1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2022-01-31 | Readers 317 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Je l’ai vu devant mes yeux !


Je l’ai vu devant mes yeux !

J’étais infirmier (ou secouriste) de guerre au début de la guerre en Syrie. Mon rôle était de porter les premiers soins aux blessés de guerre sur le terrain. La bataille s’était embrasée et nous reçûmes l’information qu’un combattant avait été touché.

Nous nous rendîmes aussi vite que nous le pouvions à l’endroit où il était tombé, avec une voiture qui nous faisait office d’ambulance.

Alors que j’ouvrais la porte du véhicule pour descendre et m’approcher du blessé, un obus B10 tomba tout près de nous qui nous sépara de l’endroit où se trouvait le frère blessé.

Je fus moi-même blessé à la main et au pied et dus quitter le champ de bataille. [Mais heureusement ceux qui m’accompagnaient purent ramener le blessé.]

Mais la bataille était engagée et pas question pour moi de ne pas être aux côtés des combattants.

Je retournai rapidement au travail, et sous les feux du combat, je pus dégager un frère qui suffoquait sous les effets des obus et le tirer vers un endroit à l’abri. Je lui donnai les premiers soins nécessaires, en attendant que l’on puisse le transférer à l’hôpital.

Tout d’un coup, ce frère (qui suffoquait) se mit à pleurer et à m’indiquer le balcon d’une maison voisine. Je regardai mais ne vis rien.

Je lui demandai : « Qu’est-ce qui te fait pleurer ? »

En guise de réponse, il pleura de plus belle, m’indiquant avec insistance le balcon.

Au début, je pensai qu’il avait eu peur et qu’il était encore sous le choc du combat. Mais son insistance à m’indiquer le balcon me fit penser qu’il voulait m’informer de la présence d’un autre blessé là-bas.

Je me levai, emmenai des frères avec moi et nous nous mîmes à fouiller les lieux. Mais nous ne trouvâmes rien.

Je retournai auprès du blessé. Il allait mieux et était plus calme. Mais ses larmes continuaient à couler sur ses joues. Je lui demandai à nouveau : « Qu’est-ce qui te fait pleurer ainsi ? Qu’est-ce que tu cherchais à m’indiquer, parce que nous n’avons rien trouvé ? »

Il me prit soudain par la taille et se mit à me secouer en criant et en me jurant qu’il avait vu le Détenteur du Temps devant ses yeux : « C’était Lui(qa) qui était au balcon ! ».

 

Tiré de Zhilâl Zeinab (1), pp9-10

www.lumieres-spirituelles.net     No114 – Rajab-Sha‘bân 1443 – Février-Mars 2022


Articles précédents:

1444 (2022-2023)

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)