1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2021-10-01 | Readers 103 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

L’avidité (al-hirs) (الحِرص) blâmable (2)


L’avidité (al-hirs)(2)

1-Sa définition (2)

Nous avons entamé l’étude d’une première maladie du cœur liée à l’amour (blâmable) pour les biens/argent : l’avidité (al-hirs). Nous terminons l’étude de la première partie, sa définition.

ö« Si l’être humain était réellement avide de s’attacher aux causes entraînant les ressources, il ne se serait pas appliqué à rassembler et à amasser les richesses.

Il est prouvé chez les gens rationnels – de façon indubitable – qu’amasser et épargner les richesses – qui est l’avidité en soi – sont des plus grandes causes de la pauvreté et des problèmes économiques.

L’avide – par sa forte convoitise – s’est aveuglé devant le monde des causes qui aboutissent à l’élévation et l’épanouissement, la bénédiction et l’abondance et s’est orienté vers l’avarice, la ladrerie, l’empêchement et l’amassement sans profit.

Comme il est connu que celui qui agit selon les causes [réelles] des ressources, est pourvu de l’auto-suffisance, de l’indépendance des gens.

Alors que l’avide s’oriente vers les gens, s’attache fortement à eux. Sauf que – malheureusement – comme la plupart des gens, il ignore les causes réelles et il pose à leur place des choses en prétendant qu’elles sont les causes.

Par exemple, ceux-là pensent que beaucoup de travail attire les ressources alors que le travail supplémentaire à la limite entraîne beaucoup de problèmes au niveau du corps, de l’âme [ce qu’on appellerait à l’heure actuelle le « burn out »(1)], de l’innovation, de l’attention aux occasions..etc.

L’équilibre spirituel, la force de l’âme, qui viennent des actes d’adoration, donnent à son détenteur une puissance énorme, lui permettant d’avoir une vision des choses de ce monde et d’autres, de façon beaucoup plus claire, quelque chose dont a besoin toute personne qui demande les ressources et ce bas-monde (ad-dunia).

öC’est pourquoi, l’avidité est évoquée comme étant un des soldats de l’ignorance, quand elle cause beaucoup de nuisances pour l’humanité.

L’imam al-Khomeynî(qs) dit : « Après que nous soit éclairci le sens de compter sur Dieu (at-tawakkul), apparait clairement le sens de l’avidité qui est son contraire et dont les effets sont mauvais. Elle est un des grands soldats de l’ignorance et d’Iblis. Même ! Pas moindre que les filets d’Iblis sur la capacité d’influencer l’être humain ! »(2) « Elle est en soi un mal, en tant que le mal lui est lié et qu’elle mène au mal. »(3)

L’ignorance est le contraire de la raison (pas du savoir). Et « la raison est la sauvegarde des expériences »(4) comme le dit le Prince des croyants(p) dans un propos dans lequel il(p) indique une des dimensions de la raison dans la vie du genre humain. Si l’être humain était raisonnable et tirait leçon des expériences, il ne serait pas du tout avide de ce monde ici-bas.

Al-Akhlâq al-madhmûmat ‘alâ daw’ fikr al-imâm al-Khomeynî(qs) pp353-354

öUn autre contraire de l’avidité – ce qui va nous permettre de mieux comprendre ce qu’est l’avidité – est le contentement (al-qanâ‘at).

Il est rapporté de l’Imam as-Sâdeq(p) :

« L’avide est privé de deux qualités (…).

Il est privé du contentement(al-qanâ‘at), alors il lui manque le repos ;

Et il est privé de la satisfaction(ar-ridâ), alors il lui manque la certitude. »(5)

 

Pour Sheikh Makârem Shîrâzî, « le contraire de l’avidité est le contentement (al-qanâ‘at) qui entraîne chez l’être humain la tranquillité, le calme, la justice, la réforme, la fraternité, la pureté dans les relations sociales. »(6)

Il en est de même pour sheikh an-Narâqî dans son Jâmi‘u as-Sa‘âdât :

ö« Le contraire de l’avidité est le contentement (al-qanâ‘at). Il est une faculté de l’âme qui entraîne la suffisance (al-iktifâ’) à la mesure du besoin et de la nécessité en biens/argent, sans effort ni fatigue dans la recherche de plus que cela.

C’est une qualité, une vertu sur laquelle s’arrête l’acquisition de toutes les autres vertus.

Son absence entraîne l’individu vers une mauvaise morale et les vices.

Celui qui se contente de la mesure nécessaire au niveau de la nourriture et de l’habillement, qui se limite au peu (…), libère son esprit de tout souci et peut se consacrer aux affaires de la religion et au cheminement sur la voie de l’Au-delà. 

Il est rapporté à propos du Prophète Moussa(p) :

« Moussa demanda à son Seigneur (qu’Il soit Exalté) : « Quel est Ton serviteur/adorateur le plus riche ? » Il répondit : « Celui qui est le plus content de ce que Je lui ai donné. » »(8) 

Il est rapporté de l’Imam as-Sâdeq(p) :

« Celui qui est content de ce dont Dieu l’a pourvu est le plus riche des gens. »(9) 

En étudiant l’histoire des Prophètes(p), nous voyons que l’avidité était présente dès le début de l’humanité, dans beaucoup de sociétés humaines et était la cause de beaucoup de maux.

C’est ce que nous allons voir la prochaine fois en abordant la deuxième partie de cette étude sur les marques/signes de l’avidité.

(1)Selon la définition du Larousse, le « burn out » : syndrome d’épuisement professionnel caractérisé par une fatigue physique et psychique intense, générée par des sentiments d’impuissance et de désespoir.

(2)Junûd al-‘aql wa-l-jahl de l’imam al-Khomeynî(qs) p211.

(3)Junûd al-‘aql wa-l-jahl de l’imam al-Khomeynî(qs) p205.

(4)Nahj al-Balâgha, De ses recommandations à son fils Hassan(p) No31 p561.

(5)Wasâ’il ash-shî‘at, vol.16 Bâb 64 p20 H4.

(6)al-Akhlâq fî-l-Qurân de sh. Makârem ash-Shîrâzî, vol.2 p67.

(7)Jâmi‘u as-sa‘âdât de sh. an-Narâqî, vol.2 p337.

(8)Jâmi‘u as-sa‘âdât de sh. an-Narâqî, vol.2 p338.

(9)Usûl al-Kâfî, vol.2, Kitâb al-imân wa-l-kufr, Bâb 249 al-Qanâ‘at, p147 H9.

www.lumieres-spirituelles.net     No112 – Rabî‘ I & II 1443 – Oct.-Novembre-Déc. 2021


Articles précédents:

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)