1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2021-04-08 | Readers 124 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

De l’importance de la mosquée


De l’importance de la mosquée

En l’honneur du 19e Forum de la prière qui eut lieu en octobre 2010, à Birjand, chef-lieu de la province du Khorasan du sud, l’imam al-Khâmine’î adressa un message sur l’importance de la mosquée dont nous reproduisons ici le texte en français.

Par le Nom de Dieu le Très-Miséricordieux, le Tout-Miséricordieux

L’apparition, en premier lieu à Qubâ’, puis à Médine, de ce qui fut appelé « mosquée », a été, sans aucun doute, la plus belle et la plus profonde des innovations de l'Islam, au début du fondement de la société islamique : Maison de Dieu et celle des hommes, lieu d’isolement intime avec Dieu et manifestation du rassemblement des gens, foyer de l’évocation et de l’ascension spirituelle et champ du savoir, de la lutte et de la gestion de ce monde, endroit des actes d’adoration [de Dieu] et base de la politique, dualités organiquement liées qui font apparaître l’image de la mosquée islamique et sa différence d’avec les lieux d’adorations connus des autres religions.

Dans la mosquée islamique, la ferveur et le ravissement de l’adoration sincère se mélangent à l’affirmation de la vie pure, rationnelle, saine et l’individu et la société se rapprochent du mode islamique de la vie en ce monde.  La mosquée est une manifestation du mélange de la vie ici-bas et de l’Au-delà, du lien entre l’individu et la société selon la vision et la pensée de l’école islamique. Avec une telle vision, nos cœurs palpitent pour la mosquée, s’emplit du désir et du sentiment de la responsabilité.

Aujourd’hui, les mosquées qui sont en mesure d’exposer une belle image de ferveur sont nombreuses. La présence de notre jeune et pure génération, de dignitaires religieux et d’enseignants lucides et sincères a rendu, en vérité, certaines de ces mosquées, des pôles d’évocation, d’adoration, de réflexion, de connaissance, et a laissé de précieux et chers souvenirs dans nos cœurs. (…)

L’accès facile à la mosquée représente un besoin primordial pour les croyants, les jeunes et les adolescents dans notre société. Un homme de religion pieux, raisonnable, expert et sincère à la mosquée, est l’équivalent du médecin et de l’infirmier à l’hôpital. Dans la mosquée il ranime l’esprit et la vie.  

Aussi, il incombe aux imams de la prière collective de considérer comme un devoir incontestable de se préparer aux soins médicaux spirituels [des fidèles], et aux centres des affaires des mosquées et aux haouzahs scientifiques (les écoles théologiques) de les aider en tout lieu, à cette tâche.  

Les mosquées doivent être des salles pour l’interprétation [du Coran] et l’étude des hadiths, des chaires pour les connaissances sociales et politiques, des centres pour le conseil et l’éducation morale. Les serviteurs des mosquées, leurs directeurs et leurs gardiens doivent attirer les cœurs purs des jeunes, et les animer de désir, d’enthousiasme de la jeunesse et d’esprit d’adoration. Il faut rendre l’ambiance des mosquées un lieu plein de vie et d’activités, tourné vers l’avenir et débordant d’espoir.

Il faut développer une entraide et un contact bien définis et adéquats entre la mosquée et les centres d’enseignement dans chaque quartier. Quoi de plus beau que les élèves remarquables soient encouragés dans tout quartier, dans la mosquée par l’imam de la prière collective devant tout le monde !

La mosquée doit établir des liens solides avec les jeunes qui se marient, avec ceux qui ont obtenu des succès scientifiques, sociaux, artistiques et sportifs, avec ceux qui se soucient d’aider les autres, avec ceux qui ont des soucis et qui cherchent qui va les soulager, même avec les bébés qui viennent de naître.

La mosquée doit être, dans chaque quartier, un lieu sûr, une cause de bienfaisance et de bénédiction. Elle ne doit pas a fortiori être un lieu de nuisance et de désagrément pour les voisins. La diffusion de sons désagréables, notamment la nuit, durant les moments de repos des gens, est un acte erroné et parfois même contraire à la charia. L’unique son qui doit être diffusé de la mosquée dans l’atmosphère est l’adhân [l’appel à la prière], fait d’une voix douce et agréable.

La construction de la mosquée et la préoccupation de sa décoration morale et apparente sont une obligation pour tous. Tout le monde doit y participer, selon ses capacités et sa détermination. Les gens, les municipalités, les appareils gouvernementaux doivent jouer leur rôle de ce point de vue et l’homme de religion savant, assumant ses responsabilités, pieux doit, en fonction de ses capacités, être un axe pour cette tâche sacrée.

Je demande à Dieu le Très-Haut la réussite pour tous (…) et que la Paix et la Miséricorde de Dieu soient sur vous !

Seyyed Ali Khamenei 18 mehr 1389 12 octobre 2010

www.lumieres-spirituelles.net     No109  - Ramadan-Shawwal  1442 – Avril-Mai-Juin 2021

A propos des deux premières mosquées construites par le Messager de Dieu(s)

˜La Mosquée de Qubâ’(la 1ère établie par le Messager de Dieu(s))

Après avoir quitté La Mecque (l’hégire) sur ordre de Dieu, vers l’an 622 ap. JC, le Prophète Mohammed(s) fit route vers Yathrîb (qui sera appelée par la suite Médine). Avant d’atteindre cette ville, il(s) passa par une localité appelée Qubâ’ située à environ 3 km de Médine où il resta quelque temps.

Selon certains propos rapportés, un ou deux jours après l’arrivée de l’Imam ‘Alî(p), il(s) aurait fondé sa première mosquée auquel il est fait référence dans le noble Coran {Celui qui a fondé son édifice sur la crainte et la satisfaction de Dieu est-il meilleur ou celui qui..  }(109/9 at-Tawba)

Un vendredi matin, il(s) demanda à l’Imam ‘Alî(p) de monter sur un chameau et de lâcher les rênes. Le chameau fit un tour complet sur une petite parcelle de terrain appartenant à une femme du nom de Liyat et s’agenouilla quand il arriva à son point de départ, délimitant l’emplacement de la première mosquée de l’Islam. Les premières pierres furent posées. Le Messager de Dieu(s) y pria la prière (de midi) du vendredi, avec les deux sermons, encore dans la direction d’al-Quds (Jérusalem).

˜LaMosquée de Médine (la 2nde établie par le Messager de Dieu(s))

Puis le Messager de Dieu(s) poursuivit sa route et se rendit à Yathrîb (Medine).

« Il y avait un terrain [à Médine] en face de la maison d'Abu Ayoub. Il a demandé à qui il appartenait. Ils ont répondu qu'il appartenait à deux orphelins. Il a acheté le terrain avec son propre argent et a demandé qu’on y construise une mosquée c’est-à-dire un centre politique, religieux, social et gouvernemental, et un lieu de rassemblement du peuple. Ce centre était nécessaire. Ils se sont donc mis à construire la mosquée.

Il n’a pas demandé qu’on lui offre gratuitement un terrain et n’a pas eu recours à la générosité des gens, il l’a acheté avec son argent. Bien que les deux orphelins n’aient ni père ni représentant, le Prophète (SAWA) a agi comme leur père et leur représentant, et a respecté totalement leurs droits.

Dans la construction de la mosquée, le Prophète(s) était lui-même le premier à se mettre au travail. Il n’a pas que donné un coup de pioche cérémonial mais a travaillé de toutes ses forces.

Sa démarche a encouragé les gens qui observaient la construction de la mosquée, les bras croisés. Voyant le Prophète(s) travailler si dur, ils ont pris, eux aussi, part à la construction et la mosquée fut construite en peu de temps. Le Prophète(s), ce guide suprême et puissant, a montré qu’il ne se reconnaissait aucun privilège et que si un travail était nécessaire, il devait lui aussi, s’acquitter de son devoir. »

(tiré des « Extraits de Discours de l’imam al-Khâmine’i,

sur la personnalité et la « Ba‘that » du Prophète de l’Islam(s) »,

 choisis parmi les discours prononcés de Juin 1979 à septembre 2012, p97)

www.lumieres-spirituelles.net     No109  - Ramadan-Shawwal  1442 – Avril-Mai-Juin 2021


Articles précédents:

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)