1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2020-12-13 | Readers 225 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Zaynab Sulaymânî, un exemple de l’école d’« être Zaynabiyya »


Zaynab Sulaymânî, un exemple de l’école d’« être Zaynabiyya »*

Zaynab, fille du grand martyr Qassem Sulaymânî porte bien son nom ! Agée de près de 28 ans, elle(1) est un exemple vivant contemporain de ce qu’était sayyidah Zaynab(p) au moment de la tragédie de Karbalâ’ ! Après le martyre de son père, elle n’a pas hésité à prendre plusieurs fois la parole en public pour dénoncer ce lâche assassinat par la prétendue plus grande puissance en ce monde et donner une autre image de son père.

Lors des funérailles de son père, Zaynab prononça un discours dont voici des extraits :

« Durant 40 ans, Hajj Qassem a mené un combat infatigable contre les ennemis de l’Islam et de l’humanité, dans le navire de ‘Ashûra, sous la lumière de la Wilâyah(condition importante de la foi pour lui), en même temps, qu’il était un père tendre pour ses enfants et pour tous les enfants, un bon mari pour son épouse. » (…)

« Hajj Qassem était un homme stratégique dans les rapports de force avec l’ennemi. Dans les champs de bataille, l'amour du martyre le conduisait aux plus proches lignes des ennemis. Sa foi en Dieu annihilait l’ennemi, face à la grandeur du Pouvoir divin.

Mon père avait privé tous les arrogants, les tyrans et les takfiris du sommeil. Le nom de Hajj Qassem faisait trembler le nid du sionisme, du takfirisme et de l’arrogance ».

« Aujourd’hui la pensée et la lutte de mon père ont transformé le front de la résistance en une école institutionnalisée et victorieuse. Le monde entier, témoin de l’humiliation de l’arrogance, du sionisme et du takfirisme, l’a saisi. Les Etats-Unis doivent savoir que ‘Ashoura est la source du pouvoir des combattants et des hommes libres et celle de la peur des ennemis de l’Islam et de l’humanité. »

« Les Etats-Unis et les sionistes doivent savoir que le martyre de mon père a ravivé la conscience des hommes sur le front de la résistance et qu’il rendra encore plus noirs leurs jours, détruira leurs toiles d’araignée. »

« Le monde entier a été témoin de l’accueil chaleureux réservé par les Irakiens et les Iraniens aux dépouilles de Hajj Qassem et d’Abou Mahdi. Comme le disait mon père, M. Trump ! ton stratagème satanique pour diviser les deux nations iranienne et irakienne a été voué à l’échec ! Le martyre des deux grands combattants, Abou Mahdi et Hajj Qassem, témoigne de l’union historique entre les deux nations et leur haine éternelle envers les Etats-Unis. (…)

Les familles des soldats américains en Asie de l’Ouest connaîtront l’humiliation des Etats-Unis dans les guerres en Syrie, en Irak, au Liban, au Yémen, en Palestine et en Afghanistan, en passant leurs jours à attendre la mort de leurs enfants. »

« Symbole de l’ignorance, Trump ne doit pas penser que le martyre de mon père mettra fin à tout. Mon père avait un père(2) qu’il a accompagné et nous, nous l’accompagnerons à notre tour. (…)

Le monde entier sait que mon père est dans le cœur du peuple iranien, dans le cœur de l’Axe de la résistance, dans le cœur de tous les hommes libres à travers le monde.

Je promets à notre cher guide(2), que moi et tous les enfants de mon père, nous vivrons avec les souvenirs de mon père qui est toujours vivant et qui bénéficie des nourritures célestes, et nous garderons notre haine contre les tyrans », a-t-elle conclu.

Quelques jours plus tard, après la prière du vendredi 10 janvier 2020, devant une assemblée de fidèles, dans la mosquée de Kerman, la ville natale de son père, elle prit également la parole.

« Le porteur de l’étendard s’en est allé pour que l’Iran et les Iraniens restent.

Le martyr s’en est allé pour garder notre honneur sauf.

Il a montré au monde entier qui est le grand Satan ». (…)

« Mon père est comme un flacon de parfum, qui, brisé, répand sa senteur partout ».

Puis, elle ajouta en arabe : « A tous les oppresseurs sur terre, notamment les Etats-Unis et Israël, sachez que votre bêtise a éternisé le souvenir de mon père à jamais » (…)

« Le sang pur de mon père que vous avez versé sera le pont pour que nous priions à al-Quds ! »

*Cf. L.S. No83 « Être Zaynabiyyah » pp28-29 dans la rubrique ‘Le Jour mondial de la femme’.

(1)Très active en Iran, elle dirige une association destinée aux familles de martyrs de l’Axe de la résistance.

(2)en allusion au guide de la Révolution islamique, l’imam al-Khâmine’î(qDp), après l’imam al-Khomeynî(qs).

www.lumieres-spirituelles.net     No107 – Jumâdî I & II 1442 – Déc.-Janvier-Fév. 2021


Articles précédents:

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)