1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
  25. Éduquer nos enfants
2023-07-15 | Readers 460 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

1-Les piliers de l’éducation de nos enfants (4)


1-Les piliers de l’éducation (4)

A partir du numéro 120 de la revue, nous avons commencé à publier les fondements et les principes de l’éducation islamique de nos enfants, valables aussi bien au niveau de la famille qu’à celui des écoles. Pour cela, nous avons choisi de traduire les principaux passages du livre « L’éducation des enfants »(1) de s. Abbas Noureddine(2). La 1ère partie aborde la question des fondements et des principes de l’éducation islamique. Nous sommes en train de voir le chapitre concernant ce dont nous avons besoin pour éduquer nos enfants, qui a été résumé en sept points : 1-la sagesse et 2-l’amour et la miséricorde (vus les deux dernières fois) ; 3-partir des dispositions et des aptitudes des enfants (que nous allons voir maintenant) ; 4-savoir comment affronter les obstacles ; 5-la connaissance de soi-même ; 6-la croyance en la fondamentalité de la pureté ; 7-le fait d’avoir un objectif et d’y aller vite.

De quoiavons-nous besoin pour éduquer nos enfants ? (3)

L’éducation est une opération continue et liée, une tâche précise et ramifiée. Pour l’accomplir de la meilleure façon, nous avons besoin d’une Guidance particulière de Dieu (qu’Il soit Glorifié).

Il convient que l’on s’arrête un peu sur les plus importants besoins pour réaliser l’éducation demandée afin que nous connaissions ses sources et comment les atteindre.

3)Partir des dispositions et des aptitudes des enfants 

Connaître les dispositions et aptitudes des enfants en général

ºL’éducation étant expression d’activer les dispositions logées dans l’enfant et de développer les aptitudes, nous avons, en tant qu’éducateurs, un grand besoin de connaître ses dispositions et aptitudes dès son jeune âge. Et parce que les enfants sont alors incapables d’exprimer directement leurs désirs et leurs orientations, nous devons être très vigilants et faire très attention, afin de ne pas tuer ou étouffer une quelconque disposition dans son berceau.

Les dispositions et les capacités logées en l’enfant sont, au début, très sensibles de sorte que n’importe quelle position – aussi minime soit-elle – peut avoir un effet décisif dans son éveil et son développement ou son enterrement et sa fin.

ŸC’est que ces dispositions cachées (logées dans l’enfant) sont comme des fils à partir desquels il faut commencer l’opération de l’éducation. Ils sont les moyens de contact avec nos enfants. Aussi, prenez garde à ne pas couper ces fils, parce que les conséquences en seront bien pires que ce que nous pouvons imaginer. Ils sont ces appels cachés que les enfants lancent pour que nous les prenions par la main, des ténèbres que seul Dieu (qu’Il soit Exalté) connaît.

Et quand nous sommes incapables de répondre à ces appels, nous sommes comme celui qui a laissé un petit enfant dans un désert sombre au milieu d’une grande mer de loups. Le pire [de ce qui peut arriver], est que ces loups, quand ils déchiquettent l’esprit de l’enfant, ne laissent aucune trace directe et rendent inaudibles les cris d’appel au secours.

Connaître les dispositions et aptitudes de chaque enfant de façon spécifique

ºEn vue de cela, il nous faut approfondir notre compréhension et notre connaissance des dons et des capacités du genre humain auxquels il a été donné l’appellation d’intelligence (adh-dhakâ’).

Il est dit que chaque enfant a une sorte déterminée (ou délimitée) d’intelligence (le minimum) qui se reflète – au cours des jours – dans un intérêt particulier pour une des nombreuses manifestations de la vie, comme la langue (le fait de parler, al-lughat), l’affection, la vie, la logique, la fitra (la nature première fondamentale), l’activité sensible ou concrète et autres.

ŸC’est pourquoi il est recommandé aux éducateurs d’agir en vue de découvrir l’intelligence particulière de chaque enfant, qui le distingue d’un autre, afin de commencer, à partir de cette connaissance, l’opération du contact effectif. C’est la langue réaliste que les enfants comprennent plus que toute autre chose et qui leur permettra d’exprimer de la meilleure façon ce qu’ils ont de caché en eux ainsi que leurs différents besoins.

Prendre en considération, à leur juste valeur, les facteurs extérieurs

Quand est caractérisée la sorte d’intelligence et de dispositions [chez l’enfant], il faut leur donner le temps qu’elles méritent.

Les enfants ne sont pas tous semblables du point de vue du moment où s’ouvrent les capacités et où se manifestent les dispositions, même si tous  partagent la plupart des besoins fondamentaux.

Dans certaines situations, la découverte de la sorte d’intelligence qui distingue notre enfant demande de la patience, de la réflexion et de l’observation pendant plus de quatre ans, alors que pour certains autres enfants, les traits et les marques de leur intelligence apparaissent dès les premiers mois.

Si nous excluons les cas de défauts organiques [de naissance] – comme l’enfant touché par un défaut au niveau d’un membre qui implique l’introduction d’une éducation spécialisée – l’’esprit et l’âme de tout enfant renferment l’ensemble des capacités et potentialités qui sont en latence [en puissance] durant les premières étapes de [sa] vie, et qui attendent que quelqu’un les découvre et les aide [à se manifester] ; sauf que l’épanouissement de cette capacité ou de cette disposition peut être influencé ou soumis à des circonstances extérieures à la volonté, comme l’hérédité, le milieu familial, le cadre social.

C’est pourquoi nous devons prendre en considération ces facteurs [extérieurs] et voir combien ils ont des effets sur le plan de l’éclosion de la sorte d’intelligence [de l’enfant], et ne pas nous précipiter à porter un jugement sur cet enfant ou le considérer comme dépourvu de dispositions.

Les choses peuvent s’empirer si nous nous réfugions vers certains critères liés à la découverte du niveau d’intelligence, alors que les longues expériences historiques ont prouvé qu’elles étaient une cause de beaucoup de déviations de comportement et d’actions injustes envers les dispositions des enfants.

Notre patience envers nos enfants demande de notre part d’attendre l’éclosion de cette disposition ou l’apparition de cette intelligence pendant des années – qui peuvent dépasser ce que l’école peut supporter – ce qui exige de nous que nous agissions avec sagesse avec les effets négatifs des classements sur lesquels s’appuient les établissements d’enseignement.

 (pp37-38)

(1)« Tarbiyyat al-Awlâd – min al-mabâdî’ wa-l-usûl ilâ at-tatbîq wa al-‘amal » de s. Abbas Noureddine aux Ed. Bayt AlKâtib.

(2)cf. L.S. No93, l’entretien effectué avec lui sur ce sujet de l’éducation des enfants.

www.lumieres-spirituelles.net     No123 – Muharram-Safar 1445 – Juil.Août.Sept. 2023


Articles précédents:

1445 (2023-2024)

1444 (2022-2023)

1443 (2021-2022)

1442 (2020-2021)

1441 (2019-2020)

1440 (2018-2019)