1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2022-07-27 | Readers 191 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Al-Abwâ’, en Arabie Saoudite


Al-Abwâ’, en Arabie Saoudite, lieu

—de la tombe de la mère du Prophète Mohammed(s)

—de la 1ère expédition militaire du Prophète(s) après son émigration

—de la naissance de l’Imam Moussa al-Kâzhem(p)

Al-Abwâ’ est une petite bourgade de près d’une dizaine de milliers d’habitants, située entre Médine et La Mecque, plus exactement à 170 km de Médine et à 200 km de La Mecque. Le petit nombre des habitants de cette localité rurale provient principalement d’une forte émigration vers les grandes villes.

Avant l’apparition de l’Islam, à l’époque dite de l’ignorance, al-Abwâ’ constituait une étape importante pour les caravanes des Arabes bédouins qui, venant de Médine (Yathrîb), y faisaient une halte avant de se rendre à La Mecque. Ils profitaient de ses cultures et de ses sources d’eau abondantes.

 

—C’est là que la mère du Prophète Mohammed(s), Amina fille de Wahab, fut enterrée.

Elle s’était rendue de La Mecque à Médine avec son fils Mohammed (le futur Messager de Dieu(s) alors âgé de 6 ans) pour visiter la tombe de son mari (le père du Prophète) Abdallah fils de ‘Abd al-Muttaleb. Sur le chemin de retour, elle tomba malade à al-Abwâ’ et y mourut. Elle fut alors enterrée sur place.

 

—C’est là qu’eut lieu la première expédition militaire menée par le Prophète Mohammed(s), un an après son émigration de La Mecque et son installation à Yathrîb (qui devint la ville de Médine), durant le mois de Safar. C’était son oncle Hamzeh(p) fils d’Abd al-Muttalib qui avait porté l’étendard du Prophète(s) durant cette expédition. Le Prophète resta tout le mois de Safar en cet endroit.

 

—C’est là qu’eut lieu également la naissance du 7e Imam, l’Imam Moussa al-Kâzhem(p)(1), le 7 Safar 128H, un dimanche [lors du dernier calife omeyyade Marwan]. Son père, l’Imam Ja‘far as-Sâdeq(p) et sa mère Hamîdah (une esclave affranchie provenant d’Afrique du nord ou d’Andalousie) étaient en chemin entre La Mecque et Médine, et avaient fait une halte à al-Abwâ’. C’est alors qu’Hamîdah le(p) mit au monde.

Il est rapporté d’Abû Basîr qui raconte le moment de sa naissance : « J’étais avec Abû Abdallah(p) l’année où naquit son fils Moussa(p). Quand nous nous arrêtâmes à al-Abwâ’, Abû Abdallah nous servit copieusement un très bon repas ainsi qu’à ses compagnons. Nous étions en train de manger quand arriva un envoyé de Hamîdah [rapportant ses paroles] : « Les douleurs de l’accouchement ont commencé et tu m’as ordonné de ne pas te devancer pour ce fils. » Abû Abdallah(p) se leva, très heureux. Il ne tarda pas à revenir, les bras nus, riant à pleines dents. Nous lui dîmes :

-« Que Dieu te fasse rire et que tes yeux se réjouissent ! Qu’a fait Hamîdah ?

-Dieu m’a fait don d’un fils qui est la meilleure créature de Dieu. Elle m’a informé de quelque chose que je savais mieux qu’elle !

-Que je sois en rançon pour toi ! De quoi t’a-t-elle informé ?

-Elle m’a rappelé que quand il est sorti de son ventre, il est tombé les mains posées à terre, levant la tête vers le ciel. Je lui ai alors dit que c’était la marque du Messager de Dieu(s) et celle de l’Imam(p) après lui(s). » (…) Puis il(p) ajouta : « Il est, par Dieu, votre maître après moi. » » (Bihâr, vol.48 p3 H2 – Al-Irshâd de Sheikh al-Mufîd, Mu’assassat al-a‘lamî, p290)

Il est rapporté de Minhâl al-Qassâb qui raconte : « Je suis sorti de La Mecque pour me rendre à Médine. Je suis passé par al-Abwâ’ et Abû Abdallah venait d’avoir un fils. Je le devançai à Médine. Il(p) y arriva le jour suivant et offrit à manger aux gens pendant trois jours. Je mangeais avec ceux qui mangeaient et je restais sans manger jusqu’au lendemain, jusqu’au moment où je revenais et mangeais. Je restai ainsi pendant trois jours : je mangeais jusqu’à satiété et je ne mangeais rien jusqu’au lendemain. » (Bihâr, vol.48 p4 H4)

(Cf. L’Imam al-Kâzhem(p)-La préparation de l’alternative, p18 aux Ed. B.A.A.)

 

 

Malheureusement on ne trouve pas grand-chose comme vestiges de ces évènements grandioses, suite à la négligence de certains et à la politique des autorités saoudiennes d’effacer toute trace du passé béni.

 

ØPendant des centaines d’années, les pèlerins qui se rendaient à La Mecque pour effectuer leur pèlerinage (Hajj), faisaient une halte à al-Abwâ’, priaient sur la tombe d’Amina, la mère du Prophète(s), à l’instar du Prophète(s) lui-même comme en témoigne Abdallah ben Mas‘ûd :

Il est rapporté de ‘Abdallah fils de Mas‘ûd : « Un soir, le Messager de Dieu(s) sortit visiter les tombes et nous partîmes avec lui. Il nous demanda de nous asseoir à un endroit et il se rendit parmi les tombes jusqu’à arriver à l’une d’entre elles. Il s’arrêta et s’entretint longuement, intimement avec Dieu. Ensuite, il(s) se mit à pleurer et nous, nous mîmes à pleurer de ses pleurs. Il(s) dit alors : « La tombe auprès de laquelle vous voyez que je pleure, est celle de ma mère, Amina fille de Wahab. » »

Le lieu était connu de tous et avec le temps, un petit sanctuaire avait été construit au-dessus de la tombe, avec des pierres peintes en vert et un tissu vert qui recouvrait la tombe.

A l’époque de l’Empire Ottoman, une petite coupole fut même construite au-dessus de la tombe.

Bien qu’il soit confirmé, de sources religieuses (la sunna) et historiques, que la tombe de la mère du Prophète(s) se trouve bien à al-Abwâ’, il n’en reste plus de trace claire. Les wahhabites aux aguets tentent d’empêcher les pèlerins de visiter les lieux, d’essayer de retrouver le lieu supposé de la tombe de sayyida Amina, ou même de se regrouper pour réciter une ziyârat à elle en une direction supposée, comme le faisait, plus d’un millier d’années avant, le Prophète Mohammed(s).

 

ØOn trouve en cet endroit des vestiges de deux mosquées dans lesquelles le Prophète Mohammed(s) aurait prié, une située au centre d’al-Abwâ’ (avec des traces de murs en pierres noires) et l’autre à son entrée sud, en direction de La Mecque où les pèlerins allant au Hajj font encore halte pour y prier.

 

ØApparaissent également des vestiges d’anciens marchés, dans le quartier de « Qabîlah » sur le bord de la route, avec, à côté, une vieille mosquée, et ailleurs..

 (1)cf. L’Imam al-Kâzhem(p)-La préparation de l’alternative, aux Ed. B.A.A.

www.lumieres-spirituelles.net     No105 – Moharram-Safar 1442 – Août-Septembre-Oct. 2020


Articles précédents:

1444 (2022-2023)

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)