1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2021-06-06 | Readers 36 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Notre relation avec les biens/argent-Prelude (5)


L’amour (blâmable) pour les biens/argent(al-Mâl)

Prélude (5)

Nous continuons de voir l’approche islamique des biens/argent (al-mâl) et le fait de les aimer. Nous avons vu les bienfaits que peuvent représenter les biens/argent ainsi que les vices et les dangers qu’ils peuvent faire encourir à l’être humain. Et nous avons vu l’importance de la façon de se comporter avec. Nous continuons dans ce sens en approfondissant la question de notre rapport réel avec les biens/argent.

uMise en garde contre l’amour pour les biens/argent

Le noble Coran nous met en garde contre l’amour pour les biens/argent. Non seulement les biens/argent et les enfants sont un ornement de ce monde mais l’amour-même pour eux (les biens/argent) a aussi été enjolivé.

—Dieu Tout-Puissant dit dans Son noble Livre :

{Il a été enjolivé pour les gens l’amour des passions/instincts, des femmes, des enfants et les grandes quantités mesurées d’or et d’argent, les chevaux marqués, bétails et champs ; tout cela est l’objet de jouissance pour la vie en ce monde alors que c’est auprès de Dieu qu’a lieu le retour.}(14/3 Ale ‘Imrân)

—Ils ne constituent qu’un moyen pour satisfaire les besoins élémentaires.

Et en tant que tels, l’amour pour les biens/argent n’est pas premier, fondamental, mais secondaire, (…) instrumental. C’est pourquoi on ne peut pas dire que l’amour pour les biens/argent est un amour fondamental, naturel (fitri) dans l’être humain, mais un amour secondaire, tiré des choses dont il a besoin de façon directe. La richesse en tant que telle n’est pas quelque chose qui attire l’être humain mais ce dernier penche vers les biens/argent de façon secondaire en tant qu’ils permettent de satisfaire ses besoins. Et il [cet amour pour les biens/argent] apparaît dans l’être humain suite à son penchant fondamental vers ce dont il a besoin dans sa vie.

—Si l’amour pour les biens/argent et les richesses est devenu fondamental chez certaines gens, cela est un signe de la déviation de la fitra (la nature fondamentale) et l’oubli de l’essence.

(Al-Akhlâq fî-l-Qurân al-Karîm, de sh. Yazdî vol.2 pp285-286)

Il indique un suivi des passions/instincts (al-quwwah ash-shawâniyyah).

—De même, le Messager de Dieu(s) mettait en garde contre l’amour pour les biens/argent : « L’amour pour les biens/argent et pour les honneurs font pousser l’hypocrisie dans le cœur, comme l’eau fait pousser les plantes (ou verdure ou légumes) ». (Bihâr, vol.72 p205 H12)

uDes exemples tirés du noble Coran :

­1-Dieu Tout-Puissant cite dans Son noble Livre des effets négatifs de cet amour (blâmable) pour les biens/argent. Voici un exemple où l’amour (blâmable) pour les biens/argent prive de la clairvoyance :

{Leur Prophète leur dit : « Dieu vous a envoyé Tâlût (Saül)comme roi. » Ils dirent : « Comment aura-t-il la royauté sur nous alors que nous la méritons (la royauté)plus que lui et qu’il ne lui a pas été donné une abondance de biens ? » Il dit : « Dieu l’a préféré à vous et Il lui a donné en plus une excellence dans le savoir et le corps. Dieu donne Sa Royauté à qui (Il) veut et Dieu est Tout-Embrassant, Très-Savant. »}(247/2 al-Baqara)

Dans l’histoire de Tâlût (Saül), l’amour pour les biens/argent a pris le dessus sur les perfections morales au point de leur faire contester le choix de Tâlût par leur Prophète Samuel(p) pour être leur chef parce qu’il n’était pas riche. Cette réaction révèle un état de déviation de banî Isrâ’îl qui voyaient dans la richesse un critère pour être leur chef. Ainsi, on peut constater que les objectifs et les valeurs de banî Isrâ’îl avaient changé au profit d’un excès de biens et d’enfants, au point de considérer que le principe fondamental pour la valeur et la perfection humaine est l’argent/biens et les richesses. Celui qui possède des richesses serait plus apte à gouverner.

Banî Isrâ’îl adoraient Dieu et croyaient en le Prophète de Dieu(p). C’est pourquoi ils lui demandèrent de leur désigner un chef. Et malgré cela, ils ne reconnurent par la direction de Tâlût parce qu’il n’était pas riche, tant ils aimaient les biens/argent et les considéraient comme l’unique qualité pour diriger. (…)

­2-Cette attitude n’est pas propre à Banî Isrâ’îl. Il en est de même en ce qui concerne les associationnistes de La Mecque à propos du Prophète Mohammed(s) : {Et ils dirent : Pourquoi n’a-t-on pas fait descendre ce Coran sur un homme grandiose des deux cités ?}(31/43 az-Zukhruf)

(Al-Akhlâq fî-l-Qurân al-Karîm, de sh. Yazdî vol.2 pp295-296)

uDes exemples tirés des propos rapportés :

­3-un autre exemple, tiré des propos rapportés, donné par le Prophète ‘Issâ(p) où l’amour (blâmable) pour les biens/argent prive de dons divins : Les disciples du Prophète ‘Issa(p) fils de Mariam lui(p) demandèrent : « Qu’est-ce que tu as à [dans le sens « comment se fait-il que tu peux] marcher sur l’eau et nous, nous ne pouvons pas [faire] cela ? » Il(p) leur demanda : « Quelle place occupent chez vous le dinar et le dirham ? » Ils dirent : « Une bonne [place] » Il(p) dit : « Chez moi, ils sont à l’égal de la boue sèche. »                                                                        (cité par al-Mahajjah al-Baydâ’ d’al-Fayd al-Kâshânî vol.6 p42)

­4-Il est rapporté de l’Imam as-Sâdeq(p) : « Pour celui qui se réveille et se couche, et le monde ici-bas est sa plus grande préoccupation, Dieu place la pauvreté devant ses yeux et disperse(1) son ordre. Il ne reçoit de ce monde que ce qui lui a été imparti. Et pour celui qui se lève et se couche et l’Au-delà est sa plus grande préoccupation, Dieu place la richesse dans son cœur(2) et rassemble pour lui son ordre. »

(1)parce qu’il ne compte pas sur Dieu, ne regarde pas les causes de son état et ne sait pas d’où viennent ses moyens de subsistance alors il n’organise pas sa vie. Son cœur est secoué, dominé par la peur et le souci. Ses affaires ne se réaliseront pas comme il le désire, les soucis et le désespoir prennent le dessus.

(2)parce qu’il compte sur Dieu et qu’il est satisfait (al-qâna‘at) de son sort. Son esprit est pur, sa vision est claire et il est stable. Même ses besoins diminuent et ses actes s’organisent.

(Usûl al-Kâfî, vol.2 Kitâb al-imân wa-l-kufr, Bâb 312 Hubb ad-Dunia p308 H15 ;

cité par l’imam al-Khomeynî(qs) in 40 Hadîthann p152 & pp164-165)

uCondamnation claire assurant l’Enfer éternel :

—D’ailleurs, cette vision d’aimer à l’excès les biens/argent, nous voyons que Dieu la condamne fortement dans le noble Coran : {Par le Nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Malheur à tout calomniateur raillant de faceèqui amasse des biens/argent et les compte, èpensant que ses biens/argent l'immortaliseront. èMais non ! Il sera, certes, jeté dans la Hutamah. èEt qui te dira ce qu'est la Hutamah ? èLe Feu de Dieu attiséèqui monte jusqu’aux cœurs. è Il se refermera sur eux, en colonnes étendues.}(1 à 9/104 Humazat)

L’amour pour les biens/argent [non seulement] entraîne :

-des croyances erronées (faisant croire qu’ils donnent l’immortalité ou les épargneront du châtiment) ;

-la négligence de Dieu, de la crainte de Dieu ;

-l’orgueil, un sentiment de supériorité par rapport aux pauvres ;

-l’amour pour ce monde et la vantardise ;

[-mais aussi.. le fait de se croire assuré de l’Enfer éternel.]

 (Al-Akhlâq fî-l-Qurân al-Karîm, de sh. Yazdî vol.2 pp296-297)

uEn conclusion

—{Ni vos biens/argent ni vos enfants ne vous rapprocheront à proximité de Nous ; sauf celui qui croit et agit bien.}(37/34 Saba’)

« Les biens/argent ne sont ni une bonne ni une mauvaise chose en soi. Ils peuvent être une bonne chose s’ils sont une échelle, permettant à l’individu de s’élever et d’atteindre la perfection, comme ils peuvent être une mauvaise chose s’ils deviennent un obstacle, empêchant le perfectionnement. Dans ce dernier cas, il faut les abandonner. La valeur négative est liée à l’amour excessif pour les biens/argent qui empêche d’atteindre la perfection visée, d’accomplir de bonnes actions et qui pousse à commettre de vilaines choses. La valeur positive serait à l’ombre des motivations divines en suivant les rapports légaux justes dans l’acquisition de l’argent, sa dépense dans son utilisation pour obtenir la proximité de Dieu et la demeure élevée auprès de Dieu. »

(Al-Akhlâq fî-l-Qurân al-Karîm, de sh. Yazdî vol.2 pp299-300)

—« La vie en ce monde est placée pour l’éducation de l’être humain, sa mise à l’épreuve, son examen. Et à travers l’attraction vers cet ornement – pour qu’elle puisse être un moyen d’épreuve, il faut qu’elle ait un côté attractif –, l’individu apprend à se rapprocher de Dieu, à Le craindre, à acquérir les valeurs de la morale et accéder aux degrés de la perfection – et donc à ne pas tomber dans l’illicite et le péché. »

(Al-Akhlâq fî-l-Qurân de sh. Makârem ash-Shîrâzî vol.2 p96)

(Nous allons aborder dans les détails chacune de ces maladies provoquées par l’amour (blâmable) pour les biens et l’argent et nous commenceront, la prochaine fois, par l’avidité (al-hirs).)

www.lumieres-spirituelles.net     No110  - Dhû al-Qa‘dah-Dhû al-Hijjah 1442 – Juin-Juillet-Août 2021


Articles précédents:

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)