1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2020-10-13 | Readers 36 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le sanctuaire de s. Fâtimah al-Ma‘sûmah(p) à Qom en Iran


Le sanctuaire de s. Fâtimah al-Ma‘sûmah(p)* à Qom en Iran (2)

 « Dieu a un sanctuaire et c’est La Mecque.

Le Messager de Dieu a un sanctuaire et c’est Médine.

Le Prince des croyants a un sanctuaire et c’est Kûfâ.

Et nous avons un sanctuaire et c’est Qom.

Il y sera enterré une femme de ma descendance appelée Fâtimah.

Celui qui la visitera, aura obligatoirement le Paradis. »(1)

Le sanctuaire de Fatimah al-Ma‘sûmah(p) se trouve à Qom, la ville sainte située à 150 km au sud-ouest de Téhéran qui a une histoire particulière depuis l’apparition de l’Islam. L’Imam al-Kâzhem(p) l’avait présentée comme étant « le nid de la famille de Mohammed et le refuge de ses partisans. »(2) Et elle est restée comme une des villes les plus sacrées en Iran et le lieu privilégié du savoir religieux.

De nombreuses « hawzat » (écoles coraniques et théologiques, instituts d’enseignements et de recherches religieux) s’y trouvent où viennent s’inscrire des milliers d’étudiants non seulement d’Iran mais du monde entier pour apprendre la Religion de Dieu et Son noble Livre, le Coran, le Fiqh, le dogme, la gnose.. Elle est le cœur de la science, de la sagesse et de la spiritualité.

C’est d’ailleurs de cette ville qu’est partie la révolution islamique iranienne sous la direction de l’imam al-Khomeynî(qs).

Le sanctuaire est situé à proximité de la rivière qui traverse la ville, son impressionnant dôme plaqué de feuilles d’or dominant la ville et étant vu de loin ainsi que ces six hauts minarets élancés vers le ciel. Les routes d’accès sont devenues piétonnières agréablement décorées de verdures, de fleurs et de jets d’eau.

Histoire du sanctuaire

S. Fâtimah al-Ma‘sûmah(p) mourut à Qom le 10 du mois de Rabî‘ ath-Thânî (selon des sources historiques plus récentes) en l’an 201H. Moussa fils de Khazrâj fils de Sa‘ad al-Ash‘arî, un des notables de la ville de Qom, chez qui elle(p) avait trouvé refuge quand elle(p) tomba malade (empoisonnée ?) alors qu’elle(p) se rendait à Marw pour y rejoindre son frère l’Imam ar-Ridâ(p), l’avait enterrée à Qom et construit dans un premier temps un toit en natte.

Puis une coupole fut édifiée au-dessus de la tombe, puis un sanctuaire autour de la tombe puis un dôme.

Le dôme sera plusieurs fois détruit puis reconstruit, notamment en 1519 apJC. Le sanctuaire sera alors agrandi avec des propriétés attenantes et l’établissement d’une cour au sud. Il sera à nouveau agrandi au début du 17e s. Plusieurs bâtiments dont une école religieuse seront ajoutés.

Au début du 19e s., en 1803 apJC, le dôme principal sera recouvert de feuilles d’or et le sanctuaire à nouveau rénové, et cela à la faveur de la dynastie safavide qui y voyait un moyen de contrecarrer l’influence des religieux de Najaf et Karbalâ’.

Depuis, ce sanctuaire, devenu un haut lieu de pèlerinage, des pèlerins de plus en plus nombreux affluant du monde entier, connait sans cesse des rénovations, des aménagements, des agrandissements et des embellissements jusqu’à ces jours.

Description du sanctuaire

Il est devenu une grande mosquée avec une chambre funéraire (l’endroit où le cénotaphe a été déposé), 3 cours, 3 grandes salles de prières, 3 dômes et 6 minarets avec une immense enceinte et un gigantesque « iwan » (une grande salle voûtée en berceau brisé, fermée de trois côtés par des murs, mais béante de toute sa hauteur sur le 4e, donnant généralement sur cour) servant de portail d’entrée à la cour intérieure du mausolée. Sa superficie totale est de 38 000 m².

Les murs sont ciselés, recouverts de petits carreaux de céramique de couleurs ou de miroirs, donnant un éclat exceptionnel à ces lieux. Les cours contiennent chacune un bassin, apportant fraîcheur les jours de grande chaleur, à l’origine utilisé pour les petites ablutions. Son dôme principal, recouvert de sa parure dorée, est plus élancé que celui de son frère (l’Imam ar-Ridâ(p)) à Mashhad (marque d’une certaine féminité, selon certains pèlerins..). A côté, se trouve un autre dôme, plus massif, recouvert de briques, certaines d’une couleur dorée reflétant les rayons du soleil.

Le sanctuaire est en permanence fréquenté, depuis l’aube jusqu’à la moitié de la nuit et est bondé durant les moments de commémorations particulières comme ‘Ashûrâ’ ou le jour anniversaire du décès de s. Fâtimah al-Ma‘sûmah le 10 rabî‘ II ou de sa naissance le 1er Dhû al-Qa‘deh en 173H.

Pour se rendre à la sépulture-même, il faut traverser trois salles de prières où des sheikhs (Hujjat al-Islam et même Ayatollah) donnent des cours de droit islamique (fiqh), de Coran ou de dogme devant des centaines de personnes assises en tailleur à même le sol, avant ou après les moments de la prière.

Puis les pèlerins hommes et femmes se séparent pour approcher du cénotaphe, appelé « darîh », sorte de cage ou grillage entourant le tombeau, recouverte d’or et d’argent. La tombe où s. Fâtimah al-Ma‘sûmah(p) serait enterrée serait plus bas, au sous-sol.

Les murs de la chambre funéraire sont recouverts de belles fioritures sur fond bleu et de petits miroirs sur la partie supérieure et de plaques de marbre de couleur jaunâtre recouvertes de nervures, sur celle inférieure. Les pèlerins peuvent aisément y réciter la ziyârat et y prier sa prière, puis se rendre dans les pièces attenantes pour continuer les prières, les invocations et la lecture du noble Coran.

Sans parler des nombreux prodiges qui y sont évoqués, chaque pèlerin peut faire l’expérience spirituelle d’y trouver une quiétude d’esprit, de cœur, d’assurance, de réconfort et d’élévation vers Dieu.

De nombreux croyants aspirent à être enterrés aux alentours de ce sanctuaire, dans un grand cimetière (qui fut entièrement rasé par Reza Shâh et où des dalles uniformes ont remplacé les tombes démolies) ou dans le petit cimetière, de l’autre côté du sanctuaire, où reposent des compagnons des Imams(p), de grands savants et des martyrs de la guerre Iran/Irak.  Certains ont même eu le privilège d’être enterrés à l’intérieur de ce sanctuaire, comme, pour ne citer que quelques-uns, des membres de la famille d’Ahl al-Beit(p) tels les trois filles de l’Imam al-Jawâd(p) (le 9e imam) et de grands savants religieux ou ayatollahs comme shahîd Muttahari (1979), sheikh Mohammed Taqi Bahjat (2009). Encore tout récemment y a été enterré sheikh Hussein Kourani, un des fondateurs religieux et éthiques de la résistance islamique au Liban, décédé le 13 Moharram 1441 (la nuit du vendredi 13 septembre 2019).

 

Chaque jour, le sanctuaire offre un repas considéré comme béni, à des milliers de pèlerins, ravis d’être les invités de s. Fâtimah al-Ma‘sûmah(p).

Et, durant le mois de Ramadan, le sanctuaire distribue à ceux qui sont venus y prier la prière du maghreb, un paquet contenant une petite collation et accueille des centaines de pèlerins sur invitation pour leur offrir le repas de la rupture du jeûne dans une de ses cours intérieures.

Les faveurs de la visite de cette tombe

De nombreux propos sont rapportés sur les faveurs de la visite de cette tombe.

ºOn interrogea l’Imam ar-Ridâ(p) à propos de Fâtimah, fille de l’Imam al-Kâzhem(p), fils de Ja‘far(p). Il(p) répondit : « Celui qui la visite aura le Paradis. »

ºUn jour, « L’Imam ‘Alî fils de Moussa, ar-Ridâ(p) lui [Sa‘ad] dit :

-« Ô Sa‘ad ! Vous avez chez vous une tombe à nous.

-Que je sois en rançon pour toi, la tombe de Fâtimah fille de Moussa(p) ?

-Oui ! Celui qui la visite, la connaissant à sa juste valeur, aura le Paradis. » »

ºIl est rapporté de l’Imam al-Jawâd(p) : « Celui qui visite ma tante paternelle à Qom, aura le Paradis»

ºIl est rapporté de l’Imam as-Sâdeq(p) qui a dit [avant la naissance de Moussa(p)] :

« Dieu a un sanctuaire et c’est La Mecque. Le Messager de Dieu a un sanctuaire et c’est Médine. Le Prince des croyants a un sanctuaire et c’est Kûfâ. Et nous avons un sanctuaire et c’est Qom. Il y sera enterré une femme de ma descendance appelée Fâtimah. Celui qui la visitera, aura obligatoirement le Paradis. »(1)  Et selon une autre version, il est dit après ‘c’est Kûfâ.’ « Qum est la petite Kûfâ. Il y a pour le Paradis huit portes. Trois d’entre elles vers Qum où il y a une femme de ma descendance dont le nom est Fâtimah fille de Moussa. Mes partisans entrent tous au Paradis grâce à son intercession. »(3)

ºIl est rapporté de l’Imam ar-Ridâ(p) : « Celui qui visite al-Ma‘sûmah à Qum est comme celui qui m’a visité. »(4) 

*Cf. la vie de s. Fâtimah al-Ma‘sûmah dans L.S. No101 & un premier témoignage sur ce sanctuaire dans le No47.

(1)de l’Imam as-Sâdeq(p), Muntahâ, vol.2 pp378-380-Tiré du livre l’Imam al-Kâzhem(p), Ed. B.A.A. pp27-28.

(2)Bihâr, vol.60 p214

(3)Majâlis al-mu’minîn d’al-Qâdî NurAllah at-Tastarî, cité par Sha‘â’ir No90 p31

(4)Nâsikh at-Tarîkh, vol.7 p337 – Ash Ale Mohammed p31.

www.lumieres-spirituelles.net     No106 – Rabî‘ I & II 1442 – Oct.-Novembre-Déc. 2020


Articles précédents:

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)