1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2021-12-02 | Readers 372 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Réflexions sur le sermon 80 du Nahj al-Balagha (fin 1)


Réflexions sur le sermon 80 du Nahj al-Balâgha (fin 1)

Intitulé « Après la bataille d’al-Jamal – du blâme des femmes »

2-Rappel des circonstances de la tenue d’un tel sermon en public(1)

Ce sermon a été prononcé à Basra après la bataille d’al-Jamal qui eut lieu près de cette ville le 16 jumâdî 2 en l’an 36H (~656 apJC), la première sous le califat de l’Imam ‘Alî(p) (35H-40H). Elle allait opposer l’Imam ‘Alî(p) à de fidèles compagnons du début, comme Zubeïr – cousin du Messager(s) qui avait même protesté contre le ‘Saqîfah’, un des rares compagnons qui avaient assisté à l’enterrement de s. Fâtimah(p)Talha et surtoutune des épouses du Prophète Mohammed(s), s. Aïcha. Alors qu’à cette époque, le principal danger pour la société islamique était Mu‘âwiyya, fils d’Abû Sufyân(2), qui avait publiquement annoncé son refus de prêter allégeance à l’Imam ‘Alî(p) et que le Prince des croyants s’apprêtait à affronter, l’Imam(p) allait se trouver à répliquer à la rébellion de gens apparemment proches.

C’est que ces derniers, appelés les « nâkithîna » (c-à-d les « déloyaux »(3), ceux qui enfreignentleur engagement), n’avaient pas supporté la perte de leurs privilèges, le fait qu’ils n’avaient pas été nommés gouverneurs – ayant cédé aux séductions illusoires de ce monde (le pouvoir, les richesses, la renommée).

Ils avaient réussi à mobiliser les gens de La Mecque, de Kufâ et surtout de Basra, sous le prétexte de venger l’assassinat de ‘Uthmân et s’étaient engagés à combattre l’Imam ‘Alî(p) par la force des armes. A la fin de cette bataille, Zubeïr et Talha furent tués et Aïcha assignée à résidence à Médine. Cette bataille fut vraiment une ‘finat’ pour tous les Musulmans !

Sérieuses mises en garde pour les générations à venir contre les dangers que peuvent encourir une nation désirant appliquer authentiquement l’Islam, le Message céleste, si elle ne prend pas garde à certains pièges du monde d’ici-bas, que l’on pourrait résumer par ces mots « l’amour pour ce bas-monde ».

D’autant que Zubeïr et Talha connaissaient très bien l’Imam ‘Alî(p) et savaient très bien ce qu’il(p) représentait le tutorat (al-wilâyat) qui devait assurer la Lieu-tenance (al-khalîfat) divine sur terre après le Messager de Dieu(s)).

3-Premier commentaire (selon l’apparence)

Au retour de cette bataille menée (sans gaité de cœur) pour la sauvegarde de l’Islam, l’Imam ‘Alî(p) tint ces propos devant les gens rassemblés (hommes et femmes, musulmans et non musulmans, croyants et non croyants). – A noter que c’est l’unique bataille (menée par le Prince des croyants(p)) où est évoqué le rôle direct d’une femme. Car c’est s. Aïcha qui avait encouragé, même poussé Talha et Zubeïr à prendre les armes contre le Prince des croyants(p) pour satisfaire leurs ambitions et leurs convoitises en ce bas-monde. Dieu Seul sait s’ils auraient osé mener cette bataille contre l’Imam ‘Alî(p) si Aïcha ne les y avait pas incités.

Quoiqu’il en soit, l’Imam ‘Alî(p) sentit la nécessité de mettre en garde tous les gens de Basra(4) (hommes et femmes) (en mettant en avant des arguments généraux tirés du noble Coran et de la législation islamique (comme nous allons le voir).

Il n’en reste pas moins que ce sermon ne semble pas très « charitable » envers les femmes au point d’être tenté de nier que de tels propos aient véritablement été tenus par l’Imam ‘Alî(p) (en mettant en avant la faiblesse de certains maillons de la chaîne de transmission), ou de dire que ce sermon ne concernait que s. Aïcha (pas toutes les femmes) et que, pour éviter de la viser directement (par respect pourson rang en tant que veuve du Prophète le plus noble(s)), l’Imam ‘Alî(p) aurait parlé de façon générale.

Qu’en est-il réellement ? Sermon faussement attribué à l’Imam ‘Alî(p) ? Une seule personne visée dans ce sermon ? Réalité de la femme ? Ou misogynie du Prince des croyants(p) ? Ou encore autres choses ?

Avant de trancher la question, nous allons d’abord voir, la prochaine fois, ce qu’il en est des sources rapportant ce sermon et confronter ce sermon au noble Coran, à la Tradition prophétique et même à la vie de l’Imam ‘Alî(p).

(1)Mawsû‘at at-Tarîkh al-Islâmî, vol.4 de sh. Mohammed Hâdî al-Yûsûfî al-Gharawî ; Nafahât al-wilâyat-Sharah ‘asrî jâmi‘ li-Nahj al-Balâgha, vol.3 p173 note 1 de l’Ayatollah Makârem ash-Shîrâzî ; en français, Histoire des premiers temps de l’Islam de Sadfar Hussein, traduit par al-Bostani-Cité du savoir.

(2)qui avait annoncé son adhésion à l’Islam en vue de reprendre le pouvoir perdu à La Mecque.

(3)désignant des Musulmans pratiquants, ayant prêté allégeance à l’Imam ‘Alî(p) au moment où il(p) accepta la charge de la Lieutenance, au contraire de Mu ‘awiyya.

(4)cf. aussi les sermons 13 & 14 pp97 & 98.

www.lumieres-spirituelles.net     No113  - Jumâdî 1 & 2 1443 – Décembre-Janvier 2022


Articles précédents:

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)