1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2023-07-15 | Readers 485 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le Sanctuaire du Prophète Yûnus (Jonas)(p) (1) en Irak


Le Sanctuaire du Prophète Yûnus (Jonas)(p) (1) en Irak

Où est enterré le Prophète Yûnus(p) ? C’est une question que l’on pourrait se poser pour la majorité des Prophètes(p). En ce qui concerne le tombeau du Prophète Yûnus(p), plusieurs endroits sont évoqués. Les deux (ou trois) principaux sont  situés soit en Palestine occupée et soit en Irak(1). Il y a aussi le Liban, au bord de la mer, à l’endroit où la baleine l’aurait craché. Mais il est peu probable qu’il(p) y ait été enterré malgré les prétentions locales. Cette fois-ci, nous allons visiter le tombeau du Prophète Yûnus(p) en Irak, à Mossul.

Il existe (ou plutôt il existait) au nord de l’Irak, dans la région de Mossul (lieu habité depuis des millénaires), un sanctuaire consacré au Prophète Yûnus(p). La mosquée était construite autour de la tombe présumée du Prophète Yûnus(p), sur les ruines d’une ancienne église assyrienne. En effet, le Prophète Yûnus(p), envoyé par Dieu (qu’Il soit Glorifié) auprès des habitants de cette région au 8e siècle avt JC, était vénéré dans la région tant par les Chrétiens que par les Musulmans. Malheureusement, cette mosquée fit partie de ces innombrables lieux de culte profanés et détruits par le groupe terroriste takfiri Daesh (créé, entraîné et stipendié par les Etats-Unis et leurs alliés) en 2014.

Pendant des siècles, le site, réputé pour ses sépultures ornées et son intérieur richement décoré, attirait chaque année des milliers de pèlerins (chrétiens, musulmans et touristes), venant de tout l’Irak et du monde entier. Aussi c’est avec une certaine nostalgie que les Irakiens de la région parcourent l’une des rares colonnades qui a survécu à l’explosion, se rappelant les nombreux visiteurs rassemblés pour prier dans le sanctuaire, invoquer Dieu, les mains tendues vers Lui,et demander l’intercession du Prophète Yûnus(p), la main posée sur la présumée tombe. Sans doute, la découverte de ruines d’un ancien palais assyrien qui remonterait aux environs de 600 ans avant J-C serait la cause du retard de la reconstruction de ce sanctuaire du Prophète Yûnus(p).

En attendant de voir à nouveau se dresser ce sanctuaire au haut de la colline, voici quelques éléments de ce qu’il était avant sa destruction et de ce qu’il est devenu après le 24 juillet 2014.

UN APERÇU HISTORIQUE DE SA CONSTRUCTION

uLe sanctuaire était bâti sur un tombeau datant du VIIIe siècle avant J.-C. (de l’époque du Prophète Yûnus(p)), réputé contenir la dépouille du prophète Yûnus (p), en haut d’une colline appelée « at-Tawba » (le repentir)(2), sur la rive gauche du fleuve Tigre, ayant une vue sur toute la ville et les environs. Pour y accéder, il fallait gravir de nombreuses marches, à l’image des efforts de l’esprit s’élevant vers Dieu (qu’Il soit Exalté). Elle était la plus ancienne mosquée de la ville de Mossul.

uEn l’an 183H, des ascètes musulmans avaient installé, au haut de la colline dite du « Repentir » (at-Tawba), un lieu de culte pour eux (en mémoire du peuple de Ninive qui s’était repenti, duquel Dieu (plein de Miséricorde) avait écarté Son Châtiment)(2).

uEn l’an 279H, le calife/roi abbasside al-Mu‘tadid bi-llâh (279-289H/892-902 apJC) bâtit une petite bâtisse où les Musulmans pouvaient trouver refuge.

uEn 332 H al-Mas‘ûdî raconta qu’il avait vu à Mossul une mosquée appelée « Mosquée at-Tawba » que les gens visitaient et dont ils tiraient des bénédictions.

uCe n’est qu’à la fin du 4e siècle hégirien, que le lieu (qui s’était entretemps agrandi) fut connu sous le nom de la « Mosquée de Yûnus », nom donné par des ascètes considérant ce lieu d’asile comme sacré en tant que lieu du repentir des habitants de Ninive auprès de qui Dieu (Tout-Miséricordieux) avait envoyé le Prophète Yûnus(p). (1)(2)

uDans le registre des évènements évoqués pour l’année 580H, on peut lire que ce lieu était couvert, fermé par une porte ciselée, qu’il était un lieu de visites et de demandes de bénédictions et que s’y trouvait une source bénie, une eau que les habitants de Mossul buvaient et avec laquelle ils se purifiaient.

uEn l’an 767H (~ 14e s. apJC), le gouverneur (walî) de Mossul, Jalâl ad-Dîn Ibrâhîm, renouvela le bâtiment du sanctuaire et construisit un beau mihrâb avec différentes décorations et inscriptions coraniques. C’est durant les travaux qu’il découvrit une tombe unique en ce lieu élevé –  signe de considération du mort de la part des habitants – qu’il attribua au Prophète Yûnus(p). Il construisit alors une coupole au-dessus. A partir de ce moment, la mosquée fut considérée par tous comme le sanctuaire du Prophète Yûnus(p).

uPuis, au cours des années, le sanctuaire connut divers élargissements, ajouts, notamment le minaret construit d’abord en l’an 1228 H puis plusieurs fois renouvelé.

LE SANCTUAIRE AVANT SA DESTRUCTION CRIMINELLE

uSes dernières rénovations (intérieures comme extérieures) remontaient aux années 1990 (1989-1992), donnant un caractère encore plus prestigieux à cette mosquée.

uLe chemin de terre aux marches étroites, d’accès au sanctuaire fut remplacé par une quarantaine de marches larges, habillées de pierres, entourées d’arbres et de verdure et deux voies pour les voitures, une montante et l’autre descendante.

uDe plus, ont été ajoutés des bâtiments pour loger ceux qui travaillaient d’une façon ou d’une autre au sanctuaire, des lieux pour les ablutions.

uLes bâtiments existants (le lieu de prière, le sépulcre, la librairie, etc.) furent rénovés et décorés de nouvelles décorations, d’inscriptions coraniques(3)et autres.

uLes murs furent recouverts de pierres blanches tirant sur le jaune.

Enfin, le minaret et la mosquée furent pourvus de centaines de formes d’éclairage liant le sanctuaire au ciel.

Les visiteurs venaient du monde entier, en plus des pays avoisinants, du Maroc, du Soudan, de Malaisie, d’Inde et même d’Europe, pour visiter la noble sépulture.

Tout cela c’était avant la date fatidique du 24 juillet 2014. Vers la fin du mois de Ramadan 1435H – alors que c’était l’époque où les Musulmans aimaient le plus se réunir dans la mosquée –,des éléments du groupe terroriste takfiri de Daesh placèrent des explosifs dans certains endroits de la mosquée, la faisant voler en éclats, après avoir pillé ses riches trésors, dons des visiteurs(4).

De ce magnifique bâtiment qui se dressait superbement sur la colline et qui dominait la ville et ses alentours, il ne reste plus que des ruines.

(1)la Palestine occupée correspondant à sa région d’origine et l’Irak, à la région où Dieu (qu’Il soit Exalté) l’a envoyé.

(2)Cf. le verset 98/10 Yûnus.

(3)Notamment le verset suivant (35/24 an-Nûr){Dieu est la Lumière des cieux et de la terre (…), Dieu dirige à Sa Lumière qui (Il) veut.}- الله نور السموات والأرض (...) يهدي الله لنوره من يشاء

(4)Plus de 700 objets auraient été pillés pour le seul tombeau, selon le ministère irakien de la culture.

www.lumieres-spirituelles.net     No123 – Muharram-Safar 1445 – Juil.Août.Sept. 2023


Articles précédents:

1445 (2023-2024)

1444 (2022-2023)

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)