1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2022-05-28 | Readers 124 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Les défis de la Nation islamique


A quels défis se trouve confrontée la Nation islamique ?

D’importants bouleversements sont apparus sur la scène internationale ces derniers temps. Et les derniers évènements en Ukraine auront été révélateurs de la dislocation d’un monde, de la fin de la domination du monde occidental (ou plus précisément américano-sioniste). Face à une telle situation, les défis de la nation musulmane sont devenus plus grands encore ! S’agit-il seulement de trouver de nouveaux moyens de résistance face aux puissances arrogantes dominantes ou de passer à un niveau supérieur ?

« Le plus négligent/inattentif (aghfal) des gens est celui qui ne tire pas d’enseignement/ conseil/profit des changements d’un état à un autre du monde ici-bas. »(1)

Avec la guerre en Ukraine, on assiste à deux narrations radicalement différentes selon que l’on écoute les médias occidentaux ou ceux russes. Et les deux versions ne s’écartent pas seulement pour relater les faits de guerre en Ukraine, mais aussi pour décrire les buts, qualifier l’adversaire, les alliés et non-alliés, justifier les mesures prises à l’encontre de l’autre. Mise en scène ou réelle coupure du monde en deux (ou plus) ?

1)Le chef d’orchestre de cette nouvelle guerre : l’empire américano-sioniste

qui fait que les Européens s’entredéchirent à leurs propres frais. Et cela afin de remodeler une nouvelle situation internationale qui assurerait sa survie. Il y a ceux qui le suivent (prêts à en payer les frais en chairs à canon, à en subir les dommages sur les plans économique, financier, et même moral ou idéologique, avec des degrés différents d’acceptation) et il y a ceux qui refusent et se dressent contre (nous y reviendrons plus loin).

C’est que nous sommes à la fin de la globalisation économique qui avait permis aux Etats-Unis d’étendre leurs tentacules de domination sur toute la planète, mais qui avait aussi favorisé l’émergence de nouvelles puissances rivales. Aussi s’agit-il maintenant, pour l’empire américano-sioniste de reprendre les choses en main.

Il y a eu d’abord le raffermissement de l’axe anglo-saxon (avec la Grande Bretagne, l’Australie, le Canada) puis maintenant le ralliement du pôle européen, occidental, à travers ce conflit en Ukraine et la soi-disant menace russe !

C’est que les Etats-Unis sont en faillite totale !

Ils sont le pays le plus endetté au monde avec une dette de plus de 20 000 milliards de dollars ! Et cela, après la fin officieuse de la parité dollar/or, en 1971, la domination du capital financier sur leur économie, la mondialisation des capitaux, avec le dollar comme référence et la politique des prêts (avec le F.M.I.) avec un fort intérêt.

Pour y suppléer, commence ce que l’on pourrait appeler la « politique de rapines » :

le vol des réserves de l’Irak, de la Libye et de l’Iran,

l’application de sanctions unilatérales (en violation totale avec le Droit international à l’élaboration duquel ils ont pourtant contribué) avec le gel des comptes des pays sanctionnés (et de ceux qui violent qui ces sanctions) puis leur appropriation,

le détournement des dépôts bancaires, sous couvert de douteuses tractations,

et encore la résurgence du « prêt-bail », en inondant l’Europe d’armes pour une valeur de plusieurs dizaines de milliards de dollars, qui devront être remboursés par la suite, pour ne citer que ceux-là.

C’est que l’économie américaine ne se nourrit plus que de rapines !

Pour dissimuler tout cela, les moyens idéologiques mis en place ne sont pas moindres, avec d’une part cette politique de « formater » les peuples du monde, d’effacer leur identité, leurs valeurs, les fondements de leurs pensées.

Et d’autre part de mobiliser l’opinion publique mondiale autour de soi-disant causes « louables » comme

la « guerre contre le terrorisme » avec l’islamophobie et l’iranophobie.. (leur permettant de généraliser la terreur et en même temps d’y inclure ceux qui s’opposent à eux),

la « guerre contre le covid 19 » (imposant au monde entier un soi-disant vaccin, en violation des principes de l’éthique médicale)

et maintenant la « guerre contre la Russie » (développant un fanatisme exacerbé (avec l’emploi d’un langage diffamatoire, la diffusion d’informations biaisées), mobilisant les gens sur un mode affectif avec l’afflux des réfugiés (émouvoir pour distraire l’attention, masquer ce qui ne doit pas être vu et empêcher la réflexion)).

Et d’entrainer les peuples vers des divisions internes fictives (fitna) selon les circonstances de chaque pays (dans le cas de l’Ukraine, scinder l’église orthodoxe ukrainienne du patriarcat de Moscou, faire renier à sa population ses origines salves..).

L’empire américano-sioniste chercherait-il à provoquer une mutation globale de la société ?

Après le voilement de la fitra des populations, chercherait-il à aliéner leur raison ?

2)La riposte de la Russie aux agissements de l’empire américano-sioniste

Sans doute, ce qui est nouveau, avec le conflit en Ukraine, c’est qu’une grande puissance comme la Russie, non seulement refuse l’expansion de l’OTAN à ses frontières, mais réagit en prenant des mesures qui vont accélérer la dislocation de ce système américano-sioniste et ouvrir la porte à d’autres alternatives.

Comme le fait de lier le rouble à l’or, puis de lier les paiements énergétiques au rouble, favorisant ainsi la dé-dollarisation du marché mondial et remettant fondamentalement en cause la logique financière que l’empire américano-sioniste avait imposée à l’échelle mondiale et qui est uniquement liée à la capacité de la Réserve fédérale à imprimer des dollars à l’infini, et cela, en reliant l’argent à quelque chose de réel.

Et ces mesures prises par la Russie ne laissent pas indifférents d’autres pays émergents (malgré les pressions américano-sionistes) comme la Chine, l’Inde..

Ainsi, ces failles qui apparaissent dans le système mondial imposé par le « shaytân le plus grand » (pour reprendre l’expression de l’imam al-Khomeynî(qs)) laissent entrevoir l’émergence d’un nouvel ordre international dont la Nation islamique devrait pouvoir profiter.

3)Dans cette nouvelle situation, quels sont les nouveaux défis pour la Nation islamique ?

La République Islamique d’Iran et ses alliés ne se trouvent plus seuls à résister à ce diktat américain.

Mais en proclamant « ni Ouest ni Est », doivent-ils rester en dehors de ces évènements et se croiser les bras, faute de pouvoir faire quelque chose, ou au contraire profiter de cette nouvelle situation pour régler leurs problèmes ?

« Ces événements seront probablement suivis de processus compliqués et difficiles et c’est dans cette conjoncture que la République islamique devra faire preuve d’une présence douce et dure afin d’assurer la sécurité et les intérêts du pays et que celui-ci ne soit pas marginalisé ». (L’imam al-Khamine’î(qDp), 26/4/22)

On pourrait résumer les défis de la Nation islamique selon trois ou plutôt quatre niveaux :

1)D’abord résister par tous les moyens (politique, militaire, économique, idéologique, culturel..), là où elle se trouve agressée. La formation du front de la résistance en Asie occidentale (déjà mentionné dans le numéro précédent de la revue L.S. avec l’émergence de dirigeants savants, sages, pieux, comme en Iran, au Liban et au Yémen) va dans ce sens.

2)Mettre en avant les principes de dogme et d’éthique à laquelle elle se réfère, préliminaires à l’apparition de l’Imam al-Mahdî(qa)et à l’instauration de l’Argument à l’encontre de l’ensemble des Musulmans, notamment en encourageant le dialogue entre les peuples en cas de conflit et en établissant des alliances locales, régionales et mondiales.

3)Puis être un exemple dans la mesure des possibilités locales, notamment dans la lutte contre la corruption (que l’empire américano-sioniste encourage pour rester présent dans les pays et pouvoir s’ingérer dans leur politique), et contre toutes les formes d’injustice.

4)Enfin réfléchir sur un autre ordre mondial fondé sur les enseignements du Coran et les principes de l’Islam véridique, sur tous les plans : politique (en vue d’établir la justice et la paix), économique et financier (réfléchir par exemple sur les corroborations du « riba » interdit dans l’Islam que Dieu s’est engagé à anéantir(2), celles de la vente (al-bî‘) licite(3)et de l’aumône que Dieu s’est engagé à fructifier(cf. 275-276/2 al-Baqara), comme fondements de l’économie islamique), éducatif et didactique (en vue d’activer la fitra saine et développer les dispositions présentes en l’être humain), moral et dogmatique, voire gnostique..

« Seul le pouvoir de la résistance qui trouve son origine dans les enseignements du Coran et découle des règles religieuses du cher Islam, pourra résoudre les problèmes du monde de l’Islam et à leur tête, le problème de la Palestine ». (L’imam al-Khamine’î(qDp), 26/4/22)

{Qui vient en criminel à son Seigneur, aura certes l’Enfer où il ne meurt ni ne vit.

Et qui vient auprès de Lui en croyant, ayant fait de bonnes œuvres,

voilà pour eux les plus hauts degrés..}(74-75/20 Tâ Hâ)

(1)de l’Imam as-Sâdeq(p)du Messager de Dieu(s)in Bihâr al-Anwâr, vol. 68 p324 H12

عن الصادق (ع) قال: قال رسول الله (ص): أغفل الناس من لم يتعظ بتغير الدنيا من حال إلى حال.

(2)Le « riba » se réduit-il à l’usure ou a-t-il d’autres corrobora t ion s ?

(3)Nous n’avons pas abordé ici, faute de place, la question de la surexploitation de la terre à des fins commerciales, entraînant son appauvrissement, la surconsommation et la pollution à l’origine de catastrophes dites « naturelles » qui ne font que commencer à se faire sentir. In sha Allah, une autre fois.

www.lumieres-spirituelles.net N°116 - Dhû al-Qa‘dah-Dhû al-Hijjah 1443 - Juin-Juillet 2022

Assassinée de sang-froid !

Des sanctions prévues contre l’entité sioniste ?

Non, bien sûr ! Au maximum une déclaration du Conseil de Sécurité de l’ONU condamnant la mort de la journaliste palestinienne, qui restera sans lendemain, et une désapprobation générale des pays occidentaux pour faire bonne figure ! Et après ?

Shireen Abû Âqla était une femme palestinienne chrétienne de Jérusalem qui a vu son pays spolié par un occupant venu d’ailleurs, par monts et par vaux, et aux prétentions illégitimes.

Son « crime » aux yeux des sionistes, celui de s’être attelée à la dure tâche d’informer sur les exactions commises par l’occupant sioniste sur sa terre. Et d’avoir persévéré dans cette tâche pendant plus de 20 ans (à travers le canal d’al-Jazeera TV), malgré l’impunité dont jouit cette puissance occu­pante, violant avec arrogance le droit international, et malgré le silence complice des médias occidentaux.

Elle était la voix de la Palestine, montrant au monde entier, images ou vidéos à l’appui, com­ment l’occupant sioniste abat avec facilité les pales­tiniens dans la rue (hommes, femmes, enfants), détruit leurs maisons, incendie leurs récoltes, etc.

Elle a été tuée, le 11 mai 2022, par la balle d’un franc-tireur ciblant un endroit où ni son gilet pare-balles (où était inscrit « PRESSE ») ni son casque ne pouvaient la protéger.

Crime prémédité qui a eu lieu – jour pour jour – un an après le bombardement de la tour Jalaa à Gaza (où se trouvait la télévision al-Jazeera avec l’agence de presse américaine AP) qui s’était effon­drée en direct à la télévision.

Préméditation confirmée par l’intervention bar­bare de la police sioniste dans l’hôpital St Joseph (pourtant placé sous la responsabilité française), frappant les membres présents de la famille de la martyre, lançant des grenades lacrymogènes, tirant des balles en caoutchouc et s’acharnant plus parti­culièrement sur les porteurs de son cercueil, voulant empêcher la procession funéraire dans les rues d’al-Quds (Jérusalem) vers une église de la Vieille Ville où une messe a été célébrée, puis au cimetière où elle a été enterrée ! Et à la fin, par l’arrestation de l’un des porteurs du cercueil le 16 mai !

Signe que l’entité sioniste est à bout de souffle !

Des sanctions sont-elles prévues contre l’en­tité sioniste à l’instar de ce qui est fait contre la Russie ?

Ou, comme d’habitude, ce sont ceux qui dénoncent les crimes sionistes et cette violation flagrante de la liberté de la presse, qui seront réprimés, ceux qui veulent sanctionner cette entité usurpatrice en boycottant ses produits, qui seront poursuivis ?

Voilà la conception de la liberté de la presse et le sens de la démocratie à l’occidental !

Mais ceux qui se rendent complices de tels faits, ne serait-ce que par leur silence, ne savent-ils pas qu’ils auront à la fin le même sort que ces criminels ?

Alors avec Pharaon ou avec le Prophète Moussa(p) ?

www.lumieres-spirituelles.net N°116 - Dhû al-Qa‘dah-Dhû al-Hijjah 1443 - Juin-Juillet 2022


Articles précédents:

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)