1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2021-10-01 | Readers 143 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La patience du Prophète Ayyûb(p)


La patience du Prophète Ayyûb(p)

Il est rapporté de l’Imam as-Sâdeq(p)(1) : « C’était à l’époque où Iblis n’était pas voilé du dessous de l’Arche. Quand il s’éleva, il vit les remerciements d’Ayyûb (le Prophète Job) [à Dieu]pour les bienfaits. Iblis en fut jaloux et dit : « Ô Seigneur ! Ayyûb ne Te remercie que pour les bienfaits que Tu lui as donnés en ce bas-monde. Si Tu le prives de ce bas-monde, il ne Te remerciera plus pour un bienfait. »

Il lui fut dit : « Je t’ai rendu maître de ses biens et de ses enfants. »

Alors, il descendit rapidement de crainte que la Miséricorde de Dieu Tout-Puissant ne l’atteigne [Ayyûb]. Il ne lui restait plus rien ni bien ni enfant.

Mais.. Ayyûb augmenta ses remerciements et ses louanges à Dieu !

Il [Iblis] dit : « Rends-moi maître de ses cultures ! »

Il lui fut dit : « Je l’ai fait. »

Il alla avec ses démons et souffla dessus y mettant le feu.

Mais.. Ayyûb augmenta ses remerciements et ses louanges à Dieu !

Il dit : « Rends-moi maître de son corps ! »

Il le rendit maître de son corps à l’exception de sa raison, de ses yeux, de sa langue et de son ouïe.

Iblis souffla sur lui [sur son corps]. Il(p) devint un ulcère de la tête aux pieds..

Mais il(p) resta à louer et à remercier Dieu, longtemps, jusqu’à ce qu’apparurent dans son corps.. des vers qui sortaient de partout. Il [leur] disait : « Retournez à votre place, là où Dieu vous a créés. » Il sentit mauvais et les habitants du village le chassèrent, le jetèrent dans les déchets en dehors du village. (…)

Quand l’épreuve dura et qu’Iblis vit sa patience, ses compagnons qui étaient dans les montagnes, arrivèrent effrayés.

Il dit : « Passez à côté de ce serviteur mis à l’épreuve et interrogez-le sur son épreuve. »

Ils montèrent des mulets gris, allèrent dans sa direction, s’approchèrent de lui. Les mulets furent effrayés par son odeur, alors ils avancèrent petit à petit puis marchèrent vers lui.

Il y avait, parmi eux, un jeune homme qu’ils mirent en avant.  

Ils s’assirent près de lui [du Prophète(p)] et dirent : « Ô Ayyûb, si tu nous informais de ton péché, car nous n’avons pas vu de gens mis à l’épreuve par de telles épreuves. Il y a certainement quelque chose que tu caches. [C’est-à-dire, « il doit y avoir une raison que tu caches pour que tu sois soumis à une telle épreuve ».] »

Ayyûb dit : « Par la Gloire de mon Seigneur, Il sait bien que je n’ai jamais mangé sans qu’il n’y ait à ma table un orphelin ou un faible qui mange avec moi. [Il sait bien] que ne m’ont pas été exposés deux ordres que je n’ai pris le plus pénible à mon corps»

Le jeune homme dit alors : « Que le mal soit sur vous ! Vous vous dirigez vers le Prophète de Dieu, vous l’injuriez pour faire apparaître le secret de [son] adoration de son Seigneur ! »

Ayyûb dit : « Si tu t’es assis pour chercher querelle, je vais t’indiquer mon argument. »

Alors Dieu envoya un nuage blanc dans lequel parla un locuteur de 10 000 (ou 6 000) langues : « Ô Ayyûb ! Indique-moi ton argument parce que Je suis Proche de toi et resterai toujours Proche ! »

Il serra alors contre lui un tablier et tomba à genoux et dit : « Tu m’as mis à l’épreuve par cette épreuve et Tu sais que ne me furent pas exposés deux ordres que j’ai suivi le meilleur(ou le plus pénible) à mon corps, et que je n’ai pas mangé sans qu’il n’y ait à ma table un orphelin. »

Il lui fut dit : « Ô Ayyûb ! Qui t’a fait aimer l’obéissance ? Qui a fait que tu adores Dieu alors que les gens sont insouciants, que tu Le loues, Le glorifies et que tu dises qu’Il est Le plus Grand alors que les gens en sont négligents ?  Est-ce que tu rappelles à Dieu un bien dont Dieu t’a fait don ? »

Il prit alors de la terre et la mit dans sa bouche, puis il dit : « C’est Toi, ô Seigneur, qui as fait cela de moi ! »

Alors Dieu fit descendre un Ange. Il frappa [la terre] de son pied et l’eau sortit.

Il le lava avec l’eau. Il redevint mieux que ce qu’il était.

Dieu lui fit pousser un verger vert et lui rendit sa famille, ses biens, ses plantations.

L’Ange s’assit près de lui et discuta avec lui. » 

(al-Akhlâq wa-l-adâb al-islâmiyyat, de Hay’at Mohammed al-Amîn

pp488-489, à propos de la patience (as-sabr))

(1)Abû Basîr interrogeant l’Imam as-Sâdeq(p) sur le Prophète Ayoub(p), in Tafsîr ath-Thaqalayn cité par sh. Makârem Shîrâzî dans son Amthal fî tafsîr kitâb Allah al-munzil, vol.14 p523.

(2)cf. les versets 83-84/21 al-Anbiyâ’ & 41-44/38 Sâd.

www.lumieres-spirituelles.net     No112 – Rabî‘ I & II 1443 – Oct.-Novembre-Déc. 2021


Articles précédents:

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)