1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2022-09-22 | Readers 43 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La machine à tricoter d’Oum Jamîl !


La machine à tricoterd’Oum Jamîl !

« J’avais un atelier de couture dans une des villes du nord de la Syrie.

Un jour, je reçus la visite à l’atelier de la femme de mon voisin qui avait rendu l’âme il y avait quelques jours. J’en fus surpris. Elle avait à sa charge trois enfants qu’elle élevait avec courage et ma femme restait en contact avec elle.

Elle me dit : « Il y a une machine à tricoter à la maison. Mon mari travaillait dessus mais nous ne savons pas l’utiliser. Est-ce qu’il est possible de l’apporter à l’atelier et de vous la louer ? Cela m’aidera à subvenir aux besoins de ces orphelins (en désignant ses enfants).»

Je ne pouvais pas refuser une telle demande et lui dis de m’envoyer la machine.

Quand elle vint avec la machine, je vis qu’elle était d’un modèle très ancien et que je ne pourrais pas du tout l’utiliser mais je ne voulais pas décevoir cette femme qui avait à sa charge trois orphelins.

Je lui demandai : « Combien voulez-vous pour la location de cette machine ? »

Elle me répondit : « Trois mille livres ! » A cette époque, il y a environ 20 ans, bien avant le début de la guerre, cela représentait quelque chose.

Je pris la machine et lui dis : « Que Dieu vous récompense ! »

Je plaçai la machine dans un coin de l’atelier (parce qu’elle ne nous était pas utile).

Et tous les mois je lui donnais ses 3000 livres.

Nous sommes restés ainsi pendant dix ans. Oum Jamîl – c’est ainsi qu’elle s’appelait – touchant tous les mois ses 3000 livres sans savoir que j’avais mis sa machine dans un coin de l’atelier.

Après dix ans, nous quittâmes le quartier pour nous installer à la périphérie de la ville. Au moment de déménager les machines, je dis aux hommes de main de prendre aussi celle d’Oum Jamîl. La directrice de l’atelier protesta, ne voyant pas l’intérêt d’emporter une machine inutilisable. Je lui dis que cela ne la regardait pas et lui demandai de faire ce que je lui demandais.

Les années passèrent… et la guerre commença en Syrie [en 2011] ..

Nous quittâmes un temps l’atelier qui se trouvait en plein cœur des lieux d’affrontements.

Et nous perdîmes le contact avec Oum Jamîl. J’essayais par tous les moyens de la retrouver mais personne ne savait où elle était partie avec ses enfants et son téléphone était fermé.

Quand la situation se calma, nous voulûmes retourner à l’atelier.

On nous avait dit que toute la région où nous nous étions installés avait totalement été détruite et qu’aucun atelier n’avait été épargné…

Quand je m’y rendis, je vis effectivement que tout avait été détruit sauf… mon atelier !

Peu de temps après, je reçus un coup de téléphone de ma directrice d’atelier qui m’avait quitté pour aller s’installer en Europe.

Elle me dit : « Il faut que je vous raconte un rêve que j’ai eu.

En rêve une voix m’a dit : « Dis à un tel (c’est-à-dire vous) ceci : « Par la bénédiction de la machine d’Oum Jamîl, nous avons protégé ton atelier. » »

En entendant cela, je frissonnai et des larmes me montèrent aux yeux.

Je dis : « al-Hamdullillah wa ash-shukr lillah », remerciant Dieu (qu’Il soit Glorifié), ému par cette annonce.

En effet, rien n’avait manqué dans mon atelier, pas même une aiguille alors que toute la région avait été détruite et pillée… Il me vint alors à l’esprit ce noble verset coranique :

{Ce qui se trouve chez vous s'épuise, et ce qui est auprès de Dieu subsiste.}(96/16 an-Nahl)(1) »

(1)96/16 an-Nahl : مَا عِندَكُمْ يَنفَدُ وَمَا عِندَ اللّهِ بَاقٍ

www.lumieres-spirituelles.net     No118 – Rabî‘ I & II 1444 – Octobre-Novembre 2022


Articles précédents:

1444 (2022-2023)

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)