis l'antiquité tournent continuellement autour de la Ka‘ba, le Centre de l'Univers, le noyau de la création. Dans le calendrier islamique, il y a même un jour qui s'appelle dahû-l-Ard qui correspond au jour où la planète Terre dont la surface était encore couverte par l'eau commença à s'émerger à partir du point où se trouve aujourd'hui la Ka‘ba. Oui, la Ka‘ba constitue le point de convergence de toutes les énergies physiques et métaphysiques dans cet Univers. Les oiseaux, également, se mettent, eux aussi, dans le même cycle éternel de l'adoration de Dieu. Ils accomplissent leur Tawaf rituel autour du Cœur de la Terre.

La Mecque est sous la protection du Seigneur de la Ka‘ba. À la Mecque, il est interdit d'abattre les arbres, d’enlever les herbes ou de déranger les animaux. Tout est ici protégé par Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux.

{Celui qui y entre est en sécurité. Et pour ceux qui en ont la possibilité, c’est un devoir envers Dieu de faire le pèlerinage de la Maison.}(97/3 Ale ‘Imrân)  

Chaque jour, pour accomplir leurs prières quotidiennes, presque deux milliards de Musulmans de tous les continents se dirigent, cinq fois par jour, vers la direction de cette Maison divine. Ce bâtiment rectangulaire vide si simple si archaïque, sans décoration, sans embellissement. »(1)

(1)Cf. la suite (et la fin) dans un prochain numéro de la revue.

La Ka‘ba sacrée*

 

« Ne voyez-vous pas que Dieu (qu’Il soit Glorifié) a mis à l'épreuve les premiers hommes depuis Adam (que les prières de Dieu soient sur lui) jusqu'aux derniers de ce monde par des pierres qui ne nuisent pas ni ne sont profitables, qui n'entendent pas ni ne voient ?

Il en a fait sa Maison sacrée qu'il a dressée pour les hommes. Ensuite, Il l’a placée en un lieu difficile, pierreux, au plus bas, dans une terre dure, au fond d'une vallée étroite, entre des montagnes arides et des sables mouvants, près de sources avares d'eau, coupée des lieux habités, là où ne peuvent se développer ni camélidés, ni chevaux, ni ovins.

Puis Il ordonna à Adam(p) et à sa descendance de se diriger vers elle. Alors, elle est devenue un lieu de repos bénéfique pour leurs déplacements, un but pour y faire halte : des lieux lointains et arides, les hommes ont hâte d'y arriver ; ils viennent de contrées lointaines comme des îles isolées au milieu des océans, afin d'en faire le tour et de clamer la gloire de Dieu en mettant leurs épaules en mouvement.

Ils hâtent leur pas, soulevant la poussière, pour Lui. Ils ont laissé derrière eux les beaux habits et ils ont défiguré, par leurs cheveux négligés, leur belle création.

Une épreuve grandiose, un dur examen, une expérience évidente, une grande épuration, Dieu en a fait une cause de Sa Miséricorde et un relais de Son Paradis.

Si Dieu (qu’Il soit Glorifié) avait voulu placer Sa Maison sacrée et Ses Lieux de culte grandioses entre des jardins et des rivières, sur des plaines ou des terres plates couvertes d'arbres aux fruits à portée de main, parmi des constructions et des cités attenantes, des champs de blé et des vergers verts, des campagnes avoisinantes et des enclos aux eaux abondantes, des jardins luxuriants et des voies animées, alors la récompense serait moindre, selon la faiblesse de l’épreuve.

Si les fondations sur lesquelles elle repose et les pierres avec lesquelles elle se dresse étaient d'émeraude verte, de hyacinthes rouges ou de lumière et de luminosité, le doute serait moindre dans les poitrines, le combat d'Iblis pour l’éloigner des cœurs serait affaibli, les effets du doute des gens n'auraient pas lieu.

Mais Dieu met Ses serviteurs/adorateurs à l'épreuve par différentes sortes de calamités. Il exige qu’ils L’adorent par différentes sortes de combats, Il les éprouve par différents moyens de désagréments, afin d’extirper l'orgueil de leurs cœurs et installer l'humilité dans leurs âmes et pour rendre cela des portes ouvertes à Sa Faveur et des voies aplanies à Son Pardon. »

tiré du sermon al-Qâsi‘at (192) Nahj al-Balâgha, pp424-426

www.lumieres-spirituelles.net     No104 - Dhû al-Qa‘adeh-Dhû al-Hujjah 1441 – Juin-Juillet-Août- 2020


Articles précédents:

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)