1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2021-03-14 | Readers 149 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Khaybar en Arabie Saoudite


Khaybar, en Arabie Saoudite 

où eut lieu la fameuse bataille de Khaybar en l’an 7H, entre les Musulmans et les tribus juives (qui violèrent les différents accords établis avec le Messager de Dieu, le Prophète Mohammed(s)  

et qui s’allièrent avec les associationnistes pour mettre un terme à la Religion de Dieu).

Khaybar désigne aujourd’hui un département administratif dépendant de la ville de Médine, situé à 170 km au nord de cette ville, sur la route internationale menant à Tabûk et au pays de Shâm, élevé au-dessus du niveau de la mer de 1173 m.

Les pèlerins prenant cette route pour aller au Hajj peuvent voir la vieille ville appelée localement « l’ancien Khaybar » ou « la palmeraie de Khaybar ».

La région de Khaybar est en fait une vallée connue pour ses palmeraies et ses délicieuses dattes, entourée par deux sortes de « murailles » volcaniques, parcourue par de nombreux petits ruisseaux et sources arrosant les palmeraies et les autres cultures. Elle comprend plusieurs petites agglomérations en plus de la ville de Khaybar.

 

Ses habitants

—Cette région aurait été habitée par les Arabes bédouins d’avant l’Islam jusqu’à l’arrivée des tribus juives qui occupèrent cet endroit et ses environs jusqu’à Yathrîb (Médine).

Certains remontent la première arrivée des Juifs dans cette région à l’époque de leur exode au temps de Nabuchodonosor. Leur seconde arrivée serait contemporaine à l’entrée de l’Empire romain dans le pays de Shâm, qui provoqua la dispersion des Juifs dans le monde, notamment dans la péninsule arabique (notamment au temps de l’empereur romain Hadrien).

Ce qui est certain c’est qu’ils y habitaient au 2e siècle apJC et qu’en l’an 138 apJC, trois tribus juives y pénétrèrent, celles de Qurayzhat, d’an-Nadîr et de Qaynaqâ‘. Au début de l’Islam, ils étaient au nombre de 20 000 et parmi eux des combattants chevronnés.

 

La vieille forteresse de Khaybar

—Quand les Juifs s’installèrent à Khaybar, ils dressèrent des forts pour se protéger des expéditions militaires des tribus avoisinantes et de leurs ennemis. Ils les installèrent au haut des montagnes, au milieu des roches, entourés de pierres dures. Et ils bouchèrent les ouvertures par des portes en fer et en bois, très difficiles à arracher. Ces forts ressemblaient à des colonies de peuplement fortifiées, protégées, permettant le séjour en toute sécurité.

—Il y a encore des traces de ces fortifications et de ces maisons, gardant leurs noms anciens, visitées jusqu’à ce jour par de nombreux visiteurs.

—Khaybar était divisé en deux parties :

-une partie comprenant 5 forts : la fortification de Nâ‘im, celle d’as-Sa‘b, la fortification et citadelle d’az-Zubayr, les forts d’Abî et d’an-Nazâr. Les trois premiers forts étant situés dans une région appelée « an-Natât » et les deux autres dans une région appelée « ash-Shaq ».

-l’autre partie, connue sous le nom d’« al-Katîbat » ne comprend que trois fortifications : celles d’al-Qamûs (de Banî Abî al-Haqîq), d’al-Watîh et d’as-Salâlam.

 

Les vieilles mosquées de Khaybar

On trouve trace de mosquées qui ont apparu après la victoire de Khaybar :

—La mosquée du Messager de Dieu(s) où le Prophète le plus noble aurait prié durant son séjour à Khaybar. Pour cette mosquée, il y a un large espace avec une roche sur laquelle le Prophète Mohammed(s) aurait prié. Les Musulmans y accomplissent la prière des ‘Aïds.

—La mosquée de l’Imam ‘Alî(p) qui est encore visible sous la forteresse que l’Imam ‘Alî(p) a conquise, où il(p) aurait prié et que les Musulmans visitent encore de nos jours.

—Les cimetières des martyrs de la bataille de Khaybar, situées à 5 km sur la route menant à « as-Safaq al-Ahmar ». Il y a, en cet endroit, beaucoup de vestiges indiquant la présence d’habitations.

La Bataillede Khaybar

èLes forts de Khaybar regroupaient, à cette époque, le plus grand nombre des Juifs de la péninsule arabique, accueillant ceux qui avaient fui Médine après avoir trahi le Messager de Dieu(s). Il est dit que les Juifs de Khaybar avaient enrôlé 10 000 combattants pour combattre les Musulmans et causer leur défaite. Aussi, ces forts représentaient-ils un grand danger pour l’Islam.

èAprès que Dieu (qu’Il soit Glorifié) eut donné la victoire évidente du traité de Hudaybiyyah et réalisé son triomphe politique et que les gens de Quraish eurent reconnu leur défaite et le leadership du Messager de Dieu(s) sur les Arabes, il restait la question des Juifs qui n’avaient cessé de violer les traités établis avec le Prophète Mohammed(s) et qui s’étaient allié avec les associationnistes pour combattre la religion monothéiste.

èLe Prophète Mohammed(s) était conscient du danger que représentait cette place forte de Khaybar. Aussi, dès le début de la septième année hégirienne, il(s) prépara une armée de près de 1400 combattants musulmans et une centaine de cavaliers et se dirigea vers Khaybar.

èEn chemin, ils apprirent que les grandes tribus polythéistes de Ghatafân s’étaient allié aux Juifs et avaient accepté de combattre les Musulmans, moyennant la récolte (ou sa moitié) des dattes de Khaybar de l’année. Mais, ces tribus, craignant les suites de cet engagement pour leur situation, y renoncèrent, se mirent de côté et rentrèrent chez elles.

èL’affrontement eut lieu durant le mois de Rajab en l’an 7H. Il est rapporté d’Ibn Is’hâq, selon sa chaîne de transmission : « Nous sommes partis avec le Messager de Dieu pour Khaybar. Quand nous fûmes proches de Khaybar et que les fortifications apparurent devant nous, le Messager de Dieu(s) dit : « Arrêtez ! » Les gens s’arrêtèrent. Il(s) dit : « Notre Dieu, Seigneur des sept cieux et de ce qu’ils couvrent, Seigneur des sept terres et de ce qu’elles portent, Seigneur des Shayâtîns et de ceux qu’ils ont égarés, nous Te demandons le bien de ce village, le bien de ses habitants et de ce qu’il y a à l’intérieur, et nous cherchons la protection auprès de Toi du mal de ce village, du mal de ses habitants et de celui de ce qu’il y a à l’intérieur (…). Avancez par le Nom de Dieu ! » »

èL’armée musulmane arriva à Khaybar de nuit. Ils établirent leur camp militaire tout autour. Quand le soleil se leva, les Juifs se réveillèrent, ouvrirent les portes de leurs forteresses et se rendirent à leurs travaux. Quand ils virent le Messager de Dieu(s), ils dirent : « Mohammed et l’armée ! » et ils rebroussèrent chemin, fuyant vers leurs forteresses.

Le Messager de Dieu(s) prédit alors : « Dieu est plus Grand ! Khaybar sera détruite ! Quand nous descendrons dans leurs demeures, quel mauvais matin pour ceux qui ont été avertis ! »

èIls les assiégèrent durant environ une dizaine de nuits. Selon certains dires, la première forteresse qui ouvrit ses portes fut celle de Nâ‘im, puis celle d’al-Qamûs, ensuite celles d’as-Sa‘ab fils de Ma‘âdh, d’al-Watîh et d’as-Salâlam. Il est également dit que c’est le fort d’al-Qamûs, qui était le plus grand fort de Khaybar, le plus fortifié, dont les habitants désobéissaient le plus aux Musulmans, que le Prince des croyants(p) vainquit seul, de la force de sa foi. Et il est également dit que c’est le fort de Nâ ‘im qui fut le dernier à se rendre.

èLe Messager de Dieu(s) avait envoyé un de ses compagnons avec un étendard blanc pour ouvrir Khaybar. Mais il revint bredouille. Le lendemain il(s) envoya un autre homme avec l’étendard, accompagné de combattants. Mais ils furent vaincus et revinrent accusant le porteur de leur étendard de lâcheté et lui de même vis-à-vis de ses hommes.

èUn bataillon de Juifs sortit avec en tête Yâser ou Nâshir – le frère de Marhab – et s’approcha du Messager de Dieu(s). Ce dernier(s) dit alors : « Je donnerai demain l’étendard à un homme qui aime Dieu et Son Messager et que Dieu et Son Messager aiment, qui attaquera sans cesse l’ennemi, sans vouloir s’enfuir ni revenir en arrière, jusqu’à ce que Dieu donne la victoire par ses mains. » Les gens voulurent savoir qui était cet homme.

Il(s) appela l’Imam ‘Alî(p) qui avait mal aux yeux et avait du mal à voir devant lui. Apprenant son état, il(s) prit de l’eau et la mit sur les yeux de l’Imam ‘Alî(s) quand il(p) se présenta. Il(p) n’eut plus mal et recouvra la vue.

Le Messager(s) lui remit alors l’étendard et dit : « Combats et ne te retourne pas jusqu’à ce que Dieu te donne la victoire ! » ‘Alî(p) demanda : « Ô Messager de Dieu, dans quel but je les combats ? » Il(s) dit : « Pour qu’ils attestent qu’il n’y a de divinité que Dieu et que je suis le Messager de Dieu. S’ils le font, ils auront protégé leur sang [vie] et leurs biens. Leur compte revient à Dieu Tout-Puissant. »

La sortie du Prince des croyants(p)

Il est rapporté d’Ibn al-Athîr : « L’Imam se dressa avec l’étendard, portant une armure rouge. Il(p) arriva à Khaybar. Un Juif se présenta à lui, lui demandant qui il était et l’Imam ‘Alî(p) se présenta.

Le premier Juif qui sortit était le frère de Marhab, un cavalier courageux. L’Imam ‘Alî(p) le combattit et le tua. Quand Marhab apprit la mort de son frère, il descendit rapidement portant deux cuirasses, deux épées et deux turbans ainsi que des lances. (…) L’Imam ‘Alî(p) dit : « Dieu est plus Grand ! » repris en cœur par les Musulmans présents, le combattit et le tua. Les Juifs vaincus fermèrent les portes de leur forteresse. L’Imam put s’approcher de la porte du fort et par la force de la foi, il arracha la plus grande porte – que même 40 hommes ne pouvaient porter – et la lança. Les Musulmans purent entrer dans la forteresse et l’emportèrent sur eux, le 24 Rajab 7H.

(d’après Sha‘â’ir, No26 Juin 2012 pp8-12)

www.lumieres-spirituelles.net     No108 – Rajab-Sha‘bân 1442 – Fév.-Mars-Avril 2021


Articles précédents:

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)